formats

Boumerdès : Bataille rangée entre des habitants à Hammadi

Publié le 23/04/2016, par dans Non classé.

Les habitants de la cité Hamza 2, relevant de la commune de Hammadi, dans l’extrême ouest de Boumerdès, se sont livrés à une bataille rangée durant la nuit de vendredi à samedi, vers 1 heures du matin. La bagarre s’est soldée par l’arrestation de 27 personnes.
Selon le commandant Zayer de la gendarmerie national,  » L’étincelle qui a éveillé les hostilités entre les habitants du quartier était un différend entre deux voisin sur un lieu de stationnement. Nous avions intervenu suite à un appel de détresse d’un citoyen du quartier.»

L’affaire a pris un tournant dangereux lorsque chacun des deux voisins a fait appel aux siens pour se lancer dans une bataille sanglante.  » Au moment de notre intervention, il y avait plus de 200 personnes en possession d’armes blanches, prêts à livrer bataille », selon le même officier.
L’intervention des éléments de la gendarmerie s’est soldée par l’arrestation de 27 personnes dont un mineur, la récupération d’un pistolet automatique et de plusieurs armes blanches.

Comme par miracle, aucun blessé n’a été enregistré. Quant aux dégâts matériels, 03 véhicules ont été incendiés.
Lire la suite

formats

Près de 2 millions de CD et DVD contrefaits seront détruits la fin du mois à Alger

Publié le 23/04/2016, par dans Non classé.
Près de 2 millions de CD et DVD contrefaits seront détruits la fin du mois à Alger
ALGER- Des lots de près de 2 millions de supports audio et vidéo (CD et DVD) contrefaits, saisis au cours de l’année 2015, seront détruits le 30 avril prochain, a indiqué samedi à Alger le directeur général de l’Office national des droits d’auteurs et des droits voisins (Onda). Intervenant lors…

Lire la suite

formats

Progression du MAK : le FFS accuse le pouvoir

Publié le 23/04/2016, par dans Non classé.

La capacité de mobilisation, non négligeable, dont a fait preuve le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), lors des marches du 20 avril dernier à Tizi Ouzou, Béjaia et Bouira, a fait réagir le FFS, considéré jusqu’ici comme la première force politique dans la région.
Mohamed Nebbou, premier secrétaire du FFS, a expliqué dans un discours qu’il a prononcé, aujourd’hui samedi, devant les militants de son parti à Oum El Bouaghi que la  » progression » du MAK est le résultat des politiques menées par le pouvoir en place.  » C’est un mouvement jusque là minoritaire, mais la déliquescence de l’Etat, l’absence de projet de développement, l’obstruction des perspectives d’avenir pour une jeunesse privée du droit au travail, à l’exercice de ses libertés, à son épanouissement social, politique et culturel (…) poussent les jeunes de Kabylie à protester et à reprendre des mots d’ordre séparatistes …», a déclaré Mohamed Nebbou.

Sans les nommer, il a accusé certaines forces au sein du pouvoir qui, selon lui,  » poussent au pourrissement, qui multiplient les provocations et qui ne savent gérer les problèmes qu’avec la répression ». Il a également pointé du doigt  » certains intérêts particuliers (qui) entendent instrumentaliser la région et la colère légitime de la jeunesse pour se replacer sur la scène politique ».
Mohamed Nebbou a réitéré l’  » attachement indéfectible » de son parti à  » l’unité nationale et à l’intégrité territoriale de l’Algérie ». Il a affirmé que  » le destin de la Kabylie est lié au destin de toutes les régions d’Algérie ».

Corruption et violences

Mohamed Nebbou a abordé, par ailleurs, la prolifération des phénomènes de la violence et de la corruption au sein de la société algérienne.  » Quand le citoyen est agressé quotidiennement par des scandales de corruption et que rien n’est fait pour mettre un terme de manière radicale à ces crimes économiques ce n’est pas un problème d’autonomie de la justice qui est posé, c’est l’existence même de l’état qui remise en cause ! » Ces scandales de corruption constituent, dit-il,  » une agression exécutée par des forces agissant à partir des institutions contre les institutions ! »

Il a, en outre, exprimé son inquiétude quant à la fréquence des protestations sociales et, surtout, des violences intercommunautaires à Ghardaïa.  » Cette banalisation des troubles, des violences, des intolérances doit nous interpeller au plus haut point. Elle est l’indice que les pouvoirs publics et les élites dirigeantes ne sont plus en mesure d’apporter les solutions aux dysfonctionnements sociaux », a estimé le premier secrétaire du FFS.
Lire la suite

formats

Une semaine d’activités culturelles

Publié le 23/04/2016, par dans Non classé.
Une semaine d'activités culturelles
ALGER – La clôture de la manifestation « Constantine, capitale 2015 de la culture arabe » et la célébration du Printemps amazighe auront marqué l’actualité culturelle de la semaine écoulée en plus d’autres activités dans le théâtre, la musique et le patrimoine. – La manifestation « Constantine, capitale 2015 de la culture arabe »…

Lire la suite

formats

« Mémoire du temps, miroir du présent », le patrimoine tunisien en débat à Paris

Publié le 23/04/2016, par dans Non classé.
PARIS – La richesse et la diversité du patrimoine tunisien, trois fois millénaire, étaient au centre d’un débat animé vendredi par des universitaires lors des Journées du patrimoine tunisien qui se tiennent les 22 et 23 avril à Paris. Sous l’intitulé « Patrimoine de Tunisie, mémoire du temps, miroir du présent…

Lire la suite

formats

«Nous allons faire appel»

Publié le 23/04/2016, par dans Non classé.

Jay Strongwater est l’avocat commis d’office de Hamza Bendelladj qui vient d’être condamné à 15 ans de prison ferme. Membre du barreau de Géorgie (Etats-Unis), son cabinet est basé à Atlanta. Il répond aux questions d’El Watan.
Quels sont les arguments des procureurs américains contre Hamza Bendelladj qui ont mené à cette condamnation ?

Les procureurs ont estimé le nombre d’ordinateurs infectés à plusieurs millions avec un coût moyen de réparation de 150 dollars par machine. Dans l’ordinateur de mon client, ils ont trouvé plus de 400 000 comptes estimés à 500 dollars chacun. Et aucune circonstance atténuante ne lui a été accordée.

Quels sont vos contre-arguments ?

Pour nous, l’emploi du virus SpyEye et l’utilisation des brèches de sécurité dans les systèmes de données des grands magasins sont deux choses distinctes. Notre expert l’a démontré devant la cour. Un bon pourcentage des cartes de crédit obtenues par Hamza Bendelladj étaient expirées. En plus, les antivirus bon marché peuvent facilement supprimer le cheval de Troie SpyEye. Leur coût est minime et très loin de l’estimation du gouvernement.

Hamza Bendelladj faisait partie des clients d’Aleksandr Panin (le créateur du virus), qui en avait plus de 150. Il y avait plusieurs versions de SpyEye, dont quelques-unes seulement liées à mon client. Et le gouvernement n’a apporté aucune preuve que celui-ci a réalisé des gains ou des profits.

Allez-vous faire appel ?

Oui. Nous avons 14 jours pour le faire. Le processus peut prendre de 12 à 18 mois.

Pourquoi le hacker algérien a-t-il écopé d’une peine plus lourde que le Russe qui a créé le virus SpyEye ?

Alexandr Panin s’est présenté comme un développeur qui n’a gagné aucun sou. Il y avait une entente avec les procureurs : en échange de sa coopération, ils ont requis une peine plus légère contre lui. Comme je l’ai dit, Hamza était l’un des 150 clients de Panin.

Il y a plus de 80 versions du virus SpyEye. Le gouvernement n’a apporté aucune preuve quant à la version qu’aurait utilisée Hamza.

Mais Bendelladj aurait développé sa propre version de SpyEye…

Oui, le gouvernement a démontré en cour que Hamza Bendelladj a développé des « add ons» (ajouts) à SpyEye.

Pourquoi aucune somme d’argent n’a été réclamée au hacker algérien ?

Il n’y a aucune raison pour cela, puisque l’Etat n’a subi aucune perte. En plus, il n’y a, virtuellement, aucune possibilié de récupérer quoi que ce soit de Hamza Bendelladj.

Pourra-t-il espérer être libéré avant 15 ans ?

Il faut qu’il passé au moins 85% de la peine en prison. Mais comme il n’est pas citoyen américain, il ne pourra pas bénéficier d’autres remises de peine. A la fin, il sera expulsé vers l’Algérie. Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair