formats

Un Algérien acquitté par le tribunal de Tizi Ouzou

Publié le 20/12/2015, par dans Non classé.

La cour de justice de Tizi Ouzou a acquitté, mardi soir, une personne accusée d’appartenance à des groupes djihadistes activant en Syrie.
Selon l’arrêt de renvoi, le nommé L. B., 39 ans, a séjourné en mai 2013 dans un camp de réfugiés sis dans la localité d’Atma, géré par l’armée libre. Il était chargé au sein d’une équipe bénévole -dont un Saoudien et un Allemand-du ravitaillement alimentaire de villageois ayant fuit les bombardements de Bachar Al-Assad.

Selon le document de la chambre d’accusation, l’inculpé a reconnu avoir rencontré des terroristes de l’organisation Etat islamique (Daech) et du Front Al-Nosra, parmi lesquels activaient des Algériens, d’après la même source.

Il a été blessé à l’épaule dans une attaque au mortier perpétrée par l’armée régulière, alors qu’il se dirigeait vers Alep à bord d’un taxi collectif en compagnie de bénévoles exerçant au sein de ce camp de réfugiés. Il a subi trois interventions chirurgicales.

L’accusé a déclaré lors de son audition par la police judiciaire avoir été arrêté, interrogé et menacé à maintes reprises par des membres de l’armée libre et de l’Etat islamique.

Le 15 décembre 2013, L. B. décide de quitter la Syrie vers la Turquie avant de rentrer en Algérie. Il sera arrêté le 7 janvier 2014 à sa sortie de la prière d’El Fedjr, à la mosquée de Tizi Ouzou.Poursuivi par le parquet de la même ville pour « appartenance à un groupe terroriste activant à l’étranger», le prévenu sera relaxé le 28 octobre 2014 pour manque de preuves. Le parquet introduit un pourvoi en cassation auprès de la chambre criminelle de la Cour suprême.

Cette juridiction rendra son verdict le 6 août 2015 en renvoyant l’affaire devant la cour de Tizi Ouzou pour qu’elle soit rejugée pour les mêmes accusations. Lors du procès, qui a eu lieu mardi dernier, l’accusé a rejeté en bloc les accusations portées contre lui. Il a affirmé n’avoir aucun lien avec des groupes terroristes, ajoutant s’être rendu en Syrie légalement pour un but humanitaire.

Le représentant du ministère public a requis à l’issue de son intervention une peine de 10 ans de prison et une amende de 500 000 DA. Dans sa plaidoirie, Me Amar Zaïdi a battu en brèche l’accusation avant de plaider l’acquittement de son client pour manque de preuves. La défense argumentera que le prévenu est entré en Syrie de manière régulière en utilisant ses deux passeports algérien et canadien (il est binational), dûment cachetés par la police des frontières en Algérie, en Turquie et en Syrie.

« Si l’accusé était un terroriste, il se serait introduit en Syrie clandestinement. Aussi, la police qui avait expertisé, lors de l’instruction, son cellulaire, son PC, son fax, et son compte sur les réseaux sociaux, n’a trouvé aucun numéro de téléphone compromettant, fax, mail ou photo prouvant son appartenance avec tenue et arme à un groupe terroriste. Il n’y a aucune preuve prouvant sa culpabilité», conclut Me Zaïdi. Reconnu non coupable, l’accusé a été acquitté par le tribunal. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Un Algérien acquitté par le tribunal de Tizi Ouzou
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair