formats

Un décret exécutif fixant les relations de travail pour les artistes sera promulgué courant 2016

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.
Un décret exécutif fixant les relations de travail pour les artistes sera promulgué courant 2016
CONSTANTINE – Un décret exécutif fixant les relations de travail pour les artistes sera promulgué « au cours de cette année », a indiqué mardi à Constantine le président du Conseil national des arts et des lettres (CNAL), Abdelkader Bendaâmache. « Ce décret, actuellement en cours d’élaboration, fixera les relations de travail de…

Lire la suite

formats

Affaire Sonatrach1: Mohamed Méziane condamné à 5 ans de réclusion avec sursis

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

Meziane Mohamed, ex-Président directeur général du groupe Sonatrach (PDG), poursuivit pour son implication dans l’affaire « Sonatrach1 » a été condamné mardi par le tribunal criminel d’Alger à 5 ans de réclusion criminelle avec sursis.
Meziane Mohamed a été également condamné à 2 million de DA d’amende. Le représentant du parquet général avait, dans son réquisitoire, requis une peine de 15 ans de réclusion criminelle assortie d’une amende de trois millions de DA. Lire la suite

formats

Les sciences de l’onomastique connaissent une véritable dynamique en Algérie

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.
Les sciences de l'onomastique connaissent une véritable dynamique en Algérie
CONSTANTINE – Les sciences de l’onomastique connaissent « une véritable dynamique » en Algérie, a estimé mardi à Constantine le docteur en sciences du langage à l’unité de recherches sur les systèmes de dénomination en Algérie (RASYD), Ouardia Yermeche. « Plusieurs équipes de chercheurs, chapeautées par le Centre national d’anthropologie sociale et culturelle…

Lire la suite

formats

Skikda : Le directeur des impôts pris en flagrant délit de corruption

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

B N, directeur des impôts de la wilaya de Skikda a été pris en flagrant délit de corruption et devrait être présenté ce mardi devant le procureur de la République.
Selon des sources proches de l’affaire, le directeur aurait exigé, d’un entrepreneur local une somme de quatre millions de dinars pour faciliter le traitement de certains de ses dossiers au niveau de l’administration des impôts.

L’entrepreneur ira de suite informer les policiers en leur rapportant les ‘exigences’ du directeur et une ne souricière fût alors tendue pour le surprendre en flagrant délit de corruption.
Lire la suite

formats

Sellal : « le vote du projet de révision de la Constitution aura lieu dimanche »

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a annoncé mardi à Alger que la séance du Parlement (avec ses deux chambres) consacrée au vote du projet de révision de la Constitution se tiendra dimanche prochain.

« Le vote du projet de révision de la Constitution aura lieu dimanche 7 février », a affirmé le Premier ministre dans une déclaration à la presse en marge de la séance de clôture de la session d’automne du parlement, avant d’ajouter que « plus aucune équivoque ne subsiste maintenant sur la date du vote du document ».

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika avait signé samedi un décret portant convocation du Parlement en ses deux chambres pour mercredi 03 février pour une session sur le projet de loi de révision constitutionnelle.

« A la suite de la diffusion de l’avis motivé du Conseil constitutionnel, selon lequel, le projet de loi portant révision constitutionnelle peut être soumis au Parlement, conformément à l’article 176 de la Constitution, son excellence le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a signé ce jour samedi 30 janvier 2016, un décret portant convocation du Parlement en ses deux chambres réunies, pour le 3 février 2016 », avait indiqué un communiqué de la présidence de la République.

« Ce décret précise que l’ordre du jour de la session pour laquelle est convoqué le Parlement porte sur le projet de loi portant révision constitutionnelle et que la session sera ouverte jusqu’à épuisement de son ordre du jour », a ajouté la même source.
Lire la suite

formats

Alain Juppé : « Le Nord et le Sud de la méditerranée ne s’en tireront pas séparés l’un de l’autre »

Publié le 02/02/2016, par dans Non classé.

Potentiel candidat à la présidentielle française de 2017, l’actuel maire de Bordeaux, Alain Juppé, souhaite « resserrer» et « approfondir» le partenariat entre son pays et l’Algérie. Sachant le poids de l’histoire, M. Juppé se posant comme l’homme de l’apaisement appelle à « regarder vers l’avenir». A la marge du meeting qu’il a animé, hier en début de soirée avec les Français d’Algérie, il a répondu à nos questions.
En quoi l’étape d’Alger est aussi importante pour tout candidat à la présidentielle française ?

Tout d’abord, c’est en tant que maire de Bordeaux que je suis ici. Nous avons un accord de jumelage avec Oran qui fonctionne très très bien. C’est tout aussi important pour le responsable politique que je suis, parce que les relations avec l’Algérie sont essentielles à bien des égards. Au plan stratégique, nous avons une bonne coopération dans la lutte contre le terrorisme, sur le plan économique aussi où ça peut être une relation gagnant-gangant. Et puis sur le plan humain, nous avons des liens anciens qui se resserrent sans cesse. Les binationaux notamment constituent une sorte de passerelle entre la France et l’Algérie. Les familles algériennes ont presque toutes un parent ou plus au moins un proche en France, ce qui constitue une richesse qu’il faut faire prospérer. Et bien évidemment, j’ai profité de ma visite aussi pour rencontrer les Français d’Algérie dans la perspective des prochaines élections présidentielles et primaires.

« L’apaisement» était un maître-mot dans votre discours de campagne, ça pourrait être aussi pour les relations algéro-françaises qui souvent sont émaillées de tension. Que préconisiez-vous pour y parvenir ?

Oui, il y a le poids de l’histoire, les cicatrices qui ne sont pas toujours refermées, mais nous savons bien que les passions s’apaisent avec le temps. Il faut regarder vers l’avenir. Il faut bien faire attention, nous sommes de part et d’autre de la Méditerranée souvent un peu susceptibles. Je constate qu’aujourd’hui les choses vont bien, qu’il faut garder cette bonne compréhension et cette bonne entente.

Vous êtes l’homme de l’apaisement ?

Je le souhaite fortement. Je voudrais vraiment que le partenariat entre la France et l’Algérie se renforce encore et s’approfondisse, parce que nos destins sont tout à fait liés. Le nord et le sud de la Méditerranée ne s’en tireront pas séparés l’un de l’autre. Il faut une politique de développement, une politique qui vise à chercher des solutions aux conflits qui ravagent le Proche-Orient, je pense à la Libye, à la Syrie. Nous devons joindre nos efforts.

Parlant de la Libye justement, vous étiez dans le gouvernement de Sarkozy au moment de l’intervention de l’OTAN. Si c’était à refaire vous changeriez quoi ?

Vous savez, c’est très facile de dire qu’il fallait faire autrement quand nous connaissons la suite de l’histoire. A l’époque, la question était de savoir si on laissait El Gueddafi massacrer sa population et en particulier la population de Benghazi. Il avait annoncé son programme, il voulait « dératiser» Benghazi. Et je pense que la France -sur un mandat des Nations unies- a eu raison d’intervenir. Après, nous avions souhaité accompagner l’opposition libyenne pour construire la transition démocratique et malheureusement c’est ça qui n’a pas fonctionné avec des torts partagés. L’opposition libyenne qui venue au pouvoir n’a souhaité s’insérer dans le processus que nous voulions mettre en place avec les Nations unies. Ça a abouti au chaos actuel. Mais je dois dire qu’il ne faut pas désespérer, il faut soutenir les efforts des Nations unies pour essayer de réconcilier les différentes parties. Il faut aller dans ce sens.

Vous contestez un certain nombre de mesures prises par le gouvernement de votre pays à la suite des attentats du 13 novembre. Pensez-vous que les réponses ne sont pas adéquates ?

J’ai dis qu’il y a des fausses réponses et de bonnes réponses. Quand nous avons mobilisé nos forces de sécurité sur l’ensemble du territoire pour assurer la sécurité des Français, nous avons soutenu l’état d’urgence aussi. En revanche, le débat sur la déchéance de la nationalité n’est pas un bon débat, ça ne changera rien et surtout ça divise inutilement. Je ne comprends pas d’ailleurs la dernière mouture de la proposition qui a été faite par le président de la République. Il appartient aux parlementaires de décider s’ils la voteront ou pas.

Si vous étiez élu en 2017 quel serait votre premier geste en direction de l’Algérie ?

D’abord, n’anticipons pas, la route est encore longue. Il y a d’abord l’étape des primaires à franchir au mois de novembre prochain et puis ensuite, il y aura l’élection présidentielle. Mais comme je le dis, le partenariat avec l’Algérie est absolument essentiel pour toutes sortes de raisons et donc je m’emploierai à le resserrer et à l’approfondir.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair