formats

Animations musicales, expositions et rencontres pour « La nuit des idées » à Alger

Publié le 01/02/2019, par dans Non classé.
Animations musicales, expositions et rencontres pour

ALGER – Un récital de musique classique et de compositions contemporaines a été animé jeudi à Alger par les étudiants de l’Institut national supérieur de musique (INSM) à la faveur de la manifestation « La nuit des idées » qui a comporté plusieurs rencontres thématiques organisées dans une dizaine d’espaces culturels de la capitale.

Initiée par l’Institut français d’Alger en partenariat avec plusieurs structures culturelles, « La nuit des idées » favorise la rencontre entre le public et les artistes, écrivains et philosophes autour du thème de cette année, « Face au présent ». Cette manifestation est organisée depuis 2016.

Tenu à l’INSM, ce récital a permis au public de découvrir le talent des étudiants de l’institut qui ont, tour à tour, exécuté plusieurs compositions universelles en présentant des duos qanoun et luth, violon et piano, saxophone et piano, flute et piano en plus d’un solo au marimba.

L’institut a également présenté le travail de sa chorale ainsi que quelques formations de musiciens, devant un public venu nombreux malgré la capacité d’accueil réduite de la salle de l’INSM.

Cette quatrième édition algéroise de « La nuit des idées » a également vu la tenue de rencontres avec des écrivains à l’instar de Ameziane Ferhani qui a animé une rencontre sur le thème « Se souvenir pour écrire, écrire pour se souvenir » à la librairie Chihab, et d’Amin Zaoui qui est revenu sur l’ensemble de son œuvre à la librairie du Tiers-Monde et rencontré ses fidèles lecteurs.

Dans le même cadre, une rencontre sur l’architecture intitulée « La baie d’Alger face au présent » a été animée à l’espace d’art contemporain « Espaco » par les architectes Halim faidi, Nacym Baghli, Larbi Marhoume, Akli Amrouche, Amine Benaïssa et Nadir Djermoune. Pour sa part, l’école d’arts « Artissimo » a abrité une conférence sur l’entreprenariat dans le domaine de la culture alors que le siège de l’association « Sos Bab El Oued » accueillait un spectacle de slam.

Autre espace de création artistique et d’exposition associé à la manifestation, « Les ateliers sauvages » ont abrité l’exposition « Ateliers sauvages 1, 2, 3 », une rétrospective des trois années d’activité de cet espace où s’est également déroulée une table ronde sur l’art contemporain.

La cinémathèque algérienne a, elle aussi, ouvert ses portes à « La nuit des idées » avec une projection du long métrage documentaire « Demain » coréalisé par les Français Cyril Dion et Mélanie Laurent.

L’Institut français d’Alger a, quant à lui, abrité une série de conférences sur le thème « Je prends en main mon présent pour un meilleur avenir », des animations pour enfant ainsi qu’un concert de flamenco et une exposition des œuvres d’étudiants de l’Ecole supérieure des beaux- arts d’Alger.

Coordonnées à travers le monde par le réseau des instituts français, « La nuit des idées » s’est tenue cette année simultanément dans une soixantaine de pays pour proposer au public de rencontrer des artistes, chercheurs, philosophes et créateurs.

Outre l’Algérie, la France, l’Espagne, le Soudan, l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Argentine, le Brésil, les Etats-Unis, la Corée du sud, l’Inde ou encore l’Australie, ont organisé au même moment « La nuit des idées » dans sa quatrième édition.

Lire la suite

formats

Le film colombien « Mamà » projeté à Alger

Publié le 01/02/2019, par dans Non classé.
Le film colombien

ALGER – Le long métrage de fiction « Mamà » du colombien Phillipe Van Hissenhoven a été projeté jeudi soir à Alger en ouverture du 2e Festival du film latino-américain, devant un public de passionnés du cinéma ibérique et latino-américain.

Sorti en 2017, Mamà relate en 80 mn l’histoire de Sarah, une jeune maman réservée et indépendante, qui se réconcilie avec sa mère après une longue séparation.

Atteinte de cancer, elle rend visite à sa mère avec qui elle reprend contact pour lui confier Nicole, sa petite-fille qu’elle prend en charge dans la maison familiale.

Les ennuis de santé de Sarah, atteinte d’un cancer incurable, ont un tant soit peu apaisé les tensions avec sa maman qui l’accueille chez elle et lui offrir l’amour dont elle l’a privée.

Le film dresse un portrait sur la vie paysanne et les rapports familiaux, soumis aux aléas de la vie quotidienne et les problèmes sociaux qui fragilisent l’entité familiale et les liens sociaux.

Le directeur de l’Institut Cervantès Antonio Gil de Carrasco, a indiqué à l’issue de la projection que le Festival du film latino-américain, vise à « promouvoir l’espagnol, langue espagnole dans une vingtaine de pays » et à diffuser la culture inérique et latino-américaine en Algérie.

Organisé par l’Institut Cervantès en collaboration avec les ambassades du Brésil, d’Argentine, du Chili, de Colombie, de Cuba, du Mexique, du Pérou et du Venezuela, huit issus de ces pays sont au programme du Festival du film latino-américain qui se poursuit jusqu’au 21 mars à raison d’une projection par semaine.

Lire la suite

formats

Festival du Samaâ : Talaâ El Badr Alaina, interprétation magistrale

Publié le 31/01/2019, par dans Non classé.
Festival du Samaâ : Talaâ El Badr Alaina, interprétation magistrale

SETIF- Les chanteurs algériens Abdeljalil Akhrouf, le tunisien Youssef Sefraoui, le marocain Mohamed Zemrani et le syrien Ahmed Slimane Medghemch ont conjugué leurs talents en interprétant, d’une même voix magistrale, l’inaltérable « Talaâ El Badr Alaina », à Sétif, lors de la cérémonie de clôture de la 7ème édition du festival international de Samaâ soufi.

Les organisateurs de cet événement culturel, tenu mercredi soir,durant quatre jours à la Maison de la culture Houari Boumediene, ont délibérément choisi de programmer cette chanson à la fin de la soirée, enchantant le public, composé principalement de familles, qui ont vécu des moments agréables et intenses en totale communion avec les quatre chanteurs.

Cette performance artistique réalisée avec brio par le quatuor arabe a mis davantage en exergue l’ambiance spirituelle particulière conférée par ce festival à la ville de Sétif et ravi les férus de ce genre musical pendant quatre jours.

Cette dernière soirées à laquelle ont assisté les autorités locales de Sétif, notamment le secrétaire général de la wilaya, Lounès Bouzegza et de nombreux artistes locaux, a été entamée par la prestation de la troupe « Rihane », dont les membres ont régalé le public avec leurs voix claires et douces, en enchainant des chansons telles que « Allah Allah Moulana » et « Taâfou Ya Khaliki Alaina ».

Quant au maestro syrien, Ahmed Slimane Medghemch et le rossignol constantinois Abdeljalil Akhrouf, ils ont interprété, en solo, un bouquet de madaih que le public a accueilli avec ferveur, à l’instar de « Sobhane men Souar Hossnek » et « Allahoum Salli Ala El Mostafa Habibana Mohamed Alaihi Salam ».

Au terme de la cérémonie de clôture de la manifestation, Driss Boudiba, commissaire du festival, a estimé, dans une déclaration à l’APS, que « cette édition a réussi à créer une ambiance interactive entre les participants et une consonance artistique et spirituelle donnant lieu à de magnifiques séquences musicales ».

Il a ajouté que « l’expérience a été couronnée de succès au niveau organisationnel et technique en mettant en exergue le talent de 12 troupes de haut niveau venues de 5 pays, à savoir l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, la Syrie et le Sénégal ».

A noter que cette édition a aussi comporté plusieurs conférences animées par l’écrivain Nabil Ghendoussi, en plus des interventions du Dr. Yassine Benabid de l’Université de Sétif sur « le rôle de la prospective dans le traitement du soufisme musulman » et du Dr. Sofiane Zedadka sur « Le samaâ dans le monde du soufisme » notamment.

Le hall de la Maison de la culture Houari Boumediene a également abrité au cours de cet évènement culturel, une exposition des arts islamiques sous la direction de l’artiste Abdelhafid Kadiri, avec la participation des artistes Abdelouahab Kheninef de Sétif et Mohamed Kerour de Sidi Bel Abbés.

Lire la suite

formats

Festival du Samaâ : Talaâ El Badr Alaina, interprétation magistrale

Publié le 31/01/2019, par dans Non classé.
Festival du Samaâ : Talaâ El Badr Alaina, interprétation magistrale

SETIF- Les chanteurs algériens Abdeljalil Akhrouf, le tunisien Youssef Sefraoui, le marocain Mohamed Zemrani et le syrien Ahmed Slimane Medghemch ont conjugué leurs talents en interprétant, d’une même voix magistrale, l’inaltérable « Talaâ El Badr Alaina », à Sétif, lors de la cérémonie de clôture de la 7ème édition du festival international de Samaâ soufi.

Les organisateurs de cet événement culturel, tenu mercredi soir,durant quatre jours à la Maison de la culture Houari Boumediene, ont délibérément choisi de programmer cette chanson à la fin de la soirée, enchantant le public, composé principalement de familles, qui ont vécu des moments agréables et intenses en totale communion avec les quatre chanteurs.

Cette performance artistique réalisée avec brio par le quatuor arabe a mis davantage en exergue l’ambiance spirituelle particulière conférée par ce festival à la ville de Sétif et ravi les férus de ce genre musical pendant quatre jours.

Cette dernière soirées à laquelle ont assisté les autorités locales de Sétif, notamment le secrétaire général de la wilaya, Lounès Bouzegza et de nombreux artistes locaux, a été entamée par la prestation de la troupe « Rihane », dont les membres ont régalé le public avec leurs voix claires et douces, en enchainant des chansons telles que « Allah Allah Moulana » et « Taâfou Ya Khaliki Alaina ».

Quant au maestro syrien, Ahmed Slimane Medghemch et le rossignol constantinois Abdeljalil Akhrouf, ils ont interprété, en solo, un bouquet de madaih que le public a accueilli avec ferveur, à l’instar de « Sobhane men Souar Hossnek » et « Allahoum Salli Ala El Mostafa Habibana Mohamed Alaihi Salam ».

Au terme de la cérémonie de clôture de la manifestation, Driss Boudiba, commissaire du festival, a estimé, dans une déclaration à l’APS, que « cette édition a réussi à créer une ambiance interactive entre les participants et une consonance artistique et spirituelle donnant lieu à de magnifiques séquences musicales ».

Il a ajouté que « l’expérience a été couronnée de succès au niveau organisationnel et technique en mettant en exergue le talent de 12 troupes de haut niveau venues de 5 pays, à savoir l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, la Syrie et le Sénégal ».

A noter que cette édition a aussi comporté plusieurs conférences animées par l’écrivain Nabil Ghendoussi, en plus des interventions du Dr. Yassine Benabid de l’Université de Sétif sur « le rôle de la prospective dans le traitement du soufisme musulman » et du Dr. Sofiane Zedadka sur « Le samaâ dans le monde du soufisme » notamment.

Le hall de la Maison de la culture Houari Boumediene a également abrité au cours de cet évènement culturel, une exposition des arts islamiques sous la direction de l’artiste Abdelhafid Kadiri, avec la participation des artistes Abdelouahab Kheninef de Sétif et Mohamed Kerour de Sidi Bel Abbés.

Lire la suite

formats

Festival Samaâ soufi de Sétif: la calligraphie moderne suscite l’intérêt des visiteurs

Publié le 30/01/2019, par dans Non classé.
Festival Samaâ soufi de Sétif: la calligraphie moderne suscite l'intérêt des visiteurs

SETIF – L’exposition d’arts plastiques et de calligraphie moderne, organisée à la maison de la culture Houari Boumediene de Sétif, en marge du festival international du Samaâ soufi, a suscité mardi l’intérêt des visiteurs.

Cette exposition comporte 38 œuvres conjuguant des peintures abstraites et des œuvres calligraphiques signées par le plasticien Mohamed Achour, diplômé de l’école des beaux-arts de Sidi Bel Abbès, et 40 autres par le calligraphe sétifien Abdelouahab Khenif offrant au visiteur un voyage dans l’univers infini de la calligraphie arabe et des couleurs.

La manifestation a été embellie par 4 copies du saint coran enluminées manuellement dont l’une de 604 pages a nécessité à son enlumineur 8 ans de travail pour être finalisée, alors que la seconde de 180 pages a nécessité 5 ans et la troisième, écrite dans le style calligraphique turc, a été enluminée pendant 6 ans, selon les explications données à l’occasion.
Selon le responsable de l’exposition, Abdelhafid Kadri, celle-ci a été initiée dans le cadre de la 7 ème édition du festival international de Samaâ soufi qui se tient à Sétif du 27 au 30 janvier courant.

Lire la suite

formats

Festival du Samaâ: Youssef Sefraoui et Ichrak Bouna créent une ambiance festive

Publié le 29/01/2019, par dans Non classé.
Festival du Samaâ: Youssef Sefraoui et Ichrak Bouna créent une ambiance festive

SETIF- Le mounchid tunisien Youssef Sefraoui et la troupe algérienne « Ichrak Bouna », ont créé une ambiance festive, à la Maison de la culture Houari Boumediene de Sétif, en interprétant conjointement de nombreuses chansons soufies inspirées du patrimoine maghrébin, lors de la deuxième soirée du festival international du Samaâ soufi.

Cette manifestation culturelle qui se poursuit jusqu’au 30 janvier en cours, a tenu lundi soir, pour la seconde soirée consécutive toutes ses promesses, à travers la prestation magistrale du chanteur tunisien Youssef Sefraoui et la troupe algérienne Ichrak Bouna qui ont enchanté le public avec une multitude de chants soufis du patrimoine maghrébin et musulman, à l’image de l’intemporelle chanson « Talaâ El Badr Alaina » ou encore « Ya Achikine Rassoul Allah ».

La fusion des mélodies tunisiennes avec le timbre musical algérien ont électrisé l’atmosphère lors de cette soirée, au point où bon nombre de femmes présentes ont ponctué de youyous la magnifique prestation du duo formé par Youssef Sefraoui et la troupe Ichrak Bouna.

Au cours de cette même soirée, le public avait aussi rendez-vous avec la troupe « Issekta » de Tamanrasset dont les membres ont interprété avec brio un bouquet de chants soufis inspirés du patrimoine amazigh du Sud, savamment accompagnés d’instruments de musique alliant le traditionnel à la modernité.

La soirée a été clôturée par un retour sur scène de la troupe annabi « Ichrak Bouna », enflammant à nouveau la salle au grand bonheur du public qui a beaucoup apprécié les chants spirituels comme « Ya Rabana » et « Ya Mohamed », accueillis par des applaudissements nourris.

A noter que la troisième soirée de la 7 ème édition du festival international du Samaâ soufi sera animée par le chanteur marocain Mohamed Zemrani avec les troupes « Angham Ziban » de Biskra et « Iranioune » de Ghardaia, alors que la clôture sera animée par le mounchid syrien Ahmed Slimane Medghemche, la troupe « Rihane » de Sétif en compagnie du mounchid Abdeldjallil Akhrouf de Constantine.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair