formats

Théâtre du sud: « Hikayatou manboudine » confronte le monde des choses à celui des idées

Publié le 01/08/2019, par dans Non classé.

ALGER – La scène des 9e Journées théâtrales du sud a accueilli mercredi à Alger, le spectacle, « Hikayatou manboudine » (histoire d’opprimés), une comédie noire qui pose le problème de la place de l’intellectuel dans la société, en présence d’un public relativement nombreux.

Produit par l’association « Sahara » pour le théâtre et les arts audiovisuels de Tindouf, le spectacle, présenté au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA), a été mis en scène par Dris Benhedid sur un texte écrit par le dramaturge saoudien Abbès El Hayek, sous le titre de « El Mezbala el fadila » (la décharge idéale).

Farce humaine d’une durée de 75 mn, « Hikayatou manboudine », est l’histoire d’un groupe d’intellectuels qui ont décidé de s’extraire à la société, en élisant domicile devant une décharge publique, car écartés de fait par une société de consommation, où le monde des choses domine celui des idées.

Au milieu de détritus, de débris et de déchets de toutes sortes, un journaliste-écrivain, un musicien, un comédien, ainsi qu’un réparateur d’appareils électroniques et un autre de leurs amis, constatant l’absence flagrante, dans leur cité, de projet de société où l’échelle des valeurs serait dûment établie, décident de créer la vie entre eux, en entretenant juste des rapports humains.


Lire aussi: Théâtre du Sud: « El Belaout », une satire sur les rapports difficiles de la plèbe avec ses gouverneurs


Menant d’interminables discussions qui tournent vite au débat, où chacun y va de ses arguments, le groupe d’intellectuels arrive, tant bien que mal, à survivre, faisant de leur condition, un moyen pour protester contre ce manque de considération caractérisé, jusqu’au jour où un employé, préposé au nettoyage et au balayage des rues (éboueur), débarque pour faire évacuer les lieux.

Mahdjoub Sembaoui, Sami Telmini, Abdelkrim Arafa, Mohamed Omari, Ahmed Amine Belkarama et Hamza Dennaï, ont bien porté le texte, occupant judicieusement tous les espaces de la scène, dans un spectacle déroulé sans ambiance musicale, qui aura servi , selon le metteur en scène, à la « formation des comédiens », présents sur scène pour « la première fois », a-t-il tenu à préciser.

Le spectacle, déployé dans le registre du théâtre « réaliste-classique », a donné du plaisir au public qui a beaucoup ri, donnant du bon répondant aux différentes situations proposées et applaudissant longuement les comédiens à l’issue de la représentation.

Outre les représentations théâtrales, des conférences, des débats, des masters-Class, des expositions et des rencontres littéraires sont au programme des 9e Journées du théâtre du sud qui accueillent, jeudi au TNA, les spectacles, « Wadjaâ » (douleur) de Tindouf et « El Kar wel’Far » de Djanet, invité d’honneur de cette édition.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Théâtre du sud: « Hikayatou manboudine » confronte le monde des choses à celui des idées
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair