formats

Les éclairages de Mourad Zemali

Publié le 21/10/2017, par dans Non classé.

Mourad Zemali, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, a affirmé, jeudi à Alger, que son département vise à travers l’élaboration d’un nouveau code du travail à disposer d’un texte « unique et moderne», relevant que le document a été rédigé dans « un esprit de concertation». « L’objectif recherché est de disposer d’un texte unique et moderne qui doit permettre à l’employeur autant qu’aux travailleurs de connaître leurs droits et obligations respectifs», a-t-il déclaré lors du panel « Code du travail et employabilité», tenu lors de la 3e édition de l’université du Forum des chefs d’entreprise (FCE).

Il a expliqué que certains amendements aux textes ont pour objet de clarifier ou d’apporter des précisions à certaines dispositions, dont la formulation est souvent source d’interprétations divergentes des partenaires sociaux. Il s’agit, selon lui, d’introduire des modifications de fond rendues nécessaires pour une adaptation de leur contenu à la réalité économique ou d’ajouter de nouvelles dispositions destinées à enrichir le dispositif en vue « d’instaurer pour l’avenir une paix sociale qui constitue indéniablement un des atouts d’incitation à l’investissement dans un contexte économique et financier en perpétuel changement, générateur de situations fort complexes».

Les principaux volets touchés par les propositions d’amendement du code du travail concernent notamment « l’introduction de nouvelles dispositions protectrices relatives au travail des enfants, du marchandage, des salariés handicapés, le harcèlement sexuel et le contrat de sous-traitance». Concernant le chapitre de l’employabilité, il a plaidé notamment pour « l’augmentation de l’offre de formation, qui doit être accompagnée par une diversification des profils de formation répondant aux exigences du marché, et un encouragement des employeurs à prendre des apprentis, à les embaucher dans le cadre de contrats conjuguant formation et expérience de travail».

Il s’agit aussi d’apporter une mise à niveau de notre législation par rapport aux conventions internationales ratifiées par l’Algérie. L’actuel code du travail date des années 1990 et nécessite une actualisation pour s’adapter aux évolutions du marché du travail et à l’émergence de nouvelles technologies. Il devrait également permettre un meilleur accompagnement des entreprises nationales créatrices d’emploi, selon les autorités. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Les éclairages de Mourad Zemali
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair