formats

La chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani subjugue le public algérois

Publié le 28/10/2017, par dans Non classé.
La chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani subjugue le public algérois

ALGER- La chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani a gratifié vendredi soir le public algérois d’un florilège de pièces célèbres, reprises des répertoires des grandes divas de la chanson arabe et inscrites dans le registre du « Mouwachah » et du « Tarab ».

Accueilli à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh, le spectacle a embarqué 80 mn durant, l’assistance dans une randonnée onirique, subtilement conduite par la voix limpide et étoffée de Dorsaf Hamdani, accompagnée par un orchestre de six musiciens sous la direction de Mohamed Lassoued au violon, également directeur de l’Orchestre national tunisien.

Dans une ambiance conviviale, le spectacle intitulé « Divas arabes » s’est déroulé dans la délectation, invitant l’assistance, au nombre relativement important, à apprécier une vingtaine de pièces de références, de différentes icônes de la chansons arabe, dont Oum Kaltoum, astre de la chanson orientale, Ismahane, Feyrouz et la Tunisienne Saliha Rochdi.

Les pièces, « Ahwa », « Ya Deyrati », « Li Sabri Houdoud », « El qalb Yaâchak Koul Djamil », « Layali El Ouns », « Sa alouni Enness », « Habbaytek »,  » Emta Ha teâref »,  » Mahla Layali Ichbiliya », « Hobbi Yet’baddel, Yet’djadded », « Bi Rdak », « Chems El Assil », « Kahlet Lahdeb », « Khatem Hbibi », « Aâchri Lawal », « Aziz Qalbek » et « El Kawn illa Djamelkoum », ont été rendues par Dorsaf Hamdani, exprimant « sa grande joie de se produire à l’Opéra d’Alger ».

L’interprétation, marquée de maîtrise et de professionnalisme, des musiciens accompagnant la chanteuse, au violoncelle, qanun, nay, violon, tar et derbouka (tambourin et percussion orientales, respectivement) a restitué l’authenticité des sonorités dans l’orchestration originale de chaque chanson.

Le répertoire, exécuté dans des variations modales orientales et tunisiennes, à l’instar du Hidjaz, Bayati, B’hir âaraq, et Aârdaoui, où le nayati H’Cine Benmiloud a particulièrement brillé avec des introductions entrainantes, a donné de l’entrain à Dorsaf Hamdani qui, dans sa robe en satin blanc, a ébloui l’assistance avec la puissance de sa voix, à la tessiture large, l’incitant à reprendre ses refrains en choeurs et à battre la mesure en tapant des mains.

« Par les temps qui courent où les jeunes sont plutôt portés sur des sonorités synthétiques et des rythmes mécaniques, la sauvegarde et la promotion du patrimoine oriental doit se faire par le retour au +Tarab+ et au +Mouwachah+ ».a fait savoir la chanteuse, La variation, dans chaque chanson, des rythmes aux cadences irrégulières, dénotant d’un travail de composition très recherché, a permis au public d’apprécier la beauté des lenteurs rythmiques de certains passages et de donner du répondant en cédant au relâchement, dans d’autres.

« Une soirée magnifique qui nous ramène à l’époque des divas où la chanson était riche à tous points de vue ! », a déclaré une spectatrice.

Fille de violoniste, Dorsaf Hamdani est diplômée à la Sorbonne en musicologie après avoir fait ses premières classes en 1985 au Conservatoire national de Tunis et avant de participer à plusieurs tournées nationales et internationales.

Comptant à son actif quatre albums, « Ivresses » (2011), « Princesses du chant arabe » (2012), « Melos » (2012) et « Barbara-Fairouz » (2013), Dorsaf Hamdani a obtenu plusieurs distinctions dont le disque d’or du Festival de la chanson tunisienne en 1996.

Le concert « Divas arabes » organisé par l’Opéra d’Alger sous l’égide du ministère de la Culture a été programmé pour une représentation unique.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé La chanteuse tunisienne Dorsaf Hamdani subjugue le public algérois
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair