formats

Un non-voyant interpelle Houda Imène Feraoun

Publié le 16/03/2017, par dans Non classé.

Trois membres du gouvernement, en l’occurrence Houda Imène Feraoun, Mounia Meslem et Mebarki Mohamed, respectivement ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (MPTIC), ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme (MSNFCF) et ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels (MFEP) se sont donné rendez-vous, mardi dernier (14 mars, ndlr), au Centre national de formation professionnelle pour handicapés physiques (CNFPHP) de Khemisti-ville (Tipasa) pour assister à la célébration en grande pompe de la Journée nationale des handicapés.

La manifestation a été marquée par la présence de plusieurs médias nationaux, les relais des discours officiels, les divers protocoles, bref, autant de mouvements et de paroles qui n’arrivent pas à résoudre les difficultés des personnes handicapées et atténuer leur souffrance. Une voiture noire démarre en trombe, pour quitter le CNFPHP. Mme Houda Imène Feraoun se trouvait à l’intérieur. Sami C., un non-voyant, habillé d’un beau costume, cartable à la main, est sorti de la grande salle, afin de pouvoir parler avec la ministre.

« J’ai voulu toucher un mot à Mme Feraoun», nous dit-il. « Elle est partie, quel est votre problème ?», lui dis-je. « Dommage, je voulais lui transmettre nos préoccupations, nous les non-voyants», déclare-t-il. « La première difficulté se passe d’abord au niveau des agences d’Algérie Poste, parfois nous n’arrivons pas à signer sur le fichier tel que cela est exigé, nous souhaitons qu’il y ait un code personnel pour les non-voyants.

La deuxième difficulté, c’est lorsque nous voulons accéder à internet, il y a toujours une image, mais nous voulons un code pour accéder à notre compte, car à ce jour, nous faisons appel à quelqu’un chaque fois pour nous assister afin de consulter notre compte, naturellement il n’y a pas d’intimité pour nous autres non-voyants. La troisième difficulté, c’est que nous souhaitons que le distributeur automatique de billets soit doté d’un système vocal pour nous faciliter la tâche.

Et enfin, nous revendiquons un tarif spécial dans la tarification de l’internet, comme celui accordé aux enfants de chouhada, au enfants de moudjahidine, nous ne pouvons pas lire les journaux et les revues, nous voulons connaître tous les événements qui se passent dans notre pays. Grâce à l’aide de la synthèse vocale, nous serons en mesure de nous informer en consultant les sites des médias algériens.

Je compte sur votre journal pour transmettre les préoccupations des non-voyants aux hautes autorités du pays, j’espère que nos responsables les prendront en charge», conclut-il. Selon le département ministériel de Mebarki Mohamed, il existe cinq centres régionaux de formation pour les handicapés physiques en Algérie. En dépit des discours et des photos diffusées, pour faire croire que tout va bien chez cette catégorie de la société algérienne, la situation des handicapés demeure confrontée à l’incompréhension.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Un non-voyant interpelle Houda Imène Feraoun
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair