formats

On vous le dit

Publié le 23/03/2017, par dans Non classé.

Arrestation des auteurs d’un crime à Azazga

Suite à la découverte dans les environs d’Ifigha, daïra d’Azazga, du corps, en décomposition, du jeune B. K., demeurant de son vivant dans la daïra de Bouzeguène, disparu vers la fin du mois d’octobre 2016, les forces de police de la sûreté de daïra de Bouzeguène ont ouvert une enquête qui a conclu à un crime crapuleux. Les recherches effectuées dans ce cadre ont abouti à l’arrestation de quatre individus, dont deux frères, impliqués dans cette affaire, apprend-on de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. L’auteur principal de ce crime a usé de projectiles (pierres) pour attenter à la vie de la victime, avant de faire appel à ses complices pour l’acheminer à bord d’un véhicule vers un village voisin (Ighrayen) et l’abandonner, sans vie, dans un buisson, a-t-on précisé de même source. Présentés au parquet d’Azazga, durant la semaine écoulée, ils ont été mis en détention préventive pour les chefs d’inculpation de « dissimulation de cadavre», « homicide volontaire avec préméditation» et « pose d’objets hétéroclites sur la voie publique en vue d’obstruer la circulation ayant entraîné la mort d’une personne».

Le directeur de la maternité de Biskra réagit

« L’information publiée le 20 mars dans la rubrique On vous le dit, sous le titre : Une terrible tragédie évitée de peu à la maternité, est dénuée de tout fondement et sans objet, précise Amar Helal, directeur de l’Etablissement hospitalier spécialisé Mère-Enfant (EHSME) de Biskra. Il s’agit, selon lui, de rumeurs émanant de sources malveillantes ne reflétant aucunement le travail et les efforts de tout le personnel médical et paramédical pour assurer une excellente prise en charge des parturientes et des nouveau-nés». Cet établissement fonctionne de manière qu’un tel événement ne peut en aucune circonstance survenir, assure-t-il. Les bébés prématurés et ceux ayant besoin de soins spécifiques sont munis de bracelets et sont placés dans des couveuses sous la surveillance de gynécologues et de pédiatres vigilants et attentifs. « Nous avons 230 lits et une moyenne de 48 naissances par jour. Nous recevons des femmes enceintes de Biskra et des wilayas limitrophes sans qu’il y ait d’ incidents.» Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair