formats

Le maintien d’Abrini et Krayem examiné par la justice belge

Publié le 15/04/2016, par dans Non classé.

La justice belge s’est penchée hier sur la question du maintien en détention de plusieurs inculpés des enquêtes sur les attentats de Paris et Bruxelles, dont Mohamed Abrini et Osama Krayem arrêtés vendredi dernier dans la capitale belge.
Mohamed Abrini, Belgo-Marocain de 31 ans, proche de Salah Abdeslam, a reconnu être le troisième homme qui accompagnait les deux kamikazes qui se sont fait exploser le 22 mars à l’aéroport international de Bruxelles-Zaventem. Osama Krayem, 23 ans, fils d’exilés syriens naturalisé suédois, est soupçonné d’avoir été en contact avec le kamikaze de la station de métro de Maelbeek et d’avoir acheté les sacs utilisés pour les attaques du 22 mars. Tous deux ont été inculpés pour « assassinats terroristes», tout comme deux complices présumés, samedi au lendemain de leur arrestation.

La prolongation de la détention d’Abrini et Krayem fait peu de doute. Au total six personnes ont été arrêtées et incarcérées depuis le 9 avril dans l’enquête sur les attentats-suicide du 22 mars qui ont fait 32 morts à l’aéroport et dans le métro de Bruxelles. Après les quatre inculpations du week-end, le parquet fédéral belge en avait annoncé mardi deux nouvelles, celles de deux frères soupçonnés d’avoir « nettoyé» une des planques des kamikazes du 22 mars située dans la commune bruxelloise d’Etterbeek. Mohamed Abrini est également inculpé dans l’enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris qui ont fait 130 morts. Lire la suite

formats

Laghouat : Une famille demande l’ouverture d’une enquête contre un juge

Publié le 15/04/2016, par dans Non classé.

La famille Rougab, originaire de Laghouat, appelle le ministère de la Justice à ouvrir une enquête contre le juge qui a condamné, en septembre dernier, à 10 ans de prison ferme, ses deux enfants, Yacine, 29 ans, et Mohamed, 45 ans.
« Ce juge doit s’expliquer. Pourquoi leur a-t-il infligé une telle sentence pour une simple altercation ?» s’interroge leur père Brahim, 77 ans, joint par téléphone. « Mes frères ont été poursuivis comme des criminels alors qu’ils n’ont tué personne, insiste leur frère Abdelkader, 36 ans. Leurs adversaires n’ont présenté que trois certificats médicaux, dont deux pour 2 jours et le dernier pour 16 jours.» Mais la situation s’est aggravée après le décès, en prison, de Yacine, le 5 avril dernier. « Yacine était dans un état psychologique très critique.

Il n’a pas supporté sa condamnation qu’il trouvait injuste. Il est mort asphyxié», raconte Brahim. Un ami de Yacine témoigne : « Yacine n’a pas été pris en charge en prison. Les responsables de cet établissement ont même tenté de convaincre les médecins de dire qu’il était mort à l’hôpital, en vain.»

Pour rappel, cette prison est la même qui a été contestée par le militant de la cause des chômeurs, Belkacem Khencha. Dans une interview accordée à El Watan Week-end, Khencha avait dénoncé les conditions de détention dans cet établissement. Des déclarations qui lui ont valu une poursuite judiciaire et une condamnation à une amende de 100 000 DA.
Lire la suite

formats

La polémique de la semaine : Majda Roumi à la clôture de «Constantine, capitale de la culture arabe»

Publié le 15/04/2016, par dans Non classé.

C’était la grande soirée, hier, à Constantine pour la clôture de « Constantine, capitale de la culture arabe». Avec, à l’affiche, de grandes stars libanaises et jordaniennes : Majda Roumi, Diana Karazone et Walid Toufik. Selon certaines sources, ces stars auraient touché chacune 200 000 euros. Un montant que n’a pas été confirmé par le commissaire de l’événement. Des invités de marque qui ont provoqué une polémique dans la mesure où certains projets annoncés à l’ouverture de l’événement n’ont pas démarré, alors que d’autres seront probablement abandonnés, à l’exemple du palais des Expositions et du Musée d’art moderne.

Le projet de bibliothèque régionale n’est pas achevé à ce jour et celui des quatre annexes de la maison de la Culture n’a pas été réceptionné, apprend-on de sources locales. Le palais de la Culture Mohamed Laïd Al-Khalifa et la maison de la Culture Malek Haddad ne sont pas encore réceptionnés. Le seul projet réalisé en totalité est la salle Le Zénith qui a coûté 160 millions d’euros, alors que le dernier Zénith français a coûté 35 millions d’euros pour une double capacité !

Mosquées, zaouïas, bains maures, vieilles maisons de maître pour la Médina et la ville antique de Tiddis, les travaux entamés en 2015 ont été abandonnés sans aucune explication, ajoutent les même sources. Toutes les salles de cinéma sont restées fermées et toujours pas restaurées. En attendant, les sites sont donc fermés aux touristes. Seule la Médersa sera peut-être achevée en avril 2016. Question argent : 700 milliards de centimes versés pour les activités culturelles et 5400 milliards de centimes pour le volet construction et restauration.
Lire la suite

formats

Illizi : Des jeunes protestent contre la politique de recrutement des sociétés pétrolières

Publié le 15/04/2016, par dans Non classé.

A Illizi, comme à Ouargla et Laghouat, la politique de recrutement de Sonatrach et ses filiales ainsi que des différentes sociétés pétrolières étrangères est pointée du doigt.
L’argument sur l’absence de compétences dans la région ne convainc pas les membres de l’Assemblée populaire de la wilaya, réunie ces jours-ci en session ordinaire, et qui n’arrivent pas à comprendre comment la wilaya d’Illizi disposant, à elle seule, plus de six directions régionales de Sonatrach, n’est pas encore dotée d’un institut spécialisé dans la formation professionnelle en hydrocarbures.

Une demande légitime réclamée par la société civile du Tassili N’Ajjers devant les plus hautes instances du pays en vue de prendre en charge les besoins du secteur en matière de spécialisation, toutes disciplines confondues, au profit des enfants de la région. En sit-in depuis deux jours, les jeunes d’Illizi ont empêché les fonctionnaires et les usagers d’entrer dans la wilaya.

Le chef de daïra n’a pas réussi à les persuader de libérer l’accès. Conséquence, le siège de la wilaya a été rouvert par la force publique. « Ces contrats de travail limités à 3 mois nous pénalisent davantage, on veut au moins un contrat de six mois, aussi, le recrutement des jeunes diplômés de la région doit se faire au niveau local et non pas à partir d’Alger, c’est la moindre des choses», se plaignent-ils. Lire la suite

formats

Hôtel Kerdada : L’étude pour la rénovation confiée à un ancien candidat du FN

Publié le 15/04/2016, par dans Non classé.

« L’Entreprise de gestion hôtelière El Djazaïr, propriété de la société étatique Gestour, a choisi une très discrète entité britannique, Hotequip Ltd, pour mener à bien l’étude préalable et les travaux de réaménagement de son hôtel Kerdada à Bou Saâda, wilaya de M’sila», a révélé hier Maghreb Confidentiel.
Selon la même source, l’heureuse agence « Hotecuio a octroyé lundi dernier un contrat de près de 600 000 euros pour donner un coup de neuf aux suites, chambres et espaces communs de ce palais inauguré au début du XXe dans les Hauts Plateaux un modeste trois étoiles». Précisant que cette société anglophone est dirigée par Guy Le Guezennec, 67 ans, avocat français et ancien candidat du Front national, aux législatives française de 2012 dans la circonscription Europe du Nord.

Selon sa biographie publiée sur le site internet des Français à Londres, Guy Le Guezennec est marié à Schéhérazade Remmas, d’origine algérienne, et vit depuis plusieurs années dans le comté du Kent, au Royaume-Uni. Sur le même site, l’avocat affirme son soutien au Front national : « Mon expérience internationale, juridique et financière, me confronte chaque jour à des ‘informations’ sensibles et confidentielles. C’est donc après une analyse minutieuse et en mon âme et conscience que je soutiens sans ambiguïté les propositions politiques, économiques et financières de Marine Le Pen.» Lire la suite

formats

Gaz : Lle ministre de l’Energie annonce des mesures pour booster la production

Publié le 15/04/2016, par dans Non classé.

Le ministre de l’Energie, Salah Khebri, a prévu, hier à Alger, une hausse progressive de la production nationale en hydrocarbures qui devrait atteindre 241 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) en 2020, grâce aux investissements inscrits dans l’actuel quinquennat dépassant 73 milliards de dollars (investissements menés par Sonatrach, seule ou en partenariat avec des entreprises étrangères).
« La baisse de la production en hydrocarbures est chose courante, mais les prix élevés des cours du pétrole sur les marchés internationaux avaient couvert ce recul», a précisé Salah Khebri qui répondait à une question orale d’un membre du Conseil de la nation sur la maintenance des gisements des hydrocarbures et gaz associé non utilisé.

Toutes les mesures ont été prises en vue de booster la production à partir de l’année prochaine, précise le ministre. Il a indiqué que les deux tiers des revenus de l’Algérie provenaient du gaz, à savoir le gaz sec ou les huiles extraites du gaz brut, comme le gaz de pétrole liquéfié (GPL) et les condensats, ce qui signifie que toute baisse de la production induirait une baisse des revenus. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair