formats

Oued R’hiou : Les lycéens en colère

Publié le 23/02/2018, par dans Non classé.

Les élèves des lycées Abdelhamid Kabbati et Chouhada, ainsi que ceux du Technicum Houari Boumediène à Oued R’hiou sont montés au créneau pour dénoncer les décisions de licenciement de leurs enseignants grévistes.
Ainsi, des dizaines d’apprenants de ce palier ont séché leurs cours pour aller investir le grand boulevard de la ville. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour les persuader de libérer la circulation bloquée pendant des heures. Cela dit, les élèves ont manifesté leur détermination à soutenir leurs enseignants dans leur bras de fer avec la tutelle. Cette sortie des élèves ne pourra qu’aggraver le pourrissement qui persiste depuis des semaines dans le secteur.
Lire la suite

formats

L’application de la nouvelle réglementation attendue en mars

Publié le 23/02/2018, par dans Non classé.

Annoncée depuis plus d’une année, l’application de la nouvelle réglementation portant limitation du taux de sucre, sel et matières grasses dans les produits agroalimentaires est attendue pour le mois de mars prochain.
C’est ce que nous avons appris hier auprès de Aït Abderrahmane Abdelaziz, directeur général de la Régulation et de l’Organisation des activités au ministère du Commerce. « L’élaboration du texte réglementaire a été promulguée en associant quatre ministères et tous les acteurs concernés par cette démarche»,, nous rappellera le représentant du ministère du Commerce avant de préciser : « L’arrêté interministériel est en cours de signature, et on espère qu’il sera appliqué durant le mois de mars prochain».

Si la procédure avance comme souhaité par le département du Commerce, les producteurs seront dans l’obligation d’indiquer sur les étiquettes de leurs produits les taux de sucre, de sel ou d’huile utilisés, selon les explications fournies par M. Aït Abderrahmane. La diminution de ces ingrédients dans les aliments se fera de manière progressive et graduelle sur une période de cinq ans, toujours selon notre source.

Et ce, en application des recommandations des spécialistes de la santé associés à cette démarche qui a été entamée en 2016 pour connaître en 2017 l’installation d’un groupe de travail chargé d’élaborer la procédure à suivre. Le groupe en question compte des représentants de l’industrie, du commerce, la santé, l’agriculture et la Sûreté nationale.

Par ailleurs, les risques que présente la surconsommation des ces produits devraient être détaillés, comme le font certains producteurs de boissons pour les produits destinés à l’exportation. Lire la suite

formats

Les élèves désemparés

Publié le 23/02/2018, par dans Non classé.

Benghabrit rassure, les enseignants grévistes campent sur leur position et les élèves rebroussent encore chemin.
La situation est au statu quo. Après le Cnapeste, en grève illimitée depuis le 30 janvier, c’est au tour de l’Intersyndicale de hausser le ton avec l’entame d’une grève illimitée prévue à partir du 4 avril prochain, annonce-t-elle. Messaoud Boudiba évoque une situation « stationnaire», précisant toutefois que la détermination demeure toujours à son apogée dans les rangs des protestataires.

Pour ce qui est du maintien du calendrier scolaire par le ministère de l’Education nationale, M. Boudiba dit être « inquiet par rapport à ce volet-là». « C’est un problème» rétorquera-t-il. Néanmoins, il ne manquera pas de préciser la disponibilité des enseignants qui, selon ses dires, ne ménageront aucun effort afin de « ne pas pénaliser les élèves».

Au même moment, dans une lettre qu’elle rendue publique, la ministre dresse les « assurances» aux élèves, parents d’élèves et aux fonctionnaires de son secteur, et dans laquelle elle rassure ses destinataires quant à la mise en œuvre de mesures adéquates à même « de garantir la continuité des apprentissages et défendre les intérêts de nos enfants» afin de contrer le « danger» que font peser les grèves « sur l’école publique gratuite».

Le syndicaliste signalera que le problème « ne saurait être solutionné par des moyens de pression et de répression» qui auraient été, selon lui, « utilisés jusque-là par les responsables du secteur» ; ces derniers porteraient justement « atteinte aux intérêts des élèves». Hier, un mouvement de protestation a été observé devant le lycée Aïcha d’Alger, où des élèves, mêlés de facto à cette situation de crise, sont sortis dans la rue afin de contester « la radiation de leurs enseignants grévistes». R. Kasbadji Lire la suite

formats

Le PDG de Sonelgaz à Bouira : «Il n’y a aucun projet gelé»

Publié le 23/02/2018, par dans Non classé.

Lors de sa réunion de travail tenue hier dans la wilaya de Bouira, le PDG de Sonelgaz, Arkab Mohamed, a affirmé qu’aucun projet relevant de son secteur n’a été gelé.
« Il y a des programmes qui ont été différés, mais aucun projet n’a été gelé», dira-t-il. Pour soutenir ses propos, le PDG a énuméré les projets contenus dans le programme décennal 2017/2027 de Sonelgaz. « Nous allons réaliser 34 000 km de réseau haute et très haute tension, 300 postes électriques, la production de 8000 mégawatts additionnels d’électricité et deux centrales électriques.

Nous avons aussi un autre programme de réalisation de 3000 km de conduites de gaz vers les localités enclavées.» Pour ce qui est des énergies renouvelables, l’hôte de Bouira ajoutera que « Sonelgaz est très intéressée par le créneau des énergies renouvelables qui se substitueront à l’utilisation du gaz. Nous avons commencé avec le programme confié par l’Etat.

Actuellement, 354 mégawatts d’électricité sont produits dans 22 centrales à partir des énergies renouvelables.» Pour ce qui est de Bouira, le PDG dira que son entreprise accompagnera les projets industriels, les périmètres agricoles et autres dans la wilaya. « Nous avons examiné les projets en difficulté dans la wilaya, spécialement les raccordements en gaz.

Avant la fin juin prochain, après la levée des contraintes, les projets des 3 Distributions publiques (DP) de gaz seront achevés. Ce qui permettra l’alimentation de plus de 2500 foyers», a-t-il dit et d’indiquer que la priorité sera donnée à la réalisation des ouvrages. « Dans la wilaya de Bouira, nous sommes à 98% de taux de raccordement au réseau électrique et 78% en matière de gaz. A l’échelle nationale, le taux de raccordement au réseau du gaz est à 58%.» Lire la suite

formats

Lait : Une enquête pour déterminer les raisons de la hausse des prix

Publié le 23/02/2018, par dans Non classé.

Le ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, a affirmé, hier à Alger, que son département a lancé une enquête auprès des grands producteurs de lait pour déterminer les raisons la hausse des prix de certains produits dérivés.
A une réponse à un parlementaire, il précise que « le suivi permanent sur le terrain par les service du ministère montre que les augmentations enregistrées récemment n’ont pas touché les produits de large consommation, mais plutôt certains produits dont les dérivés du lait», précisant que son département « a réagi en lançant une enquête auprès des producteurs». Le ministre affirme aussi que des « mesures nécessaires seront prises en cas de dépassements signalés concernant les prix des produits laitiers». Lire la suite

formats

La CGP-BTPH tire la sonnette d’alerte et appelle au dialogue

Publié le 23/02/2018, par dans Non classé.

Le représentant de la Confédération générale du patronat du bâtiment et des travaux publics (CGP-BPTH) à Sidi Bel Abbès, Harmel Mohamed, a appelé mercredi les responsables de l’exécutif de wilaya à mettre en œuvre les principes de « dialogue» et de « concertation» pour relancer l’activité du bâtiment et apporter des solutions aux « blocages» et « lourdeurs» administratifs que connaît le secteur.
Lors d’une conférence de presse animée à l’hôtel Eden, M. Harmel a déploré notamment les « lourdes contraintes» imposées par la direction du contrôle financier dans le traitement des engagements juridiques et comptables des entreprises du bâtiment, les rejets « non justifiés» des différents avenants de marchés publics ainsi que l' »opacité totale» dans la confection des cahiers de charges publics. « La CGP-BPTH, en sa qualité de partenaire des pouvoirs publics, réclame d’être associée à la gestion saine et transparente des marchés publics dans l’unique but de relancer un secteur aujourd’hui à l’agonie», a souligné le représentant de la CGP.

Il a rappelé, à ce propos, la nécessité d’associer les acteurs du secteur du bâtiment aux travaux du comité technique de wilaya, et ce, afin de « contribuer à l’assainissement de l’ancien programme LPA et prendre part à la mise en œuvre du nouveau programme attribué à la wilaya», dira-t-il. Particulièrement inquiets face à l' »exclusion» dont ils font l’objet de la part du chef de l’exécutif, les membres de la CGP ont longuement dénoncé la « discrimination» entre promoteurs publics et privés.

« Des dizaines d’entreprises de réalisation sont à l’agonie à Sidi Bel Abbès. Nous revendiquons une prise en charge réelle et équitable des problèmes des entrepreneurs et un feed-back de la part de l’exécutif», a, pour sa part, indiqué le vice-président du bureau de wilaya de la CGP, Abdellah Meksi. Les membres de la CGP ont, par ailleurs, appelé les pouvoirs publics à trouver une solution à la situation à laquelle sont confrontés plusieurs promoteurs ayant bénéficié d’assiettes foncières au quartier de Sidi Djilali pour la réalisation de projets immobiliers.

Attribuées par l’ex-wali, Mohamed Hattab, ces terrains destinés à abriter des espaces verts ont soulevé, pour rappel, une vague de protestation au sein de la population locale. Plusieurs associations écologiques ont dénoncé ces attributions de terrains et réussi à convaincre l’APC de Sidi Bel Abbès de geler les travaux (voir notre édition du 25 janvier 2018).

Le tribunal administratif a également rendu une décision en faveur des associations de quartier et rejetée une action de justice intentée par deux promoteurs pour lever le gel des permis de construire. « Nous espérons que les pouvoirs publics procéderont à la délocalisation des projets de promotion libre, et ce, dans l’intérêt de la population de Sidi Djilali et des promoteurs concernés», estime M. Harmel. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair