formats

«Un message contre-productif et malvenu»

Publié le 17/12/2016, par dans Non classé.

La mise à jour périodique du Travel Warning destiné aux citoyens américains appelés à voyager en Algérie, publié le 13 décembre sur le site officiel du département d’Etat, « traduit, comme à l’accoutumée, la propension de ses rédacteurs à percevoir la situation en Algérie à travers des prismes déformants et des clichés désuets qui ne reflètent en rien la réalité de la situation sécuritaire en Algérie».

C’est en ces termes, ne cachant pas la déception d’Alger, que le ministère des Affaires étrangères a répondu, dans un communiqué publié jeudi dernier, à l’appréciation par le département d’Etat américain de la situation sécuritaire en Algérie.

Les notes de félicitations qu’envoie Washington pour saluer l’expérience algérienne dans la lutte contre le terrorisme ne suffisent semble-t-il pas à convaincre le département d’Etat de la « tranquillité» de la situation en Algérie pour les citoyens américains. Le département de Ramtane Lamamra affirme à ce sujet que « la sécurité de l’Algérie est structurellement et durablement établie grâce à la politique de réconciliation nationale» et que « l’Algérie, qui a consenti des sacrifices considérables dans la lutte antiterroriste, est soucieuse au plus haut point de la sacralité de la vie humaine». Continuant dans sa réponse, le MAE souligne que notre pays « mène, pour lui-même et pour autrui, des actions persévérantes de prévention de l’extrémisme violent et de déradicalisation dans une approche cohérente de la coopération internationale contre le terrorisme». Et, de ce fait, « tous les messages unilatéraux poursuivant l’objectif vain d’assurer des protections sélectives et aboutissant à distendre les liens de partenariat et d’entraide face au fléau du terrorisme sont contre-productifs et malvenus».

Dans sa mise à jour du Travel Warning, le département d’Etat américain avait, pour rappel, reconduit les mêmes conseils aux ressortissants américains de ne pas se rendre dans certaines régions d’Algérie, notamment le Sud, l’Est et en Kabylie. L’alerte américaine justifie ces recommandations par « des risques toujours importants d’attaques terroristes et d’enlèvement». Le même document précise en outre que « si les grandes villes sont contrôlées, des extrémistes ont perpétré des attaques dans la région montagneuse de Kabylie et dans les régions frontalières du Sud et de l’Est (mont Chaambi)».

Notons que le ministère algérien des Affaires étrangères n’en est pas à sa première réponse aux appréciations américaines sur la situation en Algérie. Outre l’aspect sécuritaire, des rapports américains sont publiés sur les libertés religieuses et les droits humains, qui sont automatiquement démentis par les autorités algériennes. Le 16 août dernier, le MAE avait répondu au rapport étasunien sur les libertés religieuses en Algérie en déplorant une « incompréhension de la règle imposant aux ministres des Cultes d’être habilités par leur autorité religieuse de rattachement». Il est question, selon la réponse de la diplomatie algérienne, d’une « disposition courante dans tous les pays du monde, s’appliquant à tous les cultes y compris la religion majoritaire en Algérie, l’islam». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Un message contre-productif et malvenu»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair