formats

Un système tentaculaire à réformer

Publié le 22/12/2015, par dans Non classé.

L’avenir de la FIFA s’inscrit en pointillés. L’arrestation de quelques-uns de ses dignitaires, leur traduction en justice aux Etats-Unis, les suspensions qui touchent ses principaux responsables ne signifient nullement la fin du système Blatter.
La commission d’éthique de la FIFA a rendu son verdict dans l’affaire de 1,8 million d’euros que la FIFA a versés à Michel Platini pour de prétendus travaux qu’aurait réalisés le Français pour le compte de l’instance internationale du ballon rond. La chambre d’instruction et ensuite la chambre de jugement, qui sont deux organes d’une même entité (la commission d’éthique), ont réuni suffisamment de preuves contre les deux hommes pour leur infliger une sanction — 8 ans — à la hauteur du délit commis au détriment de la FIFA.

Cette sanction met fin définitivement à la carrière de dirigeant de Joseph Sepp Blatter. Il quitte la FIFA dans des circonstances déplorables. Son départ signifie-t-il la fin du système Blatter qu’il a mis en place depuis son arrivée à la FIFA dans les années 1970 ? Pas sûr. Le système restera en l’état tant que l’argent continuera de couler à flots, à la faveur de la multiplication des compétitions et surtout de l’augmentation des prix des droits de retransmission et de publicité.

L’avenir de la FIFA s’inscrit en pointillés. L’arrestation de quelques-uns de ses dignitaires, leur traduction en justice aux Etats-Unis, les suspensions qui touchent ses principaux responsables ne signifient nullement la fin du système Blatter. Le Valaisan, habile, malin, manipulateur, a façonné la FIFA comme il l’entendait. Il installait et démettait les hommes selon qu’ils étaient réfractaires ou dociles. L’argent a joué un grand rôle dans sa mainmise sur tous les rouages de l’instance. Il a servi son prédécesseur Joao Havelange au-delà de tout entendement.

Il s’est dressé contre tous les détracteurs du Brésilien, qui avait été président de la FIFA de 1974 à 1998. Il a été un bouclier pour protéger Havelange et couvrir les scandales dans lesquels il était impliqué, avec son beau-fils Ricardo Texeira, président de la Confédération brésilienne de football (CBF) et membre du comité exécutif de la FIFA pendant 28 ans. A son arrivée à la tête de la FIFA en 1998, Joseph Sepp Blatter a exigé de ses subordonnés la même fidélité qu’il avait témoignée à Joao Havelange. Tous les hommes qui sont encore dans les rouages de la FIFA le sont par sa propre volonté. Beaucoup lui resteront fidèles dans les moments difficiles que va continuer à traverser la FIFA.

Le changement — que beaucoup souhaitent qu’il soit radical — ne s’opérera pas facilement. Les intérêts en jeu sont énormes. C’est ce qui met en danger l’unité même de la FIFA. Des dirigeants, surtout européens, commencent à remettre en cause un principe intangible à la FIFA. Celui d’une association (fédération), une voix. Le débat est déjà enclenché.

Des fédérations européennes revendiquent une révision totale de la procédure de vote. Les « petites fédérations» des Caraïbes, d’Océanie, d’Asie et d’Afrique sont les plus visées par les Européens qui n’admettent pas que la voix d’une fédération de l’UEFA soit égale à celle de la fédération d’Haïti. Le rééquilibrage, tel que prôné par les Européens, risque de faire imploser la FIFA avec le départ de Joseph Sepp Blatter. Le bonhomme a miné le terrain. Ses affidés feront tout pour que les réformes initiées sous son mandat aboutissent. Cette option est loin d’être partagée par tous ceux qui réclament la fin du système Blatter.

Dans cette féroce bataille qui s’annonce, l’Afrique doit se faire entendre. Issa Hayatou sera-t-il encore là dans les prochains mois pour défendre les intérêts de la Confédération africaine de football (CAF) ? L’avenir le dira. La FIFA version Havelange-Blatter a vécu. Le système, pas sûr ! C’est là tout l’enjeu des défis qui attendent la prochaine direction qui prendra la succession du Suisse, qui rentre chez lui éclaboussé par les scandales qu’il a couverts durant tous ses mandats. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Un système tentaculaire à réformer
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair