formats

Très affaibli, le Président apparaît avec ses deux frères et ses deux neveux

Publié le 24/11/2017, par dans Non classé.

C’est un homme affaibli, assis sur sa chaise roulante, la tête légèrement penchée vers l’avant, le visage tuméfié, les yeux hagards et figés. C’est l’état dans lequel est apparu hier, vers 11h30, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à l’école Bachir El Ibrahimi d’El Biar, à Alger.
Cela fait plus de deux heures que les nombreux représentants des médias attendent son arrivée à bord d’une Mercedes, noire, aménagée spécialement pour lui. Sous une surveillance accrue des gardes qui veillent à couper tout contact entre lui et la presse, il avance doucement vers le bureau numéro 034, où de nombreux photographes regroupés sur l’estrade de la classe l’attendaient.

C’est son frère, Saïd qui l’aide à prendre les bulletins de vote, avant de tirer le rideau de l’isoloir. Quelques minutes lui ont suffi pour sortir avec une enveloppe, qu’il a glissé d’une main et d’un geste ralenti, dans l’urne transparente, sous les caméras, les flashs des appareils photo et le regard intéressé de ses deux très jeunes neveux. L’un d’eux lui tient la main, pour rouler vers la cour.

Contrairement aux législatives du 4 mai, le Président apparaît vraiment fatigué. Le regard qu’il lance aux nombreux journalistes est absent. Sa chaise roulante s’arrête néanmoins au seuil de la porte de sortie. Avec la main gauche qu’il soulève difficilement, de temps à autre, il serre la main du wali et du chef de daïra, tout en se gardant de parler.

Il est 11h45, la voiture officielle quitte l’école. Contrairement à ses habitudes, son frère Saïd n’était pas au-devant de la scène. Très discret, il a évité les gros plans et s’est mis un peu loin des journalistes, laissant son frère Nacer, plus visible, échangeant des saluts de la main et des sourires avec la presse. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Très affaibli, le Président apparaît avec ses deux frères et ses deux neveux
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair