formats

L’absence des salles de cinéma, principal obstacle à sa relance

Publié le 12/02/2020, par dans Non classé.
L'absence des salles de cinéma, principal obstacle à sa relance

ALGER – Producteurs, techniciens du cinéma et animateurs de ciné-clubs ont appelé, mardi à Alger, à récupérer les salles de cinéma, à mettre en place des réseaux de distribution de films et à créer des espaces de travail dédiés ciné-clubs en vue de relancer concrètement le cinéma en Algérie.

S’exprimant lors d’une rencontre sur le cinéma, organisée sur trois jours, par le ministère de la Culture et présidée par le secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie cinématographique Bachir Youcef Sehairi, des animateurs de ciné-clubs ont pointé l' »absence » de salles de cinéma et la vétusté du matériel de projection qui entravent, estiment-ils toute velléité de relance du secteur.

Les participants ont demandé de meilleures conditions de projection, la réouverture des salles inexploitées actives et la « revitalisation » des espaces existants. Ils préconisent également l’organisation d’ateliers de formation pour les cinéastes amateurs et appellent à « régler sans délais » le problème des visas d’exploitation des films algériens, une procédure qu’il juge « lourde » et restrictive pour la liberté de créer.

Dans une séance dédiée aux producteurs et distributeurs, les participants avaient évoqué la nécessité de récupérer les nombreuses « salles de cinéma gérées par les collectivités locales et celles détournées de leur vocation ». Ils souhaitent par ailleurs la mise en place de programme de distribution pour développer une industrie cinématographique « tournée vers la rentabilité ».

Bachir Youcef Sehairi avait indiqué que le secrétariat d’Etat œuvrait à « trouver des solutions au problème de récupération et d’exploitation des salles de projection ».

Des cinéastes ont également relevé les « procédures administratives et bureaucratiques lourdes » auxquelles obligatoires est astreinte la production cinématographique, citant en particulier les autorisations de tournage exigées aux réalisateurs.


Lire aussi: La distribution cinématographique, maillon faible de la production


Producteurs et associations activant dans le cinéma ont demandé de leur côté des mécanismes d’encouragement au court métrage et au film documentaire, ainsi que la multiplication des ateliers de formation et d’écriture cinématographiques en associant les professionnels algériens.

Les participants ont regretté l’absence de « grands noms du cinéma » algérien ainsi que l’absence d’une séance dédiée aux réalisateurs, acteurs et scénaristes.

Présente lors de la journée de lundi, la ministre de la Culture Malika Bendouda a réitéré la volonté politique exprimée au plus haut niveau de l’Etat pour développer le cinéma et qui s’est traduite la création du secrétariat d’Etat chargé de l’Industrie cinématographique, a-t-elle rappelé.

Son département-t-elle affirmé, accorde une « attention particulière à la formation ».

Aux côtés de la ministre de la Culture et du secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie cinématographique, des membres du gouvernement ont assisté à ses rencontres.

Lire la suite

formats

l’opération pour enfants « Un livre contre un spectacle » rééditée en mars à Alger

Publié le 11/02/2020, par dans Non classé.

ORAN- Une nouvelle édition de l’opération à destination des enfants « Un livre contre un ticket de spectacle » sera organisée en mars prochain à Alger par le Théâtre régional d’Oran « Abdelkader Alloula » (TRO), a annoncé mardi le directeur de cette structure culturelle.

« La réédition de cette initiative est prévue en mars prochain au Théâtre municipal d’Alger-centre qui accueillera, durant une semaine, plusieurs productions du TRO destinées aux enfants », a précisé à l’APS Mourad Senouci.

Il s’agit de la 3ème édition de cette action dont l’objectif est de « recueillir un maximum de livres pour enfants en perspective de la création d’une bibliothèque pour enfants au Centre hospitalo-universitaire Mustapha-Pacha d’Alger », a expliqué M. Senouci.

La première édition de cette opération avait permis, en 2018, la dotation de la bibliothèque de l’hôpital pédiatrique de « haï El-Menzah » (Canastel) à Oran d’un fonds riche de 3.000 ouvrages, a-t-il rappelé.

La deuxième édition, organisée en décembre dernier lors de la manifestation « Vacances au théâtre », a donné lieu à la collecte d’un millier de livres qui ont enrichi le fonds de deux bibliothèques communales situées à Gdyel et Hassi Mefsoukh, dans la wilaya d’Oran.

Plusieurs spectacles à succès, produits ou coproduits par le TRO, seront à l’affiche du Théâtre d’Alger-centre dans le cadre de la semaine oranaise.

Cet événement qui coïncidera avec la période des vacances scolaires du printemps, verra l’animation, à raison de deux séances quotidiennes, de « kittar Eddounia », « Sindbad », « Ennahla », « Pinnochio » et « Garagouz oua el-aroussette », a fait savoir le directeur du TRO.

Lire la suite

formats

Décès du poète du patrimoine populaire oranais Mekki Nouna

Publié le 11/02/2020, par dans Non classé.

ORAN – Le poète du patrimoine populaire oranais Mekki Nouna s’est éteint la nuit de lundi à mardi à l’âge de 88 ans suite à une longue maladie a-t-on appris mardi, du milieu artistique local.

Le défunt, célèbre sur la scène artistique et culturelle d’Oran, fut l’une des figures de proue en poésie du « Melhoune » et du folklore oranais. Il est décédé au CHU d’Oran où il était hospitalisé depuis quelques jours.

Le parcours artistique du poète populaire défunt fut très riche et plein de poésies inspirées du patrimoine oranais et sur les personnalités révolutionnaires et historiques de la ville ainsi sur le parcours du club MCO de part son attachement à ce club de football.

L’artiste a écrit de nombreux poèmes chantés par de célèbres artistes de la musique et la chanson oranaise comme Houari Benchenat, Mazouzi, et cheikh Fethi. La dépouille sera inhumée après la prière du Dohr au cimetière d’Ain El Beida.

Lire la suite

formats

Diversité culturelle: l’Algérie participe au 13e Comité intergouvernemental de l’agence onusienne

Publié le 10/02/2020, par dans Non classé.

ALGER – L’Algérie participe aux travaux du 13e Comité intergouvernemental sur la mise en œuvre de la Convention de l’Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, prévu du 11 au 14 février prochain à Paris, indique un communiqué du secrétariat d’Etat chargé de la production culturelle.

L’Algérie devra prendre part à une session d’information sur le projet visant à penser les politiques culturelles ainsi que sur la plate-forme en ligne du suivi des politiques culturelles, ajoute la même source.

Elle devra aussi présenter son premier rapport périodique quadriennal depuis la ratification en 2015 de la Convention de l’ Unesco.

Le projet a pour objectif d’analyser « les tendances actuelles, les progrès dans la mise en œuvre de la Convention et l’identification des pratiques les plus innovantes dans le monde en matière de politiques culturelles », précise-t-on.

Le comité devra présenter, lors de cette 13e session, son plan de travail pour 2020-2021 qui comprend, entre autres, le suivi des politiques et le renforcement des capacités ainsi que les activités pour la mise en œuvre du Fonds international pour la Diversité culturelle (Fidc).

Il devra également approuver le financement de nouveaux projets par le Fonds et examiner des conclusions du 2e Forum des organisations de la société civile et les synergies potentielles.

Les représentants de 16 pays partenaires dont le Burkina Faso, l’Ethiopie, le Mali, le Pérou et l’Indonésie devront participer aux travaux du 13e comité.

Approuvée en 2005, la Convention sur la protection et la promotion des expressions culturelles est un traité ratifié par 145 Etats membres de l’Unesco. L’Union européenne y a adhéré en 2006.

Lire la suite

formats

Le film sud-coréen « Parasite » reçoit l’Oscar du meilleur film

Publié le 10/02/2020, par dans Non classé.
Le film sud-coréen

HOLLYWOOD (Etats-Unis)- Le film sud-coréen « Parasite » du réalisateur Bong Joon-ho a été sacré dimanche à Hollywood meilleur film lors de la 92e cérémonie des Oscars.

En s’imposant dans la catégorie reine, le film a parachevé une soirée historique, en cumulant es prix du meilleur film, du meilleur réalisateur , du meilleur film international et du meilleur scénario original.

Encensé par la critique et déjà sacré « Palme d’or » au festival de Cannes, « Parasite », un hybride entre thriller, comédie familiale et satire corrosive sur les inégalités sociales, est le premier film coréen à être primé aux Oscars.

Pour sa part, le long métrage du studio Pixar (Disney) « Toy Story 4 » a décroché l’Oscar du meilleur film d’animation, succédant à « Toy Story 3 », qui avait également décroché le prix en 2011.

C’est le dixième Oscar pour le studio Pixar dans cette catégorie qui a été créée en 2002.

Côté acteurs, Brad Pitt et Laura Dern ont été sacrés « meilleurs seconds rôles ».

Avec son rôle de cascadeur tranquille dans « Once Upon a Time… in Hollywood », Brad Pitt l’a emporté face aux vétérans Al Pacino et Joe Pesci (« The Irishman »), Anthony Hopkins et Tom Hanks.

Laura Dern a, quant à lui, reçu le cadeau rêvé à la veille de son 53e anniversaire pour sa performance d’avocate impitoyable dans « Marriage Story ».

La cérémonie s’était ouverte avec un numéro mené par la chanteuse Janelle Monae, qui n’a pas manqué de se joindre aux critiques sur le manque de diversité dans la sélection des Oscars, un reproche récurrent.

Hormis la Britannique Cynthia Erivo (« Harriet »), tous les acteurs et actrices en lice cette année sont blancs et aucune femme n’a été retenue chez les réalisateurs.

L’Académie des arts et sciences du cinéma avait souligné que les 8.500 membres appelés à voter cette année n’avaient jamais fait la part aussi belle aux femmes dans les nominations.

Lire la suite

formats

« Nécessité de valoriser les divers sites archéologiques et les ouvrir aux visiteurs »

Publié le 10/02/2020, par dans Non classé.

TEBESSA- La ministre de la Culture, Malika Bendouda a insisté lundi depuis la commune d’El Ma Labiod dans la wilaya de Tébessa sur « l’importance de valoriser les divers sites archéologiques et de les ouvrir aux visiteurs ».

Au deuxième jour d’une visite de travail dans cette wilaya frontalière, la ministre qui s’est rendue au site abritant les vestiges restants du pressoir romain « Berzguel » dans la commune d’El Ma Labiod, a indiqué que « les autorités locales et les responsables du secteur de la culture de toutes les wilayas de la République doivent accordés davantage d’importance et de soin aux différents sites archéologiques et œuvrer à les promouvoir et les ouvrir aux citoyens et aux touristes en vue de créer une industrie culturelle et touristique ».

Selon les explications présentées à la ministre sur ce site s’étendant sur plus de 1,6 hectare, « la localité de Berzguel était connue durant l’ère Numide par la plantation des oliviers ce qui a conduit à la réalisation d’un pressoir durant l’époque romaine d’une capacité allant de 15 à 20 milles litres d’huile d’olive destinées à l’exportation vers Rome ».

En 2007, un effondrement partiel (chute de pierre d’un des arcs du pressoir) avait été enregistré sur ce site archéologique situé le long de la route reliant le chef-lieu de wilaya à la circonscription administrative Bir El Ater et dépendant territorialement de la commune d’El Ma Labiod et géré par l’Office local de Gestion et d’Exploitation des Biens Culturels protégés (OGEBC), selon les explications fournies sur place.

La ministre de la Culture a instruit les responsables locaux à l’effet de reconstituer et conforter les pierres conformément aux images historiques du site tout en insistant sur « l’importance de préserver la forme originale de ce lieu archéologique et de planter des oliviers sur le périmètre du pressoir « Berzguel » pour le revivifier et l’ouvrir aux visiteurs.

Auparavant, la ministre s’est rendu à la maison où avait vécu et grandi le penseur, Malek Bennabi au centre ville de Tébessa et qui avait fait l’objet de deux (2) vastes opérations de restauration et d’aménagement selon son véritable cachet architectural, a-t-on rappelé.

La ministre qui a sillonné les recoins de cette maison de 2 niveaux dont le rez-de-chaussée était réservé à Malek Bennabi et comprenait sa bibliothèque et le niveau supérieur de 3 chambres, une cuisine, et une salle de bain, a insisté sur l’importance d' »accélérer son équipement en œuvres et archives de ce penseur avec le concours de témoignages de ses amis et les membres de sa famille pour transformer sa maison en musée destiné aux intellectuels et historiens ».

Durant le premier jour de sa visite dans la wilaya de Tébessa, la ministre avait insisté sur l’importance d' »accorder la priorité à la levée de gel des projets culturels dans les wilayas « marginalisées culturellement ».

Elle avait également instruit les responsables du Centre national de recherche en archéologie (CNRA) de décréter la commune de Negrine (Sud de Tébessa) « zone archéologique autorisée aux fouilles des spécialistes et chercheurs archéologues ».

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair