formats

« Les larmes éloquentes » : premier roman de Dalila Medjahed aux penchants poétiques

Publié le 28/10/2017, par dans Non classé.

PARIS – La poétesse Dalila Medjahed a signé dans « Les larmes éloquentes », son premier roman marqué par ses penchants poétiques et dans lequel elle évoque l’histoire personnelle d’une fille, devenue adulte, qui souffre de l’absence d’un être cher dans un monde marqué par la violence.

PARIS – La poétesse Dalila Medjahed a signé dans « Les larmes éloquentes », son premier roman marqué par ses penchants poétiques et dans lequel elle évoque l’histoire personnelle d’une fille, devenue adulte, qui souffre de l’absence d’un être cher dans un monde marqué par la violence.

« C’est une histoire, qui pourrait être celle de n’importe quelle personne, pleine de craintes, d’espoirs, de désirs mais aussi de rêves », a-t-elle déclaré.

Selon elle, « c’est à travers sa douleur et sa peine » que le personnage du roman « très nostalgique se rend compte de la cruauté humaine ».

Elle évoque ses pensées par rapport à la misère humaine et au terrorisme, en abordant la « thématique immuable » qu’est la liberté notamment celle de la femme, dans « un contexte lourd et difficile lorsqu’on vit dans un pays d’immigration, issue de la diversité pour finalement faut toujours se battre pour exister » .


Lire aussi : 22e SILA: affluence notable du public au premier jour d’ouverture


Dalila Medjahed qui a rappelé qu’elle n’oublie pas ses origines algériennes a indiqué qu’à travers son roman, elle a voulu rendre hommage, aux victimes du terrorisme, quel que soit le pays.

« Comment se taire devant le drame humain, devant ce qu’il y a de pire en l’humanité », a-t-elle dit, estimant toutefois que « chaque épreuve dramatique nous fortifie et nous permet de croire en la beauté de l’âme et des mots », a estimé l’auteure qui écrit, depuis son jeune âge, des mots et des pensées au rythme d’une poésie libre.

Le roman (paru aux Editions du Panthéon), qui se laisse lire en un trait, est entrecoupé de vers pour « casser la monotonie de la prose avec des mots propre à l’alchimie du verbe et de l’image afin de montrer le chemin de l’espoir dans un univers qui vacille entre rêve et réalité, entre guerre et paix ».

« C’est un premier roman sur l’espoir. Je crois en l’espoir et je dis toujours qu’au bout du chemin il y a toujours une fenêtre ouverte », a-t-elle expliqué, affirmant qu’elle clame toujours son amour pour son pays d’origine.

L’auteure qui espère voir son roman édité en Algérie note que celui-ci est « un mélange de récit et de poésie, plein de réflexions, de chagrins mais aussi d’espoirs immuables ».

« Il constitue un message de réconciliation, de paix et de liberté », a-t-elle déclaré.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé « Les larmes éloquentes » : premier roman de Dalila Medjahed aux penchants poétiques
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair