formats

Thon rouge : l’Algérie risque de se voir rafler une seconde fois son quota

Publié le 04/12/2015, par dans Non classé.

Du 10 au 17 novembre 2015 s’est tenue, à Malte, la 24e session ordinaire de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT), et contrairement aux années 2012, 2013 et 2014, il n’y pas d’écho retentissant.
Selon nos sources, l’Algérie se serait fait prendre par la Turquie l’augmentation du quota qu’elle était en droit d’attendre de la Commission, conformément au compromis trouvé en 2012, suite au hold-up opéré en 2011 sur le quota historique algérien par 4 pays, dont la Turquie, la Libye, l’Egypte.

En 2010, si on s’en souvient, quelques mois après la découverte de trafics algéro-turcs de la pêche au thon et le scandale qui s’en est suivi, il n’y a pas eu, pour des raisons obscures, de représentants algériens à la réunion de l’ICCAT de cette année-là qui s’est tenue à Paris. Le ministère de la Pêche avait évoqué le refus des visas pour sa délégation, une déclaration démentie par l’ambassade de France. Des parties de l’ICCAT se sont accordées, sans la moindre réaction de la Commission, ce qui suppose beaucoup de bienveillance de sa part, les deux tiers, soit 450 tonnes, du quota algérien de l’époque qui se situait à 680 tonnes.

Lors de la session suivante, celle de 2011, la délégation algérienne, qui avait vigoureusement dénoncé ces pratiques « mafieuses», avait arraché un compromis, celui de se faire restituer progressivement, jusqu’en 2017, son quota historique qui correspond à 5% du Taux admissible de capture (TAC), qui est le plafond des captures en Méditerranée fixé annuellement sur les études de l’organisme scientifique de l’ICCAT, le SCRS. Le TAC de 2012 a été fixé à 13 400 tonnes pour toute la Méditerranée. A Malte, cette année la délégation algérienne s’attendait à une augmentation d’au moins 100 tonnes de son quota de 2014 évalué à 243 tonnes (1,073% du TAC).

Cela reste une bien faible dotation comparée à celle des années 1990 et 2000, où le quota national a frôlé les 2000 tonnes. Le TAC est tombé en effet de 32 000 à 12 500 tonnes face à la baisse drastique des populations de thon qui ont failli disparaître. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Thon rouge : l’Algérie risque de se voir rafler une seconde fois son quota
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair