formats

«Un déchaînement inacceptable contre Nouria Benghebrit»

Publié le 20/09/2016, par dans Non classé.

Zouaoui Benhamadi proclame l’indépendance de l’Arav, condamne les attaques contre Mme Benghebrit et rappelle à l’ordre certains médias qui se croient tout permis.
Le président de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav), Zouaoui Benhamadi, était l’invité, dimanche, de l’émission « L’invité de la rédaction» de la Radio nationale. Tout au long de l’entretien, le président de l’Arav a insisté sur l’indépendance de l’institution qu’il dirige depuis le 20 juin dernier. « Nous ne dépendons de personne», a déclaré M. Benhamadi. « Nous sommes une partie de l’autorité de l’Etat qui s’exerce indépendamment du pouvoir exécutif», a-t-il encore affirmé.

Il faut dire que le président de l’Arav a hérité d’un organisme totalement décrédibiliser par la gestion de son prédécesseur, Miloud Chorfi. Durant la présidence de celui qui fut en charge de la communication du RND, l’Arav s’était distinguée par une partialité en faveur des chaînes proches du pouvoir, et des mises en garde contre celles jugées trop indépendantes. Par ailleurs, la composante de la nouvelle Autorité de régulation avait fait tiquer les professionnels du secteur.

La présence de Lotfi Cheriet, ancien directeur de l’information de l’ENTV et soutien revendiqué du président Bouteflika, mais également de l’universitaire Aïcha Kassoul, dont la seule expérience dans les médias se résume en une « pastille» culturelle diffusée le matin sur la Chaîne 3, avaient fait craindre le pire. Pour faire taire les plus sceptiques, Zouaoui Benhamadi demande du temps et qu’il soit jugé sur ses actes. « Laissez-nous travailler et montrer ce que nous pouvons faire», a-t-il revendiqué. « Si avec ou sans l’Arav les choses demeurent les mêmes, cela voudra dire que nous aurons échoué», a-t-il encore assuré.

Comment le nouveau président de l’Autorité de régulation perçoit le rôle de l’Arav ? Pour M. Benhamadi, il ne faut pas « percevoir l’Autorité comme un gendarme écoutant tout ce qui se dit, mais plutôt comme un arbitre qui est là pour rappeler les règles du jeu». C’est dans ce rôle de « bouclier contre les dérives et les outrances» que le président Benhamadi a condamné « le déchaînement moralement inacceptable» contre la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, dans le scandale du livre scolaire de cette rentrée des classes.

Pour lui, ces attaques ressemblent à un « quasi-lynchage». « Avant de réagir, l’ARAV est en train de travailler pour collecter tout ce qui est condamnable», a-t-il annoncé et met en garde certains médias qui se croient tout permis. « Certains médias ont pris des habitudes qu’ils doivent corriger par eux-mêmes s’ils ne veulent pas être rappelés à l’ordre», avertit M. Benhamadi.

Pas de préférence pour les hommes d’argent

Si 53 chaînes de télévision privée, émettent actuellement en offshore, M. Benhamadi rappelle qu’elles sont soumises aux jugements de l’Autorité de régulation : « Il est vrai que ces chaînes émettent en dehors de l’Algérie, mais elles sont fabriquées à partir d’adresses et de studios situés en Algérie.

En ce sens, le cahier des charges s’adresse aussi à ces chaînes.» A la question de savoir quand des télés nationales émettront à partir d’Alger, l’ancien directeur général de la Radio publique ne veut pas se précipiter et demande du temps pour lancer un audit qui déterminera les capacités techniques existantes et le nombre de chaînes en mesure d’être diffusées. « Nous avons besoin de temps pour faire l’état des lieux, pour faire une évaluation technique des moyens et des capacités de diffusion et une fois ce travail fait, on dira voilà le nombre de télévisions qui peuvent émettre en fonction de nos possibilités en TNT, en analogique», a-t-il précisé.

Tout en reconnaissant que pour l’heure « aucun investisseur ne s’est manifesté». Zouaoui Benhamadi a toutefois précisé qu' »aucune préférence ne sera accordée à un investisseur disposant de moyens financiers», car « la loi exige la présence de professionnels parmi les détenteurs du capital ainsi qu’au sein du staff et des organes dirigeants des institutions de communication». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Un déchaînement inacceptable contre Nouria Benghebrit»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair