formats

UGTA VS syndicats autonomes

Publié le 24/02/2017, par dans Non classé.

Célébration aujourd’hui du double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures. Etat des lieux.
Aujourd’hui, à partir de la wilaya de Djelfa, les festivités officielles pour la célébration du double anniversaire du 24 Février, marquant la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) en 1956 et la nationalisation des hydrocarbures en 1971, seront lancées. On parle déjà d’un terrain que l’UGTA, en sa qualité d’instance représentant les travailleurs, peine à garder devant la pléthore de syndicats autonomes. L’occasion pour la centrale syndicale de tenter de « consolider des acquis socioéconomiques».

L’UGTA tient à rappeler « les acquis obtenus à la faveur de la nouvelle Constitution» et on n’évoque même pas cette situation de perte de terrain. Un schéma : la Fonction publique est partagée entre l’UGTA et les syndicats autonomes, la centrale syndicale est majoritaire dans le secteur économique public et les syndicats autonomes sont pratiquement inexistants avec peu de représentation de l’UGTA dans les entreprises privées économiques. Invisible ? Non, se défendent les membres de l’UGTA. C’est juste la méthode qui n’est pas la même lorsque nous intervenons sur le terrain. Amar Takjount, de l’UGTA, explique que la différence est dans la méthode d’agir.

Autrement dit, l’UGTA encourage et emprunte la voie de la « sensibilisation et de la négociation». Les grèves ne mènent forcément pas à nulle part. Au contraire, il y a des sommes que l’Algérie perd à cause des divers débrayages, explique-t-il encore. Une explication pas trop acceptée par les syndicats autonomes qui affirment que les droits « s’arrachent». Le vice-président du syndicat de l’Entreprise du transport maritime des voyageurs (ENTMV), Karim Rili, affirme : « Nous sommes dans les secteurs les plus stratégiques : Sonatrach, Air Algérie, le transport maritime… Nous sommes très représentatifs dans le secteur économique public.

Donc, nous sommes ‘‘très visibles » là où il faut.» L’UGTA ne ratera évidemment pas l’occasion puisque les festivités commémorant le 61e anniversaire de la création de l’UGTA et le 46e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures seront également « une occasion» pour mobiliser les citoyens « afin de faire des législatives du 4 mai un succès».
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé UGTA VS syndicats autonomes
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair