formats

Washington classe Aqmi ennemi public n°1

Publié le 24/10/2017, par dans Non classé.

La coopération sécuritaire à l’air de bien se porter entre l’Algérie et les Etats-Unis.
Le coordinateur adjoint par intérim du bureau du contre-terrorisme au département d’Etat américain, Raffi Gregorian, a en tout cas qualifié d’excellent le partenariat entre les deux pays dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. « L’Algérie est depuis plusieurs décennies un partenaire très important des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme.

Votre ancien patron du renseignement (le général Toufik, ndlr) était en réunion avec ses homologues américains lors des attentats du 11 septembre 2001. Le président Bouteflika était également le premier président de la région à avoir visité les Etats-Unis après l’attaque. Cela compte beaucoup pour nous, d’autant que les Algériens ont connu aussi les affres du terrorisme durant les années 1990.

Depuis, nous avons une excellente coopération», a déclaré le responsable américain lors d’un point de presse animé dimanche 22 octobre 2017 à l’ambassade des Etats-Unis à Alger. Abordant certains aspects de ce partenariat, Raffi Gregorian — qui se trouve à Alger pour participer à une réunion du groupe de travail du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF) sur l’Afrique de l’Ouest — s’est dit « impressionné par le niveau de sophistication des forces armées algériennes». « La relation entre nos deux pays est mature», a-t-il ajouté précisant que l’Algérie et les Etats-Unis procèdent à des échanges d’informations et d’expériences sur des sujets spécifiques sans toutefois dire lesquels.

Le responsable américain a évoqué également des « convergences de vues au niveau politique». « Nous avons les mêmes approches concernant le règlement des crises en Libye et au Mali. Les deux pays soutiennent que la solution à ces crises ne peut être que politique et que le règlement ne peut se faire que dans un cadre onusien». « Pour vaincre le terrorisme en Libye, il faut une Libye stable», a-t-il plaidé.

Environnement difficile

Au titre des périls qui menacent la région, M. Gregorian a reconnu que « le voisinage de l’Algérie est des plus difficiles». Il a classé sans hésiter Al Qaîda au Maghreb islamique (Aqmi) comme ennemi public numéro 1. Pour lui, Aqmi reste le groupe terroriste le plus dangereux dans la région. Les Etats-Unis, a-t-il dit, se préoccupent également de la prolifération en Afrique de l’Ouest de petits groupes affiliés à Daech et du retour du Proche-Orient d’Africains ayant combattu dans les rangs du groupe terroriste autoproclamé Etat islamique. Cela en plus, a-t-il mentionné, des problèmes posés par Boko Haram.

A l’occasion, il a tenu à rendre hommage à l’Etat algérien pour sa contribution à la lutte contre terrorisme et ses efforts soutenus pour régler les conflits à travers l’Afrique. Le diplomate américain a soutenu que l’Algérie avait aussi un grand rôle à jouer dans la formation et l’encadrement des armées de la région, regrettant presque à demi-mot que l’ANP, au vu de son potentiel, ne puisse pas opérer à l’extérieur de ses frontières.

Il a néanmoins dit respecter la doctrine algérienne en matière de défense et de lutte contre le terrorisme. Sur les raisons du refus de son pays d’appuyer à l’ONU la force G5 Sahel récemment mise en place par 5 Etats de la région pour combattre le terrorisme, Raffi Gregorian a expliqué que « l’ONU ne peut pas financer une force qui n’est pas onusienne». Il a néanmoins affirmé que les Etats-Unis soutenaient politiquement cette force et qu’ils avaient déjà consacré plusieurs centaines de millions de dollars d’aide aux armées des pays de la région.

L’Algérie abrite, depuis hier, la première réunion plénière du Groupe de travail du GCTF sur l’Afrique de l’Ouest. Cette rencontre du Groupe de travail du GCTF sur l’Afrique de l’Ouest, coprésidée par l’Algérie et le Canada, regroupe des hauts fonctionnaires et des experts dans les domaines de la prévention et la lutte contre le terrorisme, de la sécurité des frontières et de la lutte contre le financement du terrorisme, des pays membres du Forum GCTF, des pays de la région de l’Afrique de l’Ouest, ainsi que des organisations internationales et régionales, dont l’ONU et l’Union africaine. Elle aura, entre autres, à procéder à une évaluation aussi fine que possible de la menace terroriste en Afrique du Nord et au Sahel.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Washington classe Aqmi ennemi public n°1
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair