formats

Une formation pour les DAS de 11 wilayas

Publié le 18/04/2016, par dans Non classé.

C’est aujourd’hui qu’aura lieu, à partir de Constantine, le lancement d’un nouveau plan de renforcement des compétences des professionnels des directions de l’action sociale (DAS) et des cellules de proximité en matière d’écoute, de conseil et d’accompagnement des femmes victimes de violences.
Organisé par le ministère de la Solidarité nationale et de la Condition féminine, en collaboration avec Onu-Femmes, ce plan de formation entre dans le cadre du programme de coopération consacré au « renforcement de l’effectivité de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes en Algérie» qui intervient à la faveur de la récente loi criminalisant les violences à l’égard des femmes. Il s’agit d’un cycle de formation de 6 mois destinée aux personnels des DAS de 11 wilayas qui se rencontreront aujourd’hui à Constantine avant d’être élargi aux autres DAS en 2016 et 2017.

Selon les organisateurs, il est question « de mettre l’accent, entre autres, sur les connaissances et les données chiffrées actualisées en matière de violences faites aux femmes, de cadre législatif national et international concernant les violences, l’intersectorialité de la prise en charge, le développement des savoir-faire opérationnels et des compétences en matière d’écoute active, de conseil et d’accompagnement dont le but est d’améliorer la qualité des services dispensés afin que les femmes puissent s’y adresser en toute confiance et non pas les éviter».

Il est à noter, précisent les mêmes sources, que cette initiative « fait suite au projet-pilote mené en 2014 avec ce même objectif et qui a concerné les DAS de 7 wilayas. Après une évaluation, une équipe technique de formateurs expérimentés de différents profils (sociologues, juristes, psychologues cliniciens principalement) est de nouveau mobilisée avec un plan de renforcement de compétences enrichi et plus adapté aux besoins».

Il est par ailleurs important de souligner que ce partenariat entre le ministère et ONU-Femmes, au lendemain de l’adoption de la loi sur les violences à l’égard des femmes, « pourra contribuer», nous dit-on, « pour peu qu’il se pérennise, à mieux professionnaliser l’aide apportée à ces femmes victimes de violences, tout en l’humanisant et également à diffuser, vulgariser le contenu de la loi sur les violences auprès des hommes et des femmes qui s’adressent aux services de l’action sociale.

Car l’enquête (MICS4), réalisée par le ministère de la Santé et l’Unicef auprès de 38 548 femmes, en 2014, montre que plus de la moitié (59%) des Algériennes de 15 à 49 ans estiment qu’un mari a le droit de frapper ou de battre son épouse». Pour les organisateurs, la persévérance du travail et la continuité politique sont nécessaires pour agir en amont et en aval, et atteindre à l’horizon 2030, l’Objectif de développement durable n°5, notamment son alinéa qui stipule : « Eliminer de la vie publique et de la vie privée toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles, y compris la traite et l’exploitation sexuelle et autres types d’exploitation.» Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Une formation pour les DAS de 11 wilayas
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair