formats

Reprise progressive des galeries d’art de la capitale

Publié le 22/06/2020, par dans Non classé.
Reprise progressive des galeries d'art de la capitale

ALGER- Des galeries d’art privées travaillant sur la place d’Alger ont annoncé la réouverture progressive des espaces d’exposition après près de trois mois de fermeture pour cause de pandémie de coronavirus.

Suite à la publication du décret exécutif 20-145 du 7 juin dernier portant réaménagement du dispositif de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus et autorisant la réouverture des galeries d’art, entre autres activités commerciales et économiques, quelques galeries de la capitale ont décidé de renouer avec les amateurs d’art plastique en respectant les mesures de prévention qui s’imposent.

L’établissement « Seen Art Gallery », spécialisé dans l’art contemporain, a décidé de prolonger l’exposition rétrospective des œuvres du peintre Ali-Khodja Ali intitulée « Jardin mystique » qui était visible sur la page Facebook de la galerie pendant les trois mois de fermeture.

La responsable de la galerie, Randa Tchikou, annonce une exposition collective des artistes permanents de la galerie qui reviennent avec de nouvelles oeuvres à l’instar de Malek Salek, L’homme jaune, Mehdi Djelil, Adlane Samet, ou encore le photographe Hocine Zaourar.

D’autres espaces ont aussi repris leurs activités comme la galerie « Aïda » et la récente « Ifru Design » qui propose une prolongation de l’exposition de broderie de la photographe et plasticienne Allmuth Bourenane intitulée « Quand le fil se termine ».

La Galerie « Couleurs et patrimoine » a également ouvert ses portes en proposant principalement à ses visiteurs des produits de l’artisanat et des oeuvres en céramique alors que la galerie « Le paon » annonce, quant à elle, la réouverture de son espace à l’Office Ryadh El Feth à partir du 28 juin.

Les galeries d’art ouvertes au public reviennent avec des horaires aménagés et insistent sur le respect des mesures de prévention comme le port de masques de protection et un nombre réduit de visiteurs dans les espaces d’exposition.

Lire la suite

formats

Tizi-Ouzou: le festival Raconte-arts reporté à cause de la pandémie du coronavirus

Publié le 20/06/2020, par dans Non classé.
Tizi-Ouzou: le festival Raconte-arts reporté à cause de la pandémie du coronavirus

TIZI-OUZOU- La 17ème édition du festival culturel Raconte-Arts prévue cette année au village Ait Smail, dans la commune d’Yaakourène à l’Est de Tizi-Ouzou, est « hypothéquée » par la situation sanitaire dans le pays, a-t-on appris samedi des organisateurs de cette manifestation culturelle.

L’organisation de cette édition, initialement prévue du 19 juillet 26 comme chaque année, est « hypothéquée par l’évolution de la pandémie qui sévit dans le monde entier et qui n’épargne pas nôtre pays », a indiqué à l’APS, Menad Mbarek, président de la ligue locale des arts cinématographiques et dramatiques, organisatrice de la manifestation.

Du coup, considère-t-il, « il n’est pas évident de penser à organiser une manifestation d’une telle ampleur que Raconte-Arts dans un contexte pareil, d’autant plus que l’organisation de ce genre d’activités a été interdite ».

« Une édition réduite, avec l’accord du village, aux seuls villageois et une poignée d’artistes associés du festival juste pour marquer le coup, serait peut-être envisageable, mais, là encore, ce n’est pas acquis et c’est toujours au fonction de l’évolution de la situation sanitaire, sinon, c’est partie remise pour l’année prochaine au même lieu », a-t-il assuré.

Lancé en 2004 à Ath-Yenni, à l’initiative d’un trio d’amis, Hacen Metref, Denis Martinez et Arezki Diche, l’aventure de ce festival itinérant a empli de ses sonorités et couleurs, jusque-là, 15 villages à travers la wilaya de Tizi-Ouzou, dont le dernier était Sahel dans la commune de Bouzguène, et un dans la wilaya de Béjaia lors de la 6ème édition en 2010.

Lire la suite

formats

Le secrétaire d’Etat chargé de la production culturelle participe au séminaire virtuelle  » La musique en résilience »  

Publié le 20/06/2020, par dans Non classé.
Le secrétaire d'Etat chargé de la production culturelle participe au séminaire virtuelle

ALGER- Le secrétaire d’Etat chargé de la production culturelle Salim Dada a pris part vendredi au séminaire virtuelle  » La musique en résilience » organisé par le bureau du Maghreb de l’Unesco dans le cadre du programme « ResiliArt » sur la situation de l’artiste en temps de crises et de confinement sanitaire et sécuritaire.

Salim Dada a intervenu lors d’un panel dédié à « L’impulsion de la création musicale après la crise du coronavirus » réunissant les artistes Imed Alibi (Tunisie), Fayçal Azizi (Maroc), la chanteuse mauritanienne Malouma Mint El Meidah, le directeur du Festival de jazz de Tanger Moulay Ahmed Alami, le responsable au bureau du Maghreb de l’Unesco Karim Hendili et Zainab Guedira directrice de la fondation culturelle Hiba coorganisateur de l’événement.

Lors de son intervention Salim Dada a fait un exposé sur les initiatives du ministère algérien de la Culture pour préserver une activité culturelle en temps de pandémie de coronavirus et sur les dispositions prises pour accompagner les artistes, particulièrement ceux dont les activités sont à l’arrêt du fait de la pandémie.

Le secrétaire d’Etat chargé de la production culturelle est également revenu sur le travail d’institutions comme l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins (Onda) et le Conseil national des arts et des lettres (Cnal) ainsi que sur les dispositions du le décret exécutif 14-69 du 9 février 2014 fixant l’assiette, le taux de cotisation et les prestations de sécurité sociale auxquelles ouvrent droit les artistes et les auteurs.

Pour plusieurs participants la crise du coronavirus n’a fait que mettre à nu « une situation très fragile vécue par les artistes maghrébins et africains depuis de nombreuses années », notant que cette pandémie a révélé « que le produit culturel est une nécessité dans la vie quotidienne ».

Les artistes de ce panel voient en cette crise une occasion de restructurer ce secteur et d’établir un « dialogue sérieux sur le statut de l’artiste », dialogue « déjà entamé récemment en Algérie, au Maroc et en Tunisie », sur la rémunération des artistes et une décentralisation des manifestations.

Les participants à ce panel ont débattu des possibilités de créer un marché local de l’art ou de promouvoir la production locale dans le marché international à travers des efforts « d’exportation du produit culturel, un accompagnement des artistes par une diplomatie culturelle, des festivals de renommée internationale ou encore un accompagnement des initiatives et projets indépendants dans les industries culturelles ».

Salim Dada a également abordé la nécessité de préserver et valoriser le patrimoine culturel de chaque pays, véhiculant l’image de marque de la culture locale, et d’éviter la folklorisation du patrimoine.

Dans le cadre de l’initiative « RésiliArt », lancée le 15 avril dernier par l’Unesco, le secrétariat d’Etat chargé de la production culturelle avait lancé des consultation avec des artistes algériens sur le statut de l’artiste en temps de crise (Covid-19), dans le cadre des préparatifs de l’Atelier consacré au projet de loi sur le statut de l’artiste.

Lire la suite

formats

Le conteur Mahi Seddik se produit virtuellement

Publié le 19/06/2020, par dans Non classé.

ALGER- Le conteur Mahi Seddiki présentera une sélection de ses comptes sur la chaine Youtube du Théâtre National Algérien (TNA), indique ce dernier dans un communiqué.

« Hdidouène wel Ghoula », « Hebra bent Esbaâ » et « Rmida et Ali » sont entre autres contes, puisés du terroir algérien, au programme de ces représentations, prévues quotidiennement entre 11H00 et 15H00, du 21 juin au 04 juillets.Ces spectacles seront ponctués d’un concours de dessin et de questions-réponses pour les enfants et les jeunes.

Natif de Sidi Bel Abbès, Mahi Seddik œuvre depuis plusieurs années à promouvoir et à ressusciter la tradition orale des goual (conteurs).

Le conteur a animé, ces dernières années à la faveur des festivals organisés à travers l`Algérie, de nombreux espaces et ateliers consacrés au conte populaire. Il s’attache aussi à la collecte des récits et contes populaires pour les produire sous forme théâtrale.

Conteur professionnel, il a encadré plusieurs sessions de formation dans de nombreux pays, notamment la Tunisie et les Emirats Arabes Unis.En 2019, il a publié « Moula Moula et d’autres contes », premier recueil de contes algérien.

Lire la suite

formats

Rencontre à Alger sur les difficultés auxquelles fait face le marché du livre et de l’édition

Publié le 18/06/2020, par dans Non classé.
Rencontre à Alger sur les difficultés auxquelles fait face le marché du livre et de l'édition

ALGER – Une rencontre sur le domaine du livre et de l’édition a été organisée jeudi à Alger entre des cadres du ministère de la Culture et des professionnels de l’édition pour débattre du marché du livre.

Les participants à cette rencontre ont abordé les « difficultés entravant le marché et l’industrie du livre en Algérie », particulièrement en cette période exceptionnelle de pandémie du coronavirus, ainsi que les voies de collaboration entre le ministère et les professionnels de l’édition.

Les participants ont également proposé la mise en place d’une commission mixte chargée de centraliser les différentes propositions pour surmonter les problèmes de ce secteur afin de « redynamiser le marché l’édition et revivifier le marché du livre »

Cette rencontre initiée par la ministre de la Culture, Malika Bendouda a vu la participation de représentants de l’Organisation nationale des éditeurs du livre (Onel) et du Syndicat national des éditeurs en plus de cadres du ministère de la Culture.

Lire la suite

formats

Bendouda prend part au sommet exceptionnel des ministres de la Culture des pays membres de l’Icesco

Publié le 17/06/2020, par dans Non classé.

ALGER- La ministre de la Culture Malika Bendouda a pris part mercredi par visioconférence aux travaux du sommet exceptionnel des ministres de la Culture des pays membres de l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (Icesco), annonce un communiqué du ministère.

La ministre a exposé les initiatives de son département pour « dynamiser l’activité culturelle sur les différents supports numériques en cette période de pandémie du coronavirus à l’exemple des conférences virtuelles et autres activités artistiques programmées ».

Malika Bendouda a également évoqué le dispositif mis en place pour accompagner les artistes et acteurs culturels algériens dont les activités sont suspendues en raison de la pandémie de coronavirus.

Lors de cette rencontre la ministre de la Culture a présenté, selon le communiqué, des propositions pour « développer la coopération culturelle entre les pays membres ».

Lire la suite

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair