formats

Un chenwi chez les Los Angeles Galaxy

Publié le 08/11/2016, par dans Non classé.

Rafik Rouag, 33 ans, est un fan inconditionnel du MCA et accessoirement vendeur de matériel informatique. Nous disons « accessoirement» à dessein tant sa passion du Mouloudia frisant la dévotion semble surclasser toutes les autres.
Durant notre séjour aux States, il n’hésitait pas à circuler en survêt’ Mouloudia et à se coiffer d’un bob aux couleurs des Verde Leone, le groupe des ultras du club. Lors d’un match opposant L.A. Galaxy, l’ancien club de Beckham — qui compte aujourd’hui dans ses rangs Steven Gerrard et Robbie Keane — à l’équipe de Seattle Sounders, à Los Angeles, auquel nous avons été invités, il s’attifa carrément d’un maillot du club en déployant une écharpe avec ce slogan : « Nadi echaâb» (Mouloudia d’Alger, le club du peuple).

Alors que l’on s’apprêtait à quitter notre hôtel à Baltimore pour rejoindre l’aéroport, il suivait anxieusement en streaming, sur son smartphone, le choc ESS-MCA. Il était évidemment déçu du résultat (victoire 2 à 0 de l’ES Sétif). Et en débarquant à l’aéroport Dulles International pour rentrer à la maison, un agent en uniforme l’interpella. Il s’avèrera que c’est un compatriote installé depuis longtemps aux USA, et qui était agréablement surpris de voir le sigle MCA orner son t-shirt.

Le Doyen ne peut rêver meilleur ambassadeur… Depuis une dizaine d’années, Rafik participe activement à l’animation de divers sites dédiés aux aficionados du MCA. Il a intégré dans un premier temps l’équipe du site forum.mouloudia.org en 2005 et finit coadministrateur de la page mouloudia.org sur facebook, aux côtés de son ami Habib Brahmia. La page a franchi allègrement la barre des 900 000 followers. « On publie des news sur l’actualité du club. On a parfois des infos de première main.

On diffuse des petites séquences des matchs en live, l’ambiance dans le stade, les tifos, les craquages…», détaille Rafik Rouag. Quid des commentaires anti-MCA ? « Les gens peuvent critiquer le club, mais dans le respect. On bannit systématiquement les insultes et les posts déplacés», précise-t-il. « J’ai ouvert les yeux sur le Mouloudia», raconte Rafik en tirant sur sa cigarette. « On est tous Mouloudia dans la famille, mon père, mon grand-père, mes frères, tout le monde.» L’enfant du Lotissement Michel, près de Kouba, a découvert la folie des stades version Chnawa en 1992.

Une confrontation avec l’USM El Harrach au stade du 5 Juillet, remportée 4 à 2 par le MCA. La magie a tout de suite opéré, et depuis il accompagnera son club de cœur partout. « Même quand le Mouloudia a été relégué, j’ai continué à faire tous les déplacements», dit-il fièrement. En 2003, alors qu’il est étudiant à Bab -Ezzouar (USTHB) filière technologie, il sèche tellement les cours que la saison se solde par une année blanche.

Et pour cause : « C’était l’année du retour à l’élite. Je suivais le Mouloudia partout, si bien que j’ai sacrifié mes études, je ne passais même plus les examens», confie-t-il sans regret. Petite consolation : le MCA, lui, a réussi son examen de retour en D1. Rafik l’avoue sans détour : « Oui, je suis un chauvin du Mouloudia. C’est le seul club qui me procure des sensations aussi fortes. Même l’équipe nationale ne me soulève pas comme le Mouloudia.» En Europe, ce n’est ni le Barça ni le Real qui ont ses faveurs mais le Milan AC.

D’ailleurs, il s’est déplacé à San Siro spécialement pour voir les Rossoneri dans leur antre mythique. Italie toujours : Rafik se trouvait à Rome alors qu’un derby Mouloudia-USMA, notre clasico national, devait se jouer durant la saison 2011-2012. « En désespoir de cause, je me suis rendu à notre ambassade à Rome pour leur demander s’il y avait possibilité de voir le match, le gardien n’en revenait pas et m’a chassé sans ménagement.» Rafik connaît parfaitement la sociologie et les codes des supporters Vert & Rouge. « Le Mouloudia a trois groupes d’Ultras et chaque groupe a sa fonction et sa bannière», explique-t-il. « Les plus anciens sont les Verde Leone (Lion Vert, ndlr). Ils occupent toujours la tribune côté mer du stade de Bologhine.

Le deuxième groupe, ce sont les Twelfth Player (le Douzième Homme). Leur spécialité, c’est le craquage à la 76e minute de chaque match.» Un clin d’œil à cette année magique de 1976 quand le Mouloudia avait réalisé le doublé coupe-championnat avant de remporter la coupe d’Afrique. « Le troisième groupe, poursuit Rafik, ce sont les Green Corsairs (Les Corsaires Verts, ndlr). Ils chantent torse nu pendant 90 minutes, quelles que soient les conditions météo.»

A l’appui, il nous montre des vidéos qui témoignent des animations chamarrées proposées par chacun des groupes d’Utras. Il répète de mémoire les chants des supporters qu’il connaît évidemment par cœur : « Mouloudia dirha fe destour jedid» ; « Mazal 5 Octobre rayha tataâwed»… Rafik en est convaincu : le Mouloudia a le plus fervent des publics. Il en veut pour preuve que l’ancien club de Ali Bencheikh draine les foules même quand il joue le maintien et qu’il enquille les défaites comme Messi les buts. « Les autres ne supportent leur club que quand il gagne alors que le Mouloudia attire du monde même quand les résultats ne suivent pas», analyse-t-il.

« En 2015, on a fini la phase aller avec 11 points et à la fin de la saison, on a soulevé la coupe grâce à ce public chevronné. C’est forcément motivant pour les joueurs.» Et de faire remarquer : « Je peux critiquer tous les joueurs, je peux critiquer l’entraîneur, mais le club reste au-dessus de tout.» A l’entendre, le MCA serait « mésque un club» (plus qu’un club) sommes-nous tentés de dire en paraphrasant la célèbre devise du Barça. « Le Mouloudia a une grande histoire qui se confond avec l’histoire de l’Algérie. Beaucoup sont morts pour ce maillot. Du temps de la France, les gens risquaient leur peau pour aller voir le Mouloudia d’Alger au stade», scande-t-il un brin ému.

Ses impressions sur le « soccer» américain et l’ambiance au stade chic des L. A. Galaxy ? « Oh, ça n’a rien à voir avec l’ambiance de h’bal qu’il y a dans nos stades», tranche-t-il. « Chez nous, le foot est une forme Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Un chenwi chez les Los Angeles Galaxy
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair