formats

Il était hospitalisé depuis jeudi en France : Bouteflika a regagné l’Algérie

Publié le 06/12/2015, par dans Non classé.

Le président Abdelaziz Bouteflika a regagné hier le territoire national, à l’issue d’une « courte visite privée» en France durant laquelle il a effectué des « contrôles médicaux périodiques», a indiqué la présidence de la République dans un communiqué répercuté par l’agence officielle APS.
« Son Excellence Abdelaziz Bouteflika, président de la République, a regagné le pays ce jour, samedi 5 décembre 2015, à l’issue d’une courte visite privée en France durant laquelle il a effectué des contrôles médicaux périodiques, sous la direction de ses médecins traitants», est-il écrit dans ce communiqué.

Dans la même journée, l’agence France-Presse a annoncé la sortie de l’hôpital du président algérien. Dans une dépêche livrée en début d’après-midi, la même agence annonçait aussi que Bouteflika avait même quitté le territoire français : « Le chef de l’Etat algérien a quitté, peu après midi, le service de cardiologie du Groupe hospitalier mutualiste, à Grenoble (sud-est), où exerce son cardiologue, Jacques Monségu.»
Ainsi, ce dernier séjour hospitalier du chef de l’Etat qui a commencé jeudi s’est achevé hier matin. Comme précisé par le communiqué de la présidence de la République du jeudi 3 décembre, le contrôle médical qu’a subi Abdelaziz Bouteflika a été de courte durée. L’AFP précise que Bouteflika avait déjà séjourné dans cette même clinique en novembre 2014.

Le Dauphiné libéré était présent au moment de la sortie d’hôpital de Bouteflika et rapportait dans son édition d’hier qu' »un convoi de plusieurs voitures, sous escorte policière, vient de partir de l’établissement hospitalier grenoblois, vraisemblablement pour rejoindre l’aéroport de Grenoble-Saint-Geoirs où un avion médicalisé attendait le chef de l’Etat».

Le communiqué de la présidence de la République, livré jeudi, avait noté que Bouteflika « avait quitté le territoire national pour une courte visite privée en France, durant laquelle il effectuera ses contrôles médicaux périodiques, sous la direction de ses médecins traitants». Nous n’en savons pas plus sur son état de santé. Depuis 2013, date de son accident vasculaire cérébral, les sorties publiques de Bouteflika se font rares et surtout inaudibles. Son dernier discours remonte à 2012. La maladie affectant sa mobilité et sa parole, Bouteflika est devenu un Président invisible pour les Algériens.

Ces derniers le voient en de très rares occasions, à la télévision, lorsqu’il reçoit des invités étrangers. Des personnalités et des formations politiques invoquent souvent la vacance du pouvoir. Lire la suite

formats

Grève de trois jours à partir du 15 décembre

Publié le 06/12/2015, par dans Non classé.

Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a décidé d’observer trois jours de grève partir du 12 décembre pour dénoncer la situation de déliquescence générale qui règne dans le secteur et la violence du gouvernement envers la société « en l’absence d’une politique réfléchie pour faire face aux situations difficile».
Le CNES, précise son secrétaire général, Malik Rahmani, a été empêché de tenir son conseil national, vendredi au niveau de son siège, à l’ex-Ecole de commerce, abritant aujourd’hui plusieurs institutions du supérieur.

Les 120 membres du conseil national du CNES, empêchés d’accéder à l’enceinte universitaire, ont été contraints de couper la circulation automobile pour se faire écouter par le premier responsable de l’université d’Alger, qui a ensuite donné le feu vert pour que le syndicat tienne sa réunion ordinaire. « C’est humiliant qu’un professeur du supérieur soit chassé du local de son syndicat comme un malfrat et soit empêché de rassemblement par les policiers. C’est seulement après que l’on ait entravé la circulation automobile que le responsable concerné a réagi», soutient M. Rahmani, encore en colère.

Le syndicat dénonce la dégradation du pouvoir d’achat des fonctionnaires de ce secteur et les mesures envisagées, sans prendre en considération la dégradation du pouvoir d’achat des Algériens.

« Cela indique l’incapacité du gouvernement à mettre en place une stratégie de développement, et le recours à la violence contre la société sans se soucier de son vécu au quotidien», dénonce M. Rahmani.
La plateforme de revendications brandie par le CNES comporte également des explications sur le sort des quotas de logements destinés aux enseignants universitaires, sachant que selon le même syndicats, 30 000 enseignants ne sont pas logés.

« Seuls 13% du programme ont été réalisés», révèle le n°1 du CNES, qui compte organiser un rassemblement le 15 décembre devant le ministère de l’Enseignement supérieur, à Ben Aknoun (Alger). Le Cnes interpelle les autorités sur le devenir de la recherche et dénonce « le recours à la facilité» qui menace la qualité des travaux de recherche réalisés par les doctorants.

Selon ce syndicat, le ministère a revu les modalités de réalisation des recherches pour les soutenances de doctorat en vue de réduire la durée des travaux, mais en réalité, la qualité et le sérieux qui se sont détériorés, dénonce M. Rahmani. Le syndicat compte organiser une série de mouvements de protestation après les vacances d’hiver, annonçant une autre grève de trois jours partir du 6 janvier 2016.
Lire la suite

formats

23 harraga interceptés au large de Annaba

Publié le 06/12/2015, par dans Non classé.

Les éléments du Groupement territorial des garde-côtes (GTGC) de Annaba ont intercepté, tôt dans la matinée d’hier, deux embarcations artisanales à bord desquelles avaient pris place 23 jeunes candidats à l’émigration clandestine, dont une jeune femme et un mineur,
avons-nous appris de la Protection civile. Agés de 17 à 49 ans, ces jeunes infortunés sont tous originaires de la wilaya de Annaba. Ils ont été surpris en haute mer par les unités des garde-côtes, en patrouille, alors qu’ils tentaient de rejoindre les côtes de la rive européenne, notamment l’île de Sardaigne. Ils ont embarqué avec la ferme intention de quitter l’Algérie et de rejoindre, tant bien que mal, les centaines de jeunes, déjà arrivés sur la botte italienne. Prenant le large à partir de la plage de Echatt, relevant de la wilaya d’El Tarf, la première embarcation à bord de laquelle ont pris place huit harraga a été interceptée vers 4h à 11 miles au nord-est de Ras El Hamra (Annaba).

Transportant quinze autres jeunes, dont une femme, la seconde embarcation a, quant à elle, levé l’ancre depuis la plage La Caroube de la corniche de Annaba. A la limite des eaux internationales, soit à 21 miles nautiques, elle a été repérée par les unités des garde-côtes. A l’arrivée au port de Annaba, vers lequel ils ont été reconduits, ils ont été pris en charge par le médecin de la Protection civile.

Les 23 malheureux jeunes candidats à l’immigration clandestine seront présentés aujourd’hui devant le procureur de la République du tribunal de Annaba pour répondre de leurs actes, dont la « tentative de quitter le pays clandestinement». Profitant des conditions climatiques favorables et de la baisse de vigilance des garde-côtes de Annaba, plusieurs embarcations ont, d’ores et déjà, rejoint l’Europe. Selon un communiqué du ministère tunisien de la Défense nationale, le 16 novembre les garde-côtes tunisiens avaient secouru 25 harraga algériens dont l’embarcation dérivait au niveau de la zone nord-ouest de la ville de Bizerte (Tunisie), à près de 35 miles des côtes. Lire la suite

formats

L’exposition du prix Aga Khan d’architecture s’ouvre à Alger

Publié le 05/12/2015, par dans Non classé.
L'exposition du prix Aga Khan d'architecture s'ouvre à Alger
ALGER – L’exposition « L’architecture, c’est la vie » s’est ouverte samedi au palais de la culture à Alger dans le cadre de la 12 ème édition du prix Aga Khan d’architecture. La présente édition met en perspective 20 projets dans 15 pays présélectionnés pour le cycle 2011-2013 du Prix. Cette exposition,…

Lire la suite

formats

Valoriser la chedda tlemcenienne à travers tout le territoire national

Publié le 05/12/2015, par dans Non classé.
Valoriser la chedda tlemcenienne à travers tout le territoire national
TLEMCEN – La « chedda » tlemcenienne, classée patrimoine culturel immatériel de l’humanité, « devrait être valorisée à travers tout le territoire algérien », a estimé un cadre du Centre national d’interprétation du costume traditionnel algérien de Tlemcen, lors de la célébration du 3ème anniversaire du classement de cet habit par l’UNESCO. « La chedda…

Lire la suite

formats

Tizi-Ouzou : une trentaine de maisons d’édition au salon Djurdjura du livre

Publié le 05/12/2015, par dans Non classé.
Tizi-Ouzou : une trentaine de maisons d'édition au salon Djurdjura du livre
TIZI OUZOU – Vingt-sept (27) maisons d’édition participent au salon Djurdjura du livre qui se déroulera du 5 au 9 du mois en cours dans la wilaya de Tizi-Ouzou, a-t-on appris samedi des organisateurs. La huitième édition de ce rendez-vous littéraire, organisée par la direction locale de la culture, et…

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair