formats

Bienvenue sur Radio-Dzair.com

Publié le 14/10/2015, par dans Non classé.

Pour écouter Radio Dzair sur votre smartphone

 

ios1 dzair

 application mobile android

formats

Boumerdès : l’ANP élimine un terroriste à Dellys

Publié le 23/07/2016, par dans Non classé.

Les forces de l’Armée nationale populaire ont abattu hier vendredi, vers 22 heures, un dangereux terroriste suite à une embuscade tendue au lieudit Azrou, près du chef-lieu de la commune de Dellys, 70 km à l’est de Boumerdès.
Selon le communiqué du MDN, il s’agit du dénommé B. Reda, dit Abou Chihab. Ce dangereux sanguinaire a rejoint les hordes terroristes en 2006.

L’opération a permis aussi la récupération d’une arme automatique, une grenade et une quantité de munitions. Lire la suite

formats

L’artisanat traditionnel à Laghouat: préserver le patrimoine et créer de la richesse

Publié le 23/07/2016, par dans Non classé.
L'artisanat traditionnel à Laghouat: préserver le patrimoine et créer de la richesse
LAGHOUAT – Des efforts sont déployés par les chargés du secteur de l’artisanat traditionnel à Laghouat à travers divers programmes de développement pour à la fois préserver le patrimoine local, créer de la richesse et diversifier les ressources de l’économie nationale. Dans cette perspective, la direction de l’Aménagement du territoire,…

Lire la suite

formats

Ouverture de la 9ème édition du Festival international d’Oran du film arabe

Publié le 23/07/2016, par dans Non classé.
Ouverture de la 9ème édition du Festival international d'Oran du film arabe
ORAN – La 9ème édition du festival international d’Oran du film arabe (FIOFA) s’est ouverte, jeudi dans la soirée à Oran, en présence du ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi. La cérémonie d’ouverture organisée au niveau du Théâtre régional d’Oran (TRO) « Abdelkader Alloula » s’est déroulée en présence d’une pléiade de…

Lire la suite

formats

«Une volonté de consacrer l’hégémonie de l’Exécutif sur le législatif»

Publié le 23/07/2016, par dans Non classé.

Le groupe parlementaire du Front des forces socialistes (FFS) fait le bilan de ses activités lors de la session parlementaire qui vient de s’achever.
Revenant sur leur décision de boycotter la séance de clôture, les élus du parti expliquent que celle-ci « intervient après le boycott des séances consacrées à l’adoption de projets de loi». Dans une déclaration parvenue hier à notre rédaction, le groupe parlementaire FFS souligne que « le contenu et les conditions de l’élaboration et du vote de ces projets de loi confirment la volonté du pouvoir de consacrer l’hégémonie de l’Exécutif sur le législatif et son obsession d’assurer la pérennité du régime au détriment de l’intérêt national». Une attitude, selon lui, « contraire à l’aspiration de nos compatriotes au changement démocratique et au développement économique».

Le FFS considère que « les options imposées dans le cadre de ces lois sont antinationales, antidémocratiques et antisociales ; elles sont de nature à compromettre l’avenir du pays en général et de sa jeunesse en particulier et feront subir le prix de la crise aux couches les plus fragiles de notre population». Rappelant que leur « camp est celui de la population, notre combat est celui de la liberté, de la démocratie politique, de la justice et de l’équité sociale, de la souveraineté nationale et de la cohésion sociale de notre pays», les parlementaires du FFS indiquent qu’ils ont dit « non au projet de loi relative aux officiers de réserve et aux fonctionnaires militaires». Pour eux, « le devoir de réserve et la retenue ne devraient concerner que les violations du secret militaire dûment établi».

A propos de la loi sur la promotion de l’investissement, le groupe parlementaire FFS explique son opposition par le fait qu' »il considère que compter sur le capital international à travers l’endettement extérieur et les investissements directs étrangers, ce qui revient à se dessaisir du pouvoir économique, à brader les ressources nationales sans perspective de développement autocentré, en un mot hypothéquer la souveraineté nationale sans espoir de changement». La loi sur le régime électoral a été aussi rejetée par le FFS, ses parlementaires se sont « élevés avec vigueur contre la programmation expéditive de la loi relative au régime électoral et ont refusé de prendre part aux séances consacrées aux lois organiques programmées». Lire la suite

formats

«Les libertés démocratiques connaissent des atteintes sans précédent»

Publié le 23/07/2016, par dans Non classé.

Infatigable ! Depuis fin 2014, elle pilonne inlassablement le pouvoir, ses choix politiques et économiques qui mènent immanquablement à « une dislocation générale de l’Etat et de la nation».
La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, est revenue, hier encore, pour critiquer la dégradation de la vie politique. « Nous célébrons la Fête de l’indépendance et de la jeunesse dans un climat politique extrêmement tendu, marqué par une régression dans tous les domaines.

Le contexte est chargé de tous les dangers, un épais brouillard s’accumule sur notre pays», analyse-t-elle. Prenant prétexte du prix décerné par l’Union africaine à l’Algérie en matière de respect des droits de l’homme, Mme Hanoune, qui intervenait devant la coordination de l’organisation des jeunes du parti réuni à Zéralda, a dressé un tableau peu réjouissant de l’état des libertés démocratiques dans le pays. « D’abord, le continent africain n’est pas un modèle en matière de démocratie», a-t-elle ironisé avant de recenser les récentes atteintes aux droits et aux libertés : « Nous vivons des attaques sans précédent contre les libertés démocratiques. La crise du quotidien El Khabar demeure.

L’arrestation des responsables de la chaîne de télévision en raison des émissions satiriques est un scandale. Un système qui craint la satire est un système qui n’a plus de base sociale.» Mme Hanoune juge « scandaleuse» l’arrestation de Nora Nedjaï, directrice au ministère de la Culture, qui, selon elle, est « une artiste, un cadre intègre qui a signé durant sa carrière plus de 1900 autorisations de tournage. Elle n’a commis aucune faute mais elle est jetée en prison». « Peut-on alors parler de droits de l’homme», s’interroge-t-elle en dénonçant « l’immixtion de l’Exécutif dans l’appareil judiciaire». Elle enchaîne ses critiques, lorsqu’elle évoque la loi contraignant les officiers à la retraite au silence. « Museler les officiers supérieurs, les accusant de trahison et de crime avant qu’ils parlent est une atteinte aux droits de l’homme, une violation de la Constitution.

La loi adoptée est une menace contre la liberté d’expression. Elle vise à assassiner le pluralisme politique et médiatique», en allusion à la nouvelle loi relative au régime électoral. « Comme si nous étions en situation de guerre», déplore-t-elle
Louisa Hanoune estime que l’Algérie de 2016 « a changé radicalement par rapport à celle de 2014». « C’est un changement de cap qui n’a épargné aucun secteur et qui a eu comme conséquence une remise en cause des droits politiques et une menace sérieuse sur les acquis économiques et sociaux», assène-t-elle.

« Vers la suppression d’un million de postes d’emploi»

Au plan économique et social, la secrétaire générale du PT redoute le pire : « Nous assistons à une véritable descente aux enfers. A coup de lois de finance chargées d’austérité, les attaques ont atteint un niveau où l’Etat s’est désengagé de ses missions, notamment celle de soutenir les wilayas et les communes qui font face à un risque d’incapacité d’assurer les salaires des fonctionnaires.» Avançant des données effarantes, la patronne du PT, sans jouer les Cassandre, redoute « la dislocation de la République». « Pas moins de 5000 projets communaux ont été annulés sur instruction du gouvernement.

Pis encore, plus de 500 000 fonctionnaires sont en danger et risquent de ne pas percevoir leurs salaires, alors que le gouvernement a instruit toutes les institutions publiques de réduire de 50% leur budget. Aucun départ à la retraite n’est remplacé et l’objectif est de parvenir à supprimer un million de postes d’emploi dans la Fonction publique.»

Pour Louisa Hanoune, cette précarité sociale « prépare les conditions de création de viviers du terrorisme et autres fléaux sociaux». Et c’est dans ce sens qu’elle lance un appel aux autorités à « combattre ceux qui tirent les ficelles du commerce de la drogue et déclarent la guerre à notre jeunesse». « Ce sont des criminels de la pire espèce», dit-elle. Et d’ajouter : « Quels que soient leur grade ou leur poste, il faut combattre les têtes du commerce de la drogue qui sont au croisement avec le terrorisme international.»

Lire la suite

formats

«Le terrorisme est la négation de l’humanité»

Publié le 23/07/2016, par dans Non classé.

Le Parti pour la laïcité et la démocratie (PLD) s’exprime sur le dernier attentat terroriste en France en faisant le lien avec ce qui s’est passé en Algérie. « A chaque fois que le terrorisme frappe, ici ou ailleurs, remontent en moi les décennies d’horreur de l’Algérie. Pis encore, j’y reconnais la même filiation idéologique, les mêmes méthodes, la même signature.

Le terrorisme islamiste est lâche parce qu’il assassine des civils sans arme, à un moment où la vigilance s’est peut-être relâchée au lendemain de l’Euro 2016. Il est la négation de l’humanité parce que sa barbarie est sans limite», estime le responsable de ce parti dans un communiqué adressé à notre rédaction. Selon la même source, « le terrorisme est en mission politique parce qu’il s’inscrit dans une démarche de prise du pouvoir mûrement réfléchie». Contrairement à ce que colportent certains courants politiques et médias, ajoute-t-on dans le même communiqué, « le terrorisme islamiste n’est pas aveugle, car il s’appuie sur une machine de guerre redoutable, un état-major et des fantassins». Pour le PLD, le traitement de ce mal n’est pas exclusivement sécuritaire. « Un travail gigantesque doit être fait en amont parce que le combat doit être aussi politique, idéologique, médiatique. Il est à mener sur tous ces fronts et en synergie avec toutes les forces démocratiques et patriotiques des deux rives de la Méditerranée pour qu’enfin s’instaure la paix et y émergent des Etats de droit !»
Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair