formats

Un hommage sur fond de dissensions familiales

Publié le 05/12/2016, par dans Non classé.

La rencontre internationale sur le centenaire du premier président de l’Algérie indépendante s’est ouverte en grande pompe, hier au palais de la culture Abdelkrim Dali de Tlemcen.
Des personnalités nationales et de l’Afrique subsaharienne, notamment des historiens, à l’image de l’écrivaine malienne Aminata Drouman Traoré qui considère le défunt Ben Bella comme « son père spirituel», ont tenu, chacun, à exprimer « Les dimensions nationale et internationale de Ben Bella», thème principal de ce colloque.

Abdelkader Messahel, ministre chargé des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue arabe, Tayeb Louh, ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine, ont tous les trois rappelé son combat, son itinéraire historique et politique. « C’était un grand patriote qui a impressionné le monde entier par sa diplomatie, sa sagesse et sa grandeur», a souligné M. Zitouni.

« Ce colloque vise à faire découvrir l’histoire militante du défunt président Ben Bella, ses contributions dans le Mouvement national et dans la Guerre de Libération nationale, tout en mettant en exergue sa place sur la scène mondiale et ses contributions politiques, intellectuelles et humaines au niveau des instances, organisations territoriales et mondiales», nous explique le recteur de l’université de Tlemcen.

Cependant, dans cette ambiance aussi bien festive que commémorative, la famille du défunt président, en l’occurrence son neveu Mohamed et sa nièce Hafida, nous ont confié qu' »ils n’étaient pas invités officiellement et que cette rencontre a été organisée sans eux, mais une fois sur place, ils ont été accueillis correctement» Mohamed a précisé : « J’informe tout le monde que mon oncle n’a jamais enfanté et ceux qui veulent faire croire que Ali, un jeune homme handicapé (actuellement en Espagne) est le fils du président, c’est un usurpateur. Ben Bella n’a ni fils ni fille.»

En inaugurant la statue du Président sur la place du 1er Mai et la bibliothèque portant le même nom à l’université Aboubakr Belkaïd, sa fille adoptive Mahdia a fait don de près de 8000 ouvrages, un trésor de sa bibliothèque de Hydra. Au programme, la projection d’un documentaire sur Ben Bella.

Un film qui a tronqué l’histoire dans le sens où le producteur et réalisateur n’a pas « jugé utile» de parler du coup d’Etat, de son emprisonnement, sa résidence surveillée et son exil. Malgré toutes ces omissions, le documentaire a été primé, hier, pour on ne sait quel concours… Au deuxième jour du colloque, des communications et des témoignages sont prévus. Nous y reviendrons plus en détail dans notre prochaine édition. Chahredine Berriah
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Un hommage sur fond de dissensions familiales
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair