formats

Un nouveau président du groupe de travail prochainement désigné

Publié le 22/08/2016, par dans Non classé.

Un nouveau président du groupe de travail pour l’accession de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sera désigné prochainement, en remplacement de l’ambassadeur argentin Alberto d’Alotto dont la mission auprès de l’OMC a pris fin en mai dernier, a indiqué hier l’APS, citant une source du ministère du Commerce.

« Le mandat de M. d’Alotto en tant que représentant permanent de l’Argentine auprès de l’OMC s’est achevé fin mai dernier. Les procédures sont en cours pour la désignation d’un autre président du groupe de travail chargé de l’accession de l’Algérie à cette organisation», a souligné la même source, précisant que le conseil général de l’OMC va désigner dans les mois à venir le nouveau président. « Nous sommes consultés par l’OMC, mais c’est son conseil général qui va désigner le nouveau président, puisque le groupe de travail est un organe de l’organisation», a-t-on expliqué. Les présidents des groupes de travail, ajoute-t-on, sont désignés parmi les ambassadeurs des représentants permanents des pays membres de l’OMC.

Dans son dernier bulletin d’information sur les accessions à l’organisation, l’OMC a indiqué que les consultations sur la désignation d’un nouveau président pour le groupe de travail de l’accession de l’Algérie se poursuivaient entre les deux parties.
Il s’agira donc du sixième président du groupe de travail pour l’accession de l’Algérie à l’OMC. Avant l’Argentin Alberto d’Alotto (juillet 2012), il y avait eu le Français François Roux (novembre 2011-juin 2012), les Uruguayens Guillermo Valles Galmés (mai 2004-juillet 2010) et Carlos Pérez del Castillo (juillet 1998-mai 2004), et l’Argentin Juan Carlos Sanchez (février 1994-juillet 1998).

Concernant le processus d’adhésion, le bulletin de l’OMC a rappelé que lors d’une rencontre entre le directeur général de l’organisation, Roberto Azevêdo, et le ministre du Commerce, Bakhti Belaïb, ce dernier avait assuré qu’Alger « présenterait dans les semaines à venir des contributions pour les négociations (réponses aux questions, plan d’action législatif et textes législatifs)». Cette rencontre avait eu lieu en marge de la 14e session de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), tenue en juillet dernier à Nairobi.
Il convient de rappeler que l’Algérie a mené, à ce jour, 12 rounds de négociations multilatérales durant lesquels elle a traité 1900 questions liées essentiellement à son système économique.

Le groupe d’experts représentant le pays a aussi tenu plus de 120 réunions bilatérales avec une vingtaine de pays, qui ont été couronnées par la conclusion de six accords bilatéraux avec Cuba, le Brésil, l’Uruguay, la Suisse, le Venezuela et l’Argentine.
Lire la suite

formats

On vous le dit

Publié le 22/08/2016, par dans Non classé.

Un marchand ambulant retrouvé mort à Sidi Bel Abbès

Le corps sans vie d’un jeune homme, marchand ambulant de légumes, est découvert, avant-hier samedi, au fond d’un canal de dérivation de l’oued Mekerra, au quartier Bouazza El Gherbi de la ville de Sidi Bel Abbès. Des recherches effectuées par les services de police et de la protection civile, après qu’ils aient été alertés de sa disparition par des membres de sa famille, aboutissent rapidement à la découverte du corps du jeune homme. Il est, par la suite, transféré pour autopsie à la morgue de l’hôpital de la ville. Les premiers éléments de l’enquête révèlent que la victime a été « tabassée» par trois individus. Le témoignage d’un adolescent qui l’accompagnait le jour où il a été « tabassé» va déboucher sur l’interpellation des trois présumés agresseurs. Selon une source sécuritaire, ces derniers auraient reconnu avoir administré une « raclée» à la victime sans avoir eu l’intention de lui ôter la vie. Après leur comparution devant le magistrat instructeur près le tribunal de Sidi Bel Abbès, les trois mis en cause, membre d’une même famille, ont été mis en examen. Jusque-là, cette affaire, que la justice aura toute la latitude de qualifier les faits, pourrait ressembler à un douloureux fait divers, n’était le motif de l’agression. Selon l’un des principaux témoins de cette affaire, la victime a payé cher le fait d’avoir voulu chaparder quelques figues d’un verger longeant le canal de déviation de l’oued Mekerra. Surpris par les propriétaires dudit vergers, les deux comparses ont été sévèrement « corrigés». L’un d’eux a réussi à s’échapper. Il ne donnera l’alerte que trois jours après la disparition de son compagnon. Ce dernier a perdu la vie pour… quelques figues.

L’Iran montre des images de son nouveau système anti-aérien

L’Iran a montré pour la première fois, hier, des images de son nouveau système anti-aérien Bavar 373, construit localement et comparable au S-300 russe, lors d’une cérémonie en présence du président Hassan Rohani. Les images diffusées par les différents médias iraniens ont montré M. Rohani et le ministre de la Défense, Hossein Dehghan, devant le nouveau système, un projet qui avait été lancé à l’époque où l’Iran subissait encore les sanctions internationales. L’Iran a décidé de se lancer dans ce projet lorsque la Russie avait suspendu le contrat pour la livraison du système S-300 en 2010 à cause des sanctions. En 2007, l’Iran et la Russie avaient conclu un contrat pour la livraison de ce système, mais en 2010 Moscou avait suspendu la vente en application d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU contre le programme nucléaire iranien. En 2015, peu avant la conclusion d’un accord international sur le programme nucléaire iranien qui a permis la levée progressive des sanctions, Moscou a de nouveau autorisé le transfert des S-300 dont l’Iran a pris livraison d’une partie. Les Etats-Unis et Israël ont critiqué la livraison du système S-300 à l’Iran, ce qui rend difficile toute attaque contre les installations nucléaires du pays.

Coincés en France, des migrants mineurs isolés abandonnent leur rêve anglais

A 16 ans, pour échapper au service militaire, Mohamed a fui l’Érythrée pour rejoindre l’Angleterre. Comme lui, plusieurs centaines de mineurs ont quitté leur pays, seuls, dans l’espoir d’une vie meilleure au Royaume-Uni, mais se retrouvent coincés en France où certains finissent par renoncer. Quand Mohamed raconte son voyage, il se souvient de ses trois semaines de marche entre l’Érythrée et la Libye, de sa traversée « dans un petit bateau gonflable avec 36 personnes» jusqu’à l’Italie, du goût du sel des vagues qui éclaboussaient son embarcation, puis de son arrivée à Calais, dans la nord de la France, en 2015. C’est là, face aux côtes anglaises, qu’affluent des milliers de migrants dans l’espoir de trouver un moyen de passage vers le Royaume-Uni, qui leur ferme ses portes. Le bidonville où ils s’entassent, surnommé « la Jungle» abrite actuellement plus de 7000 personnes, un nombre jamais atteint auparavant. « Je ne m’attendais pas à ça. Je ne m’imaginais pas que les gens pouvaient dormir au sol ici», affirme le jeune homme, sweat à capuche et baskets. Tous les soirs, il tentait de grimper dans les camions avec les adultes, « j’ai réussi plusieurs fois, mais on finissait toujours par se faire virer par les policiers», raconte le jeune homme en français.

Une tête de taureau pour accueillir le Red Bull Leipzig en Allemagne

Des supporters de Dresde ont lancé samedi une tête de taureau tranchée devant leur tribune, message pour le moins violent adressé à leur adversaire du jour en coupe d’Allemagne, le RB Leipzig, fondé, financé et entièrement contrôlé par la marque Red Bull, rapportent hier plusieurs médias, photos à l’appui. Le RB Leipzig, qui vient d’accéder à la première division, est l’objet d’une haine farouche des ultras du Dynamo Dresde (D2), un club traditionnel de l’ex-RDA aux moyens financiers limités. Dresde s’est imposé aux penalties (2-2, 5 tab à 4) dans ce derby de l’Est sous haute tension. Outre la tête de taureau sanguinolente, censée représentée l’emblème du RB Leipzig, le taureau rouge de la marque autrichienne, les supporters de Dresde ont déployé des banderoles proclamant entre autres : « La tradition ne s’achète pas» ou « De la Bière plutôt que du Red Bull». Lire la suite

formats

La contestation prend forme contre Amar Saadani

Publié le 22/08/2016, par dans Non classé.

L’étau se resserre sur le secrétaire général du FLN, Amar Saadani. Alors que ses compagnons du bureau politique (BP) affirment, depuis le début du mois d’août en cours, que la base soutient toujours « sa direction légitime», les fissures deviennent de plus en plus importantes.
Des militants et cadres du parti tirent déjà la sonnette d’alarme. Cette fois-ci, c’est la mouhafadha de Bordj Bou Arréridj qui se rebiffe. Dans un communiqué rendu public hier, les cadres, les députés, les élus et les militants du FLN dans cette wilaya interpellent le président Abdelaziz Bouteflika, en tant premier responsable du parti, d’agir pour mettre un terme à « une crise qui n’a que trop duré».

Les responsables de cette mouhafadha se disent exaspérés par « la situation catastrophique dans laquelle se trouve leur formation en raison des dérapages dangereux commis par l’actuelle direction qui portent atteinte aux symboles de la Révolution et à l’unité nationale». Les cadres militants de l’ex-parti unique dans la wilaya de Bordj Bou Arréridj affichent leur désaccord et leur mécontentement devant « la déclaration irresponsable et étrange de certains responsables du FLN», suite à la publication d’un appel lancé par un groupe de moudjahidine qui ont plaidé pour la destitution de Amar Saadani. Le secrétaire général du FLN par intérim, Ahmed Boumehdi, avait mis, rappelons-le, en doute le parcours des signataires de cet appel, dont Yacef Saâdi, Zohra Drif-Bitat, Djilali Groudj et Lakhdar Bouregaa.

Cette réaction a suscité la colère des militants du FLN, comme l’affirment les responsables de la mouhafadha de Bordj Bou Arréridj. « Nous dénonçons ces agissements et ces déclarations qui ne cadrent pas avec la culture, les valeurs et les principes de notre parti. Cela est un signe de la gravité de la situation que travers notre formation et qui brime encore davantage son image», lit-on dans ledit communiqué. « Nous partageons le même constat avec nos pères moudjahidine concernant la crise qui secoue notre parti. Et nous appelons tous les militants à serrer les rangs pour constituer un front qui fera face aux clients et aux arrivistes qui tentent de détourner le FLN. Notre démarche vise à redonner de la légitimité au parti en nettoyant ses rangs des détenteurs de l’argent sale qui ont pu corrompre des militants en achetant leurs consciences», ajoutent les signataires de ce communiqué. Le secrétaire général du FLN et sa direction sont, ainsi, au centre d’un véritable tourbillon qui risque de les emporter.

En plus des protestations de la base, le mouvement de redressement du parti continue de les harceler en les poussant à la faute. Il y a quelques jours, ce mouvement avait organisé son université d’été à Ténès, dans la wilaya de Chlef. Ne pouvant les contrer par des moyens pacifiques, les partisans de Amar Saadani ont eu recours à la violence pour perturber ce rendez-vous. Lire la suite

formats

Justice : Deux Algériens se trouvent toujours à Guantanamo

Publié le 22/08/2016, par dans Non classé.

Deux détenus algériens croupissent toujours à la prison américaine de Guantanamo. Selon le ministère de la Justice, tous les autres détenus algériens dans l’île cubaine ont été élargis et dispersés un peu partout dans le monde.
Le communiqué du ministère de la Justice indique « qu’en décembre 2015, le ministre de la Justice, garde des sceaux a déclaré que sur les 26 détenus, 18 avaient fait l’objet d’un traitement judiciaire par la justice algérienne et que 8 détenus n’avaient pas été rapatriés».
Selon la même source, sur les 18 personnes sus-citées, 17 avaient été remises aux autorités algériennes, tandis qu’une personne (portant une double nationalité) était rentrée en Algérie après avoir été transférée vers un autre Etat qui avait donné son accord pour l’accueillir. Le ministère de la Justice, qui semble répondre à des articles de presse écrits sur le sujet, rappelle qu' »une délégation officielle algérienne a effectué, en 2006, un déplacement à la base navale de Guantanamo et a pu identifier 26 ressortissants algériens qui y étaient détenus».

La prison américaine de Guantanamo devait être fermée en 2010 sur décision de Barack Obama. Mais à cause notamment du refus de certains pays d’accueillir les détenus, la prison n’est toujours pas fermée. Elle compte encore quelques détenus, dont les deux Algériens. Ces derniers refuseraient, apparemment, de revenir en Algérie. Ils craignent de mauvais traitements.
Lire la suite

formats

Décès du journaliste Kadi Boumdol

Publié le 22/08/2016, par dans Non classé.

Kadi Boumdol a débuté sa carrière à la fin des années 1990, au sein du quotidien régional Erraï avant de rejoindre les staffs rédactionnels de plusieurs autres publications de l’ouest du pays, dont Sawt El Gharb et Sada Wahran.
Il a été notamment responsable régional, à Oran, des quotidiens El Jarida, El Fadjr et Djazaïr News. Pertinent, énergique et jovial, il s’est longtemps consacré au travail de terrain, au contact des petites gens, à travers une longue série de reportages consacrés aux contrées et bourgades déshéritées du pays profond.

Forgé dans l’adversité, il était particulièrement sensible aux conditions de vie des populations ayant souffert des affres du terrorisme dans les localités du sud-est de la wilaya de Sidi Bel Abbès. Plusieurs de ses reportages avaient d’ailleurs permis de mettre en lumière le dur vécu des populations rurales pendant et après les années de terrorisme.

A partir de 2005, Kadi Boumdol rejoint la rédaction du quotidien arabophone Djazaïr News, où il occupa la fonction de rédacteur en chef en charge des régions.

Après une riche carrière dans la presse écrite, il entame une nouvelle expérience dans l’audiovisuel et intègre Echorouk TV en 2012.
Nombreux étaient les journalistes à exprimer hier leur tristesse sur les réseaux sociaux, saluant le parcours d’un professionnel consciencieux et très amène. « Il est parti trop tôt, au moment où sa carrière a atteint sa vitesse de croisière. Injuste. Un homme plein de vie et rempli d’ambitions», commente Hacen Ouali du quotidien El Watan, avec lequel il a travaillé à El Djazaïr News. « Un homme modeste et juste. C’est une grande perte pour le métier», témoignent ses collègues. Ses confrères et consœurs à Echorouk TV étaient atterrés à l’annonce de sa disparition tragique.

Kadi Boumdol, père de trois enfants, a été inhumé hier après-midi au cimetière de Sidi Bel Abbès. Repose en paix, l’ami ! Lire la suite

formats

85 décès par noyade

Publié le 22/08/2016, par dans Non classé.

n 85 décès par noyade ont été recensés du 1er juin au 15 août 2016 à travers le territoire national, selon les statistiques fournies hier par la direction générale de la Protection civile. Au cours d’une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan 2016 de la Protection civile, le colonel Achour Farouk, sous-directeur de l’information et des statistiques, a précisé que les 85 cas de décès sont survenus lors de 105 noyades enregistrées dans 68 plages interdites à la baignade et dans 37 autres autorisées. Concernant les plages autorisées, il a été répertorié 21 décès de personnes ayant nagé durant les horaires de surveillance, et 16 autres décès en dehors de cette tranche. Parmi ces 21 décès, 13 cas ont été enregistrés durant les journées où la baignade était formellement interdite (fanion rouge), en raison de l’état très agité de la mer, et 4 autres décès pendant la baignade autorisée (fanion vert). Les 4 cas restants ont été répertoriés durant la baignade autorisée mais dangereuse (fanion orange). Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair