formats

Une politique suicidaire

Publié le 15/11/2016, par dans Non classé.

L’étude du tableau de l’évolution mensuelle des salaires des joueurs de Ligue 1 sur les saisons 2014/2015, 2015/2016, 2016/2017 indique une tendance très marquée vers l’augmentation. Elle est en constante inflation comme le montre le document en annexe (voir ci-dessous).
L’évolution de la masse salariale entre 2014 /2015 était de l’ordre de 23% et celle du salaire moyen de 22%. A titre comparatif, la masse salariale mensuelle durant la saison 2014/2015 était de 289 825 000 DA et le salaire moyen de 12 106 000 DA. La saison suivante, il y a eu une évolution dans la courbe. La masse salariale mensuelle est passée à 355 791 000 DA et le salaire moyen à 14 740 000 DA. Pour la saison en cours (2016/2017), la masse salariale mensuelle a explosé : elle est de 471 540 000 DA avec un salaire moyen mensuel de 2,274 600 millions de dinars.

L’évolution de la masse salariale en 2015/2016 est de 33% tandis que l’évolution du salaire moyen est de 50%. Au classement de la masse salariale des joueurs par club, le CS Constantine est largement en tête avec 61 millions de dinars, loin devant le MC Alger (49 millions de dinars), l’ES Sétif (42 millions de dinars), la JS Kabylie et l’USM Bel Abbès (36 millions de dinars), l’USM Alger (35 millions de dinars), talonnée par le MC Oran (34 millions de dinars) et le CR Belouizdad (33 millions de dinars).

La JS Saoura (30 millions de dinars) ferme le peloton des 30 mil lions et plus. Sous la barre des 30 millions de dinars on trouve le MO Béjaïa (28 millions de dinars), le DRB Tadjenanet (26 millions de dinars), le NA Hussein Dey (22 millions de dinars), l’O Médéa (18 millions de dinars) et enfin le CA Batna (16 millions de dinars). La masse salariale des joueurs de l’USM El Harrach et du RC Relizane n’a pas été communiquée. Remarques importantes sur ces données : le CS Constantine a fait exploser les salaires de ses joueurs ces trois dernières années. En 2014/2015, la masse salariale était de 26 millions de dinars.

La saison suivante (2015/2016), elle a grimpé à 35 millions, puis elle a pratiquement doublé (61 millions) en 2016/2017. Le MC Alger et l’ES Sétif ont emprunté la même cadence inflationniste ; le premier est passé de 26 millions de dinars en 2014/2015 à 30 millions de dinars en 2015/2016 et à 49 millions de dinars en 2016/2017 ; le second était à 22 millions de dinars en 2014/2015, 23 millions en 2015/2016 avant d’atteindre la barre des 42 millions de dinars en 2016/2017.

La JS Kabylie, qui avait une masse salariale moyenne au cours des saisons 2014/2015 (19 millions de dinars) et 2015/2016 (18 millions), a cassé sa tirelire pour la saison en cours où elle l’a littéralement doublée avec 36 millions de dinars. L’USM Alger, qui avait la plus importante masse salariale en 2014/2015 (34 millions de dinars), l’a réduite à 31 millions la saison suivante avant de l’augmenter sensiblement (35 millions de dinars) en 2016/2017.

Deux clubs ont emballé les salaires des joueurs cette saison : le MC Oran et le CR Belouizdad qui ont franchi la barre des 34 millions (MCO) et 33 millions (CRB). En 2014/2015, le grand club oranais avait distribué 19 millions de dinars au titre des salaires mensuels et le CRB 18 millions de dinars. Les clubs semblent s’être donné le mot pour conforter la politique suicidaire pour laquelle ils ont opté dès le départ, en faisant fi des dangers qu’ils font courir à leurs clubs à travers un endettement forcené et mortel à terme. Qui les arrêtera ? Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Une politique suicidaire
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair