formats

Un collectif voit le jour à Oran

Publié le 05/12/2015, par dans Non classé.

Les violences contre les femmes ont des conséquences négatives et graves sur les victimes, mais aussi sur leurs enfants et constituent un danger pour la société tout entière.
Un collectif réclamant la promulgation de la loi relative aux violences faites aux femmes a vu le jour, jeudi dernier, à Oran. Constitué par l’Afepec, le Collectif pour l’autonomisation des femmes, Femmes algériennes médecins, le Civic, la LADDH, Bel Horizon, le Petit Lecteur, Santé Sidi El Houari (SDH), ce collectif se dit « ouvert aux organisations qui partagent ce même objectif». Ce collectif appelle toutes les organisations à signer une lettre ouverte, adressée au président du Sénat, Abdelkader Bensalah. « Nous nous félicitons de l’adoption, par l’Assemblée populaire nationale, en mars 2015, de la loi contre les violences faites aux femmes, malheureusement restée, depuis, bloquée au niveau du Sénat», affirme le collectif.

« Nous demandons que la loi contre les violences faites aux femmes soit adoptée par le Sénat, avant la fin de l’année, comme affirmé par Mme la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine, et exigeons sa promulgation dans les plus brefs délais», réclament les signataires de cette lettre. « Nous, associations, syndicats, collectifs et organisations de la wilaya d’Oran, sommes consternés par la montée de toutes les violences faites aux femmes, notamment comme rapporté par la presse ces dernières semaines, le cas à M’sila de Razika, tuée par un homme qui s’est vu refuser ses avances, et, à Oran – Es Sénia, celui de cette femme tuée à son domicile par son ex-mari, en présence de leurs 3 enfants», est-il écrit dans cette lettre.

« Nous ne pouvons accepter que de tels crimes contre des femmes puissent demeurer dans l’impunité et/ou se reproduire dans notre pays», poursuit le collectif. « Les violences contre les femmes ont des conséquences négatives et graves sur les victimes, mais aussi sur leurs enfants et constituent un danger pour la société tout entière», est-il encore affirmé. Et ce collectif de lancer un appel : « Pour signer cette lettre, manifestez-vous par courrier envoyé à l’adresse mail suivante : contact@afepec.org.» Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Un collectif voit le jour à Oran
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair