formats

Dans les coulisses de : La «colère» au consulat de Pontoise

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

Enceinte, ayant un malaise, une fonctionnaire n’a pas le droit de prendre un congé de maladie. Décision : elle a été licenciée. Un diplomate agresse un fonctionnaire. Une assistante sociale « incompétente». Retard dans la délivrance des passeports biométriques. Et en cas d’erreur, les concernés doivent repayer au moins 60 euros à chaque rectification ! Cela se passe au consulat d’Algérie à Pontoise, en France.

On évoque un « royaume de l’incompétence», selon un vice-président de l’Association des Algériens en France. Une standardiste nous raconte l’histoire d’une dame venue rectifier l’erreur sur son passeport : « C’est la deuxième fois que cette dame revient pour rectifier des erreurs sur son passeport. La première fois, elle a dû payer 60 euro.

A la restitution du passeport, elle se rend compte qu’une autre erreur s’est glissée. Pour la rectifier, le consulat exige d’elle de repayer encore une fois ! Ce matin (mercredi, ndlr), la dame en question a eu une crise d’hystérie devant moi. Elle n’a pas accepté cet état de fait. C’est inadmissible de payer pour une erreur commise par l’administration.» Pour la fonctionnaire « licenciée», nos sources affirment aussi qu’elle « est en contrat indéterminé». Avec tous ces « dépassements», le vice-président est désolé du fait que l’ambassadeur n’ait pas été avisé.

« Chaque citoyen, parce qu’il porte en lui la beauté et la dignité de l’Algérie, doit être choyé et respecté. Il est inadmissible, lorsque l’on constate les difficultés qu’ils rencontrent chaque jour sur le territoire français, que les citoyens algériens doivent en plus être humiliés sur le territoire algérien. Le consulat doit être un refuge pour le citoyen, même temporaire. Or, loin d’être un refuge, le consulat de Pontoise est un enfer et on regrette d’y entrer», explique l’association des Algérien en France dans leur communiqué remis à notre rédaction.

Lire la suite

formats

Concours «Race to Space 2016» : Six lycéens au «camp de l’Espace», aux Etats-Unis

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

L’association Sirius d’astronomie vient d’annoncer les résultats du concours « Race to Space 2016» qu’elle a organisé en partenariat avec le service culturel de l’ambassade des Etats-Unis à Alger.
« Ce concours enverra six étudiants doués en sciences, maths, technologie et maîtrisant l’anglais au camp de l’Espace, à Huntsville (aux Etats-Unis), pendant une semaine cet été», a déclaré le président de l’association, le Pr Jamal Mimouni. Ouvert aux jeunes âgés de 15 à 18 ans, ce concours a eu un écho favorable au sein de la communauté des lycéens. « Le concours a eu un retentissement considérable parmi les lycéens et nous avons reçu quelques 300 demandes de toutes les wilayas du pays, chacune avec une vidéo produite par le candidat comme contribution», précise notre source. Les résultats ont donc été publiés, faisant six heureux parmi la foultitude de candidats.

Ce sont donc cinq garçons et une fille, issus de quatre wilayas, à savoir Alger, Constantine, Boumerdès et Oum El Bouaghi, qui auront l’opportunité de jouer aux astronautes à la Space Academy en Alabama (Etats-Unis) cet été. A cet effet, Benjedda Hind, Ouari Sofiane, Boudah Yahyia, Benaziza Chemseddine, Dif Salah Eddine et Kafi Houssem Eddine suivront une formation intensive, assimilée à une expérience unique sur les plans intellectuel, psychologique et de l’endurance.

Ils s’entraîneront aussi aux technologies spatiales, à des exercices en état d’apesanteur et réaliseront de véritables mini-fusées. Les lauréats auront le privilège de visiter une navette spatiale de la NASA et rencontrer des astronautes américains. Ils en ont certainement rêvé, Sirius l’a réalisé pour eux. La compétition était rude tant les candidats en lice rivalisaient en performance pour être retenus sur la liste finale.

Les cinq membres du jury national, représentant Sirius, l’Agence spatiale algérienne (ASAL-Oran), Centre de recherches en astronomie de Bouzaréah (CRAAG), l’université Mentouri de Constantine ainsi que d’autres compétences scientifiques et artistiques, ont visionné des dizaines d’heures de vidéo pour sélectionner 14 finalistes qui ont fait l’objet d’interviews poussées. Six d’entre eux s’en sont distingués et s’envoleront prochainement à destination des Etats-Unis.

Ce concours national, en plus du concours Cirta-science organisé chaque année par l’association Sirius, « traduit concrètement notre volonté d’encourager nos jeunes à faire valoir leur talent dans les sciences et la technologie, fidèle à notre slogan ‘‘Pour la promotion de la culture scientifique dans notre société »», conclut le Pr Jamal Mimouni. Lire la suite

formats

Adoption de la loi électotale : L’exclusion

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

La loi sur le régime électoral et celle sur la haute instance indépendante de surveillance des élections ont été adoptées hier à l’Assemblée populaire nationale (APN) en présence du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, et la ministre chargée des Relations avec le Parlement, Ghalia Eddalia.
La loi sur le régime électoral qui a pourtant suscité une grande polémique et le boycott au vote de quelques groupes parlementaires des partis d’opposition, à savoir AAV, FFS et PJD, est finalement adoptée. Les députés du PT ont proposé la majorité des amendements, mais leurs tentatives « désespérées» n’ont pas été soutenues par le reste des députés représentant la majorité.

Le groupe parlementaire du FLN a « taclé» les autres groupes, car « le chef du groupe FLN, Mohamed Djemaï, a promis que les députés vont rejoindre l’initiative de l’opposition et demander la suppression des deux articles 73 et 91», explique le président du groupe Adala, Lakhdar Benkhellaf, qui se demande qui a donné l’ordre en dernière minute aux députés de faire machine arrière.

Mais pour M. Djemaï, l’explication est tout autre : « On s’est vraiment engagés avec les autres partis, mais en dernière minute, c’est la majorité au sein du parti qui l’a emporté. Nous avons effectivement proposé un amendement, mais par la suite, c’est la majorité des députés qui ont voté contre.» Ainsi les portes sont grandes ouvertes devant les partis du pouvoir tandis que le champ politique des partis de l’opposition va rétrécir, car l’article 73 exige au moins 4% des suffrages lors des précédentes échéances pour l’admission du dossier de candidature aux élections.

Exclusion

Chafaa Bouaïche, chef du groupe FFS, explique : « Les députés de notre parti ont boycotté les séances d’adoption de la nouvelle Constitution. Nous boycotterons aussi toutes les lois organiques émanant de cette Constitution.» Et de préciser que « la programmation de plusieurs projets de loi en un laps de temps ne permet en aucun cas aux députés d’examiner les projets de lois importants pour l’avenir du pays».

Le gouvernement cherche à travers cette loi à « exclure les partis politiques en les empêchant de participer aux élections par l’article 73, alors qu’il revient au peuple de choisir le parti qu’il veut et non au ministère de l’Intérieur», conclut le chef du groupe parlementaire du FFS. Même avis du côté de l’Alliance de l’Algérie verte.

« On assiste aujourd’hui au rétrécissement des libertés dans tous les domaines. Après les attaques virulentes contre les médias, c’est au tour des partis politiques qui osent s’opposer au gouvernement de subir le même sort, c’est presque le retour du parti unique», s’inquiète notre interlocuteur. La députée du Parti des travailleurs (PT), Nadia Chouitem, a plaidé pour le vote par procuration des militaires et des corps de sécurité et agents de la Protection civile, mais toutes ses tentatives n’ont pas eu d’appui, sauf celui de ses camarades qui sont une minorité.

Elle a avancé cette proposition : « Les militaires doivent être inscrits au niveau de leur lieu de résidence et non leur lieu de travail, sinon leurs responsables utiliseront leurs voix, comme ils le souhaitent, sans qu’ils s’en rendent compte, ou à défaut de manifester leur opposition» et cite comme exemple « la wilaya de Tindouf où le nombre de militaires, policiers, gendarmes et agents de la Protection civile dépasse celui des civils vivant dans cette région».

Le ministre de l’Intérieur a animé un point de presse à la fin et s’est montré « heureux». « Pour le gouvernement, c’est une grande avancée démocratique pour le pays ; ainsi, les partis politiques seront appelés à développer leurs activités dans les 1541 communes du pays et non seulement à Alger», a déclaré le ministre. Ainsi, les partis doivent relever le défi et travailler dur pour développer leurs réseaux dans toutes les régions du pays afin de peser sur l’échiquier politique. Le ministre a annoncé par la même occasion la présentation prochaine de plusieurs projets de loi, notamment celui relatif aux manifestations publiques. Lire la suite

formats

Accrochage de l’armée avec un terroriste

Publié le 01/07/2016, par dans Non classé.

Un détachement de l’Armée nationale populaire (ANP) s’est accroché, hier après-midi, dans la localité de Bouhalouane à Jijel avec le terroriste dénomme G. Mohamed Saïd, a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale.
« Dans le cadre de la lutte antiterroriste et suite à une opération de ratissage dans la localité de Bouhalouane, commune de Bordj Tahar, wilaya de Jijel (5e Région militaire), un détachement de l’Armée nationale populaire s’est accroché, dans l’après-midi d’hier, avec le terroriste dénomme G. Mohamed Saïd, dit Saad, il avait rallié les groupes terroristes en 1993», précise le MDN. « Au cours de cette opération, ledit terroriste a ouvert le feu sur les éléments du détachement, qui ont riposté à leur tour. Sa femme et son bébé ont été touchés lors de l’accrochage et ses trois filles ont été arrêtées, tandis que la poursuite du terroriste est en cours, ajoute la même source.
Lire la suite

formats

La date des préinscriptions pour les nouveaux bacheliers arrêtée du 19 au 21 juillet

Publié le 30/06/2016, par dans Non classé.

La date des préinscriptions pour les nouveaux bacheliers, au titre de l’année universitaire 2016-2017, a été arrêtée du mardi 19 au jeudi 21 juillet, a annoncé jeudi, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans un communiqué.
Les nouveaux bacheliers pourront par la suite, confirmé cette préinscription durant la période allant du vendredi 22 au dimanche 24 juillet, laquelle sera suivie par la phase des affectations et des recours en ligne dont la date a été arrêtée par le ministère du dimanche au 31 juillet au mardi 2 août.

La période de déroulement des concours, entretiens avec un jury pour les filières concernées est prévue également, du dimanche 31 juillet au 2 août, suivie de la période des inscriptions définitives du jeudi 4 au mardi 9 août, a ajouté la même source.

A noter que le calendrier des préinscriptions, des recours et des inscriptions définitives des nouveaux bacheliers intervient en application des dispositions de la circulaire n° 1 du 2 juin 2016, relative à la préinscription et à l’orientation des titulaires du diplôme de baccalauréat au titre de l’année universitaire 2016-2017. Lire la suite

formats

Le premier jour du l’Aïd devrait être célébré le mercredi 6 juillet selon Sirius

Publié le 30/06/2016, par dans Non classé.

Le premier jour du l’Aïd devrait être célébré le mercredi 6 juillet, par conséquent, le peuple algérien est appelé à compléter le mois de Ramadhan à 30 jours, a estimé jeudi l’association Sirius d’astronomie dans un communiqué.
 » Astronomiquement parlant, l’observation du croissant lunaire en Algérie le lundi 4 juin étant rigoureusement impossible vu que la lune se couchera ce jour là avant le soleil, le mois de Ramadhan devrait compter 30 jours, et ce tant dans le cas d’une observation locale que généralisée au monde arabe, donc sur la base d’une observation visuelle (et même instrumentale) du croissant, l’Aïd devrait donc être célébré le mercredi 6 juillet », précise le communiqué.

Elle a expliqué que la lune « sera strictement invisible d’Algérie, du monde arabe et de toute les régions à l’ouest jusqu’en Amérique du sud ou le croissant sera marginalement visible au télescope dans une petite portion du continent ».

« Si on exige la visibilité du croissant à l’oeil nu comme c’est la position officielle en Algérie, ou même au télescope comme dans les pays du Golf et d’autres pays musulmans, le fait que le croissant ne sera pas visible ni à l’oeil nu ni au télescope de tous les pays arabes dont l’Algérie (Il se couche 6mn avant le soleil à Alger et se trouvera alors à 1° en dessous de l’horizon) impliquerait que nous complétions le mois de Ramadhan à 30 jours et l’Aid devrait être célébrée le mercredi 6 juillet », est-il ajouté.

Elle a souligné également, que »seul le comité des croissants lunaires du ministère des Affaires religieuses est habilités à se prononcer sur la date effective de l’Aïd ». Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair