formats

Trois partis dénoncent une fraude électorale massive au profit du FLN à Ouargla

Publié le 24/11/2017, par dans Non classé.

Des dizaines de citoyens ont participé tout au long de la journée de vendredi à une immense manifestation contre la fraude au lendemain des élections locales du 23 novembre
Si les résultats provisoires des élections locales du 23 novembre ont bien été accueillis dans la majorité des communes de la wilaya de Ouargla avec une nette suprématie du FLN et du RND suivant la tendance nationale, avec une victoire de Taj à la tête de l’APC de Hassi Messaoud maintenant le maire sortant et un succès attendu du HMS à Meggarine, la grande surprise et le motif de colère furent les résultats tardifs du scrutin pour l’APC de Ouargla ou le PNSD, parti donné pour vainqueur jusqu’à 3h du matin s’est retrouvé en deuxième position deux heure âpres. C’est donc le FLN qui rafle 14 sur les 39 sièges de l’APC de Ouargla suivi du PNSD, PFJ, HMS, RND et FNA.

Des dizaines de citoyens ont participé tout au long de la journée de vendredi à une immense manifestation contre la fraude au lendemain des élections locales du 23 novembre. Les militants et sympathisants du PNSD, Fajr Jadid et HMS qui sollicitaient une audience au wali de Ouargla sont restées de longues heures debout alors que l’accès au siège de la wilaya leur était refusé pour motif de sécurité. Pour Islam Kateb, tête de liste PNSD à l’APC de Ouargla  » Comment est ce que une liste n’ayant obtenu que 1700 voix à la fin du scrutin se retrouve t’elle avec 11700 le matin ? » Pour le maire sortant de Ouargla  » il faut que justice soit faite et que l’APC revienne à la liste gagnant ». Même son de cloche chez le FNA dont Derdouri Smail, tête de liste à l’APW n’arrive pas à avaler la défaite.  » En trois mandats, jamais un siège à l’APW n’a valu 3500 voix » s’écrie t-il. Pour cet ingénieur ayant effectué plusieurs mandats d’élus.  » Relever le taux de participation à 52% alors qu’il a toujours campé à 38% est le premier indicateur d’une fraude programmée qui nous a raflé 4 sièges sur les huit entre 3h et 5h du matin».

Pour la majorité des manifestants, le FLN aurait du être le grand perdant de cette élection pour la simple raison que la nouvelle configuration politique de la ville le confirme avec des candidatures par quartier et par tribu dans le but de contrecarrer les grandes formations politiques accusées d’avoir tourner le dos au peuple et marginalisé les jeunes cadres. Bouchareb Kamel du parti Fajr jadid estime pour sa part que la version officielle de tous les partis ayant suivi le déroulement du scrutin confirment une fraude opérée vers 3h du matin suite aux résultats négatifs du FLN et le mettant hors course n’ayant pas obtenu les 7% de voix requis pour prétendre à un siège.  » 190 PV similaires ont été remis aux représentants des partis, ils attestent de 4100 voix pour nous, 1400 au RND alors qu’il se retrouve avec 2500.

Nous resterons dans la rue

Salah Abderrahmane du PNSD, met en garde contre d’éventuels dérapages et appelle au calme. Soulignant que les intimidations n’ont manqué tout au long de la journée, même si les morts avaient voté impossible pour le FLN de remonter la barre ». Khemisti Bensayah, candidat de la rue déplore  » la mainmise de l’administration et l’excès de zèle des commis de l’état qui ont fait rater à Ouargla un rendez-vous historique ». Les contestataires réclament l’intervention personnelle du chef de la 4e région militaire et du président de la république. Daoui Yousef président de l’association Ness Bennas fait remarquer que des rapports ont signalé des insuffisances électriques dans les centres.  » Maintenant que la majorité des candidats crie à la fraude, nous demandons à ce que justice soit faite et que les autorités évitent à Ouargla un glissement que nous ne voulons pas. » Mahfoud Hathat, ancien militant du mouvement des chômeurs et candidat de Fajr Jadid affirme que le décryptage du message politique d’Ould Abbes plaçant le succès du FLN aux locales comme piédestal aux présidentielles a motivé une surveillance accrue dans les centres de vote. Selon lui  » notre vigilance a permis de recueillir tous les PV et ceux qui pensaient qu’on allait nous taire et accepter le fait accomplis se gourent complètement car l’abstention est une réponse à la fraude mais la participation honnête aussi ».

Annulation

Pour les contesta ires qui organisent un front réclamant l’annulation de la fraude et la confrontation des PV, le wali doit prendre rapidement position et se démarquer. Ils soulignent notamment le cas édifiant du chef du centre Ibn Rochd a refusé de remettre les PV aux représentants des partis faisant fi des instructions du président de la HIISE qui s’est déplacé personnellement avec un juge. Il aura fallu plus d’une heure de négociation pour que les PV soient imprimés sur l’imprimante de l’instance de Derbal sous les yeux de la police. Il recevait des instructions par téléphone. Il s’agit du plus grand centre de Ouargla plus de 800 électeurs. Le cas est confirmé par Goui Bouhania président de la HIISE à Ouargla qui estime que son instance a joué son rôle de surveillance tout au long du scrutin pour gérer les problèmes courants.  » Nous avons été confrontés au refus de remettre les PV finaux au centre d’Ibn Rochd. Le chef de centre a fini par revenir à la raison et nous les remettre. » Reconnait-il. Pour ce qui est des résultats finaux et s’il y a contestation  » nous attendons que les parties qui se sentent lésées se manifestent officiellement auprès de notre instance et là la confrontation des PV donnera lieu soit à la confirmation des résultats provisoire soit à leur infirmation ».

A Ouargla, tard dans la journée du vendredi, l’heure est grave pour l’ensemble des partis politiques Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Trois partis dénoncent une fraude électorale massive au profit du FLN à Ouargla
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair