formats

Ennahda s’apprête à porter plainte contre Sidi Saïd pour injure

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Le mouvement Ennahda se prépare à porter plainte contre le secrétaire général de l’UGTA qui a tenu des propos outrageants à l’encontre de ceux qui critiquent les choix du gouvernement. Vidéo.
 » Nous sommes en train de coordonner avec des députés de l’opposition pour porter plainte contre le SG de l’UGTA qui a insulté notre religion et nos mères », a indiqué Mohamed Hadibi, chargé de communication du parti Ennahda, dans une déclaration à Elwatan.com.  » Il s’agit dans cette démarche de porter plainte contre le pouvoir qui a ramené ces gens-là et qui les a encouragé à insulter l’opposition », a expliqué Hadibi. Il a ajouté que  » Amara Benyounes et Ali Haddad avaient aussi insulté les Algériens ».

Le 31 décembre dernier à Alger, Abdelamdjid Sidi Saïd a tenu des propos outrageants contre les syndicats autonomes qui ont critiqué le retour du crédit à la consommation.  » Certains, pour le plaisir de dire non, ils disent non, behar 3lihoum (que la mer les emporte)… », a déclaré le patron de la centrale syndicale avant d’insulter la religion des mères de ceux qui ont critiqué l’UGTA et le gouvernement au sujet des risques relatifs au crédit à la consommation.

L’article 298 bis du code pénal stipule que  » Toute injure commise envers une ou plusieurs personnes qui appartiennent à un groupe ethnique ou philosophique, ou à une religion déterminée est punie d’un emprisonnement de cinq (5) jours à six (6) mois et d’une amende de 5.000 DA à 50.000 DA ou de l’une de ces deux peines seulement ».
Lire la suite

formats

Préservation de la musique andalouse: une association algéroise montre la voie

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.
Préservation de la musique andalouse: une association algéroise montre la voie
ALGER- L’association « Anadil El Djazaïr » (Les Rossignols d’Alger), créée en janvier 1992 pour initier les jeunes à la musique andalouse algérienne « Sanâa », aura formé des centaines de mélomanes à la pratique de cet art ancestral, selon un état des lieux qu’elle a elle-même établi à l’approche de son quart de…

Lire la suite

formats

Des milliers de livres stockés sans être disponibles pour le lecteur (ministre)

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.
Des milliers de livres stockés sans être disponibles pour le lecteur (ministre)
ALGER- Quelque 7.000 titres ont été édités en Algérie entre 2003 et 2015 dont de nombreuses copies sont stockées à la Bibliothèque nationale sans être disponibles pour le lecteur dans les bibliothèques publiques, les universités, les écoles, voire les établissements pénitentiaires et les mosquées, a indiqué lundi à Alger le…

Lire la suite

formats

L’armée découvre un abri contenant 31 kg de TNT à Sidi Bel Abbès

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Un abri contenant (31) kilogrammes de TNT a été découvert dimanche par un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP) relevant du secteur opérationnel de Sidi Bel-Abbès, a indiqué lundi le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué.
« Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte antiterroriste et contre la criminalité organisée, un détachement de l’ANP, relevant du secteur opérationnel de Sidi Bel-Abbès (2ème Région militaire) a découvert, le 03 janvier 2016, un abri contenant (31) kilogrammes de TNT », a précisé la même source.

Au niveau du secteur opérationnel de Boumerdes (1ère Région militaire), « un détachement de l’ANP a découvert et détruit une mine et six (06) canons de confection artisanale ».

Par ailleurs, un détachement relevant du secteur opérationnel de Tamanrasset (6ème Région militaire), a saisi « un pistolet mitrailleur de type Kalachnikov, trois (03) chargeurs et (52) balles », alors qu’à In Guezzam « cinq (05) immigrants clandestins de différentes nationalités ont été appréhendés ».

Au secteur opérationnel de Biskra (4ème Région militaire), « une personne a été arrêtée en possession d’une arme à feu de fabrication artisanale et d’une quantité de munitions ». Des éléments des Gardes-frontières de Tlemcen (2ème Région militaire) ont saisi « une quantité de carburant destinée à la contrebande s’élevant à (6230) litres et une (01) voiture touristique ».

De même, des éléments de la Gendarmerie nationale de Tlemcen ont appréhendé « quatre (04) individus en possession (890) comprimés psychotropes », conclut le communiqué du MDN.
Lire la suite

formats

«Le secteur agricole est trop fragile»

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

– Le retard en matière d’apports pluviométriques compromet-il la saison agricole ?

La sécheresse s’exprime ces dernières années de trois façons différentes, à savoir le manque de pluie ou la mauvaise répartition des averses dans le temps et dans l’espace, qui ne coïncide pas avec les stades de croissance végétative, ou carrément les deux phénomènes à la fois. Ce phénomène, qui perdure depuis 10 mois, s’accumule à des périodes de plus en plus fréquentes depuis une vingtaine d’années.

Cette situation vient à un moment où le contexte agricole pose problème, dès lors qu’aucune filière ne se porte bien. Pis, elle échappe au contrôle des pouvoirs publics à partir du moment où les mécanismes d’intervention de l’Etat ne peuvent plus sauver ces dernières. C’est le cas par exemple de la filière lait, qui est totalement dans l’impasse.

– Pourtant, le ministre de l’Agriculture a ordonné l’apport de l’irrigation compensatoire…

En dépit d’une sécheresse qui coïncide avec le début de la campagne labours-semailles, la solution préconisée par le ministère, qui consiste à recommander des apports en irrigation complémentaire, est aléatoire du fait que les barrages remplis au taux de 66% sont destinés en priorité à l’alimentation en eau potable des populations. En plus, ce sont les nappes qui subissent une réduction du volume du fait d’une irrigation traditionnelle non rationnelle engagée dans certaines zones des Hauts-Plateaux.

Cette situation devient de plus en plus délicate, dès lors que des agriculteurs ne possèdent pas d’équipement en vu d’intervenir dans un cadre d’urgence et de façon organisée. Cette situation nous interpelle encore une fois sur la fragilité d’une agriculture par l’absence de vision et la mauvaise exploitation des moyens mis en œuvre par l’Etat.

Cela va engendrer une augmentation effrénée de la facture des importations de produits alimentaires qui coïncide avec la dégringolade des recettes pétrolières. Ce qui n’augure pas de bonnes perspectives à court terme. La sécheresse ne fait qu’apporter une autre problématique à un secteur déjà dans l’impasse, par conséquent, même si les pluies sont importantes, le secteur agricole constitue une charge pour le Trésor public au lieu de produire des richesses.

Lire la suite

formats

Sept morts sur les passages à niveau non gardés

Publié le 04/01/2016, par dans Non classé.

Un arrêté ministériel datant de 2000 classe les passages à niveau et précise les critères pour les installer, comme la fréquence de la circulation.
Le trafic ferroviaire a repris hier après un arrêt de quatre jours de grève des mécaniciens de la SNTF. Le débrayage, décidé par les conducteurs suite au décès de leur collègue sur un passage à niveau non gardé à Akbou (Béjaïa), a été suspendu suite à l’accord conclu entre la direction et la commission provisoire de la Fédération nationale des cheminots. Le protocole d’accord signé le 2 janvier avec le syndicat maison a porté sur la sécurité du personnel de la SNTF, alors que les grévistes ont présenté une plateforme de revendications dénonçant la situation socioprofessionnelle des cheminots.

La décision a été prise, nous apprend-on, de renvoyer la prise en charge des autres points en litige aux négociations sur la convention collective. « Les négociations ont porté particulièrement sur les revendications liées à la sécurisation des lignes, aux enquêtes à mener après les accidents et sur la prise en charge psychologique des victimes. Des spécialistes assumeront, par exemple, les exigences engendrées par l’accident du point de vue de la médecine du travail. Les autres points évoqués dans la plateforme seront pris en charge dans le cadre de la convention collective qui sera discutée dans les prochains jours», nous a confié Aktouche Abdelouahab, assistant du directeur général.

Suppression de 90 passages à niveau

Sur le réseau national de 3840 km, il existe 1500 passages à niveau, dont une bonne partie ne sont pas gardés. Sur la ligne reliant Beni Mansour à Béjaïa, où s’est produit l’accident mortel de mardi dernier, 80 passages à niveau sont non gardés. Selon un bilan de la SNTF arrêté au 30 novembre 2015, le nombre des accidents sur les passages non gardés sont de 66, dont sept mortels, contre 70 en 2014. Une quarantaine de blessés ont été également recensés durant l’année 2015 sur ces passages non gardés.

La SNTF a décidé de prendre des mesures pour sécuriser le trafic et éviter ces accidents parfois mortels. « Nous avons deux options. La première implique la suppression graduelle des passages à niveau jugés accidentogènes par l’aménagement de passages inférieurs ou supérieurs. Au moins 92 sont en cours d’étude. Il y a une seconde option : l’Anesrif réalise ses nouvelles lignes sans passage à niveau. Cela aura l’avantage de nous permettre d’aller vers des vitesses de 120 km/h et plus. La loi nous interdit de dépasser cette vitesse sur les lignes avec des passages à niveau», précise M. Aktouche.

La SNTF sensibilise également sur les dangers des accidents à travers des journées portes ouvertes dans ses gares ou dans les écoles des localités traversées par les trains. Selon Mme Dib, chargée de la communication de la société, des actions ont été menées l’année dernière à Blida et Alger et le seront cette année aussi à Constantine et Oran.

« Les accidents sont liés au non-respect du code de la route. Les citoyens, les collectivités locales et les services de la gendarmerie doivent aussi s’impliquer. Il est impossible de faire garder tous les passages à niveau. Un arrêté ministériel de 2000 classe ces passages et précise les critères pour les installer comme la fréquence de la circulation. Il faut 5 agents par poste, soit 7500 pour tout le réseau.

Il nous est impossible d’atteindre ce chiffre», estime l’assistant du directeur général, qui regrette un « environnement hostile» qui agresse le domaine public ferroviaire (jets de pierre, dégradations, etc.). Le débrayage de quatre jours des cheminots a provoqué des pertes estimées à 40 millions de dinars.

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair