formats

On vous le dit

Publié le 07/03/2017, par dans Non classé.

– La BADR, ou la banque qui se féminise

La section syndicale UGTA de la BADR, représentée par une femme, madame Boutaoui Malika, prévoit de faire une célébration de la journée du 8 mars à la hauteur des femmes qui la composent. La gent féminine représente dans cette banque plus de 43% de l’effectif. Les festivités prévues à cette occasion sont des réceptions et des collations au niveau de chacune de ses entités au niveau national. Des cadeaux seront offerts à toutes les travailleuses de cette institution, au nombre de 3300. L’organisation d’un rassemblement de plus de 200 femmes au sein de son siège social fait partie aussi de cet événement, sous-entend la secrétaire générale de cette section syndicale.

Cette manifestation, au-delà du fait de rendre hommage aux femmes travailleuses de cette institution, vise leur mobilisation pour faire plus d’efforts pour occuper de plus en plus de postes de responsabilité, ce qui va leur conférer un épanouissement professionnel, précise-t-elle. En dépit des hésitations des femmes à occuper des responsabilités liées aux risques liés à l’activité bancaire, une cinquantaine de femmes occupent des postes de directrices d’agences, soutient-elle.

– Service cardiologie au CHU Mustapha, une salle d’attente SVP

Des malades chroniques nécessitant fréquemment l’analyse du taux de thrombine du sang au niveau du service de cardiologie au CHU Mustapha, souffrent de l’absence d’espace pouvant servir de salle d’attente. Ne savant plus à quelle porte frapper, les malades et leurs accompagnateurs subissent les aléas du climat, durant le temps d’attente de leur tour pour pouvoir effectuer le prélèvement sanguin. « Le prélèvement sanguin, censé être réalisé tous les quatre jours, est un véritable martyre pour plusieurs catégories de malades, priés de quitter le service et d’attendre dehors», se plaint le mari d’une femme attendant son tour pour un prélèvement.

Ces malades pointent du doigt également l' »irrégularité» du calendrier des prélèvements. « Nous sommes 489 malades venus de différentes wilayas, et à chaque prélèvement (plusieurs en une semaine), le patient risque de voir son rendez-vous reporté, sans aucune raison ou logique, alors qu’il a effectué plusieurs centaines de kilomètres», se plaint un autre patient.

– Université Alger 2, rencontre demain au sujet du « discours sur la femme»

La faculté des langues étrangères, département de français, de l’université Alger 2, organisera demain une journée d’étude sous le thème « Image (s) et représentation(s) de la femme dans le discours». Les interventions proposées par cette rencontre pluridisciplinaire tourneront autour des thématiques suivantes : Représentation(s) /Image(s) de la femme dans les différents discours, littéraires, médiatiques, politiques, didactiques ; L’image du « soi» et de « l’autre» dans les écrits féminins / Ethos / stéréotype(s) ; La femme face à la violence sociale ; Les écrivaines algériennes, une écriture dérangeante ?.

La rencontre sera accompagnée d’une exposition-vente d’ouvrages ouverte aujourd’hui et demain au bâtiment B. Parmi les contributions proposées figure celle de Chahrazed Ouarab sur « La mise en mots des femmes violentées dans le discours de la presse algérienne (El Watan, Liberté, Le Soir d’Algérie et L’Expression)». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé On vous le dit
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair