formats

Le groupe « Jarka » sort son premier album

Publié le 29/01/2016, par dans Non classé.
Le groupe
ALGER- Une immersion dans un univers musical brassant fusion, compositions atypiques et morceaux choisis du patrimoine algérien appréhendé sous le prisme des musiques occidentales est proposé dans « Sabil », premier opus du groupe « Jarka » fraîchement édité. Sorti chez la maison d’édition « AVM », ce tout premier album du groupe se distingue de…

Lire la suite

formats

Le groupe « CoraSon de México » entonne la musique Mariachi à Alger

Publié le 29/01/2016, par dans Non classé.
Le groupe
ALGER – La formation musicale mexicaine « CoraSon de México » de chant et de danse traditionnelle, a animé jeudi soir à Alger un concert de musique populaire dite « mariachi » rehaussée par une danse folklorique devant un public enchanté. Organisé par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), le spectacle a drainé…

Lire la suite

formats

Un appel pour la préservation de l’environnement à Bouira

Publié le 29/01/2016, par dans Non classé.

Plusieurs associations locales de la wilaya de Bouira ont lancé une déclaration-appel aux pouvoirs publics afin d’attirer leur attention sur les dangers qui guettent l’environnement dans la wilaya.
« Le Parc national du Djurdjura (PND), qui est partie intégrante du patrimoine écologique et culturel, et un héritage des habitants de la région comme pour l’ensemble des Algériens, représente un legs à préserver pour l’humanité. A ce titre, il doit faire l’objet d’une gestion et d’une attention toute particulière de la part des autorités locales et nationales», lit-on dans la déclaration.

Les signataires appellent ainsi à favoriser et développer un tourisme plus respectueux de l’environnement et de la culture locale. « Un tourisme durable doit primer sur le tourisme de masse qui, pour l’instant, a surtout contribué à dégrader nos espaces naturels plutôt que de les mettre en valeur», motive-t-on. Plusieurs autres points ont fait l’objet de dénonciation, notamment ceux relatifs à la pollution des espaces naturels à Bouira, et ce, sans que des solutions tangibles et durables ne soient apportées pour y remédier.

L’expansion de l’urbanisme au détriment des terres agricoles cause aussi des dégâts non négligeables. « Toutes les zones industrielles existantes ou à venir dans notre région doivent être soumises à un cahier des charges rigoureux en matière de protection de l’environnement, et ce, pour répondre à des enjeux évidents de santé publique.» Lire la suite

formats

Sonatrach : Une réceptionniste porte plainte pour harcèlement sexuel

Publié le 29/01/2016, par dans Non classé.

Une jeune employée à la base de vie Sonatrach à Hassi Messaoud vient de porter plainte contre le directeur de la base, pour « harcèlement sexuel». L’affaire date de quelques mois déjà, selon la victime âgée de 30 ans, C. S., originaire de Mostaganem.
« Je travaille encore à la base et vous imaginez quelle pression je subis après avoir eu le courage de dénoncer cette attitude», témoigne la jeune femme, qui est réceptionniste. Elle raconte que le directeur en question n’hésite pas à lui « faire du chantage si elle ne répond pas à ses demandes» et il lui arrive même de « la ‘proposer’ à d’autres cadres de l’entreprise».

« Comme j’ai toujours refusé ses avances et celles des autres, le directeur en question use de tous les moyens pour me mettre la pression». « Sur ordre du directeur, les agents de sécurité m’ont interdit de quitter la base. Il m’a même changé de chambre, à l’intérieur de la base, pour m’installer dans un bloc réservé aux hommes», raconte-t-elle encore.

Lire la suite

formats

Que sont-ils devenus ?

Publié le 29/01/2016, par dans Non classé.

– Mohamed, Djihad et Hacina Zegzeg

Hacina et Mohamed ont participé à la sensibilisation des habitants sur les dangers liés à l’exploitation du gaz de schiste. Convaincus que l’amélioration du cadre de vie doit venir des habitants eux-mêmes, la famille se lance dans le développement d’initiatives de création de jardins potagers et de plantation d’arbres. Djihad, 15 ans, tente de sensibiliser ses camarades du lycée.

– Saïd Tikoubawine
Le chanteur du groupe Tikoubawine, enfant d’In Salah, était souvent en déplacement dans le pays. Pendant la contestation, le groupe a composé deux chansons pour dénoncer l’exploitation du gaz de schiste. La mobilisation lui a permis de créer des liens plus forts avec sa région.

– Djamel Addoun
Retraité de l’éducation, Djamel, 50 ans, a participé à la médiatisation des manifestations grâce à ses photographies et ses vidéos : « Au début, c’était pour permettre aux femmes qui ne sortaient pas de savoir ce qui se passait.» Aujourd’hui, Djamel, membre d’une association d’habitants, rencontre régulièrement les autorités pour faire avancer les projets de développement.

– Lahcen Nakhou
Gérant d’une boutique de matériel informatique, Lahcen, 28 ans, a perdu son frère Ahmed pendant les affrontements. D’une grande famille de la ville, il a perdu toute confiance en les autorités. « Comment le ministre de la Santé peut-il faire la promesse de construire un nouvel hôpital et ne rien faire ? Que voulez-vous que j’attende d’eux?» Lire la suite

formats

Polémique : Le Parlement en situation irrégulière après l’adoption de la nouvelle Constitution

Publié le 29/01/2016, par dans Non classé.

C’est mardi prochain que se réunira le Parlement pour adopter la nouvelle Constitution. Cependant, selon Lakhdar Benkhellaf, député du Front pour la justice et le développement (FJD), « il sera en situation irrégulière».
« Actuellement, nous avons deux session parlementaires de quatre mois. La première, celle d’automne, dure de septembre jusqu’au 2 février, et la seconde, la session de printemps, qui débute en mars et se termine en juillet. Dans la nouvelle Constitution, il n’ y aura plus qu’une seule session de 10 mois, de septembre à juillet. En adoptant la nouvelle Constitution, le Parlement ne pourra donc siéger qu’une seule fois selon l’article 118.»

« Etant donné que dans les dispositions transitoires, il n’est pas mentionné que cette mesure ne prendra effet que l’année prochaine, nous ferons face à une vacance», poursuit-il. Finalement, où est l’anomalie ? « En adoptant la nouvelle Constitution, la session ordinaire ne débutera qu’en septembre. C’est-à-dire que de février à septembre, le pouvoir aura le champ libre pour légiférer par ordonnance présidentielle». Et le parlementaire d’expliquer : « Il s’agit soit d’un oubli, soit l’adoption de la Constitution n’était pas prévue en février mais en juillet, soit le Président veut dissoudre l’APN selon l’article 12.»

De son côté, Fatiha Benabbou, spécialiste en droit constitutionnel, ne partage pas cet avis et affirme : « Premièrement, ce n’est pas une nouvelle Constitution, il s’agit juste d’une révision. Ensuite, je ne vois pas où est le problème. J’estime qu’il n y a aucune irrégularité étant donné que la session reprendra en mars. Ce n’est pas parce que nous aurons une session unique que tout va changer. Tout va se faire le plus normalement du monde et on introduira les révisions de façon progressive.»

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair