formats

«Il faut nettoyer le code de la famille»

Publié le 08/03/2017, par dans Non classé.

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, deux juristes qui suivent de près les injustices
et les discriminations que subissent les femmes, sous le couvert de la loi, livrent à El Watan leurs visions de la réalité juridique et sociale qui maintient la femme dans une situation d’infériorité consacrée.

– Quels sont, à votre avis, les textes juridiques les plus discriminatoires envers les femmes qu’il est urgent de modifier pour protéger ces dernières ?

Le code de la famille en lui-même consacre la discrimination à l’égard des femmes. Ce qui pose problème, c’est qu’il est élevé au rang de la Constitution. Il en devient même supérieur. Il faut nettoyer le code de la famille de toutes les dispositions, de tous les mots et les concepts archaïques et les adapter à notre temps. Le droit musulman est une œuvre humaine, ce n’est pas le Coran, il peut être revu et adapté à notre époque, à partir du moment où on réalise qu’il contient des règles juridiques qui ne sont plus valables. Nous avons entamé un travail de modification du code de la famille, il y a plus de dix ans, il faut impérativement continuer pour supprimer les inégalités.

– Quels sont, précisément, les articles qui consacrent l’inégalité ?

La présence du tuteur matrimonial pour la femme majeure réduit le consentement à la conclusion du mariage. Il y a également, l’article 53 du code de la famille concernant le divorce « tatlik» qui prévoit les dix motifs pour lesquels l’épouse a le droit de demander le divorce. Mais il faut qu’elle en apporte la preuve. La difficulté d’apporter des preuves la limite dans ses droits. Alors que l’homme a le droit de demander le divorce par volonté unilatérale et sans motif.

Il faut impérativement supprimer l’article 7 bis, qui prévoit une autorisation du juge permettant le mariage des mineures, mais aussi dans le code pénal, l’article qui permet au violeur d’épouser sa victime pour s’absoudre. Il y a également le droit à l’héritage qui doit être modifié dans l’urgence, parce qu’il constitue une inégalité flagrante, surtout concernant les veuves et les héritières. C’est tout l’esprit et la substance même du code de la famille qui sont à revoir. Il est aberrant que la liberté de se mouvoir, se marier, de divorcer soit conditionnée. Il est aberrant qu’une femme ne puisse pas témoigner.

– Pensez-vous qu’il est possible de voir tous ces articles modifiés, voire supprimés ?

La volonté politique existe, mais elle est freinée par les courants islamistes et conservateurs. Mais le système au pouvoir pourrait y résister et construire un arsenal juridique pour protéger le droit de la femme. Les lois doivent être accompagnées, leur adoption ne suffit pas. Il faut modifier les comportements, en profondeur.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Il faut nettoyer le code de la famille»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair