formats

Soupçons de mauvaise gestion à l’Angem

Publié le 15/03/2016, par dans Non classé.

L’Angem n’aura que 5,1 milliards de dinars. Une « autorisation» qui est suivie d’un avertissement. Les organismes et établissements publics ne sont pas forcément des exemples en matière de bonne gestion. C’est le cas de l’Agence nationale de la gestion du microcrédit (Angem).
Le gouvernement reproche à cet organisme, qui dépend du ministère de la Solidarité, la mauvaise gestion des fonds qui lui ont été affectés durant plusieurs exercices. En conséquence, les services du Premier ministre ont demandé au ministère des Finances de ne verser à l’Angem que la moitié des fonds réclamés à l’Etat. Dans une correspondance datée du 16 janvier dont nous détenons une copie, le directeur de cabinet du Premier ministre, Mustapha-Karim Rehiel, a indiqué au ministre des Finances que le ministère de la Solidarité a « demandé» en date du 9 janvier 2016, le versement de « la deuxième tranche» de 10,2 milliards de dinars « représentant le mécanismes du microcrédit» que gère l’Angem. Ce montant fait partie du budget pour l’exercice 2015, précise le document.

Cependant, la correspondance rappelle également que les services du ministère des Finances ont noté que l’Angem « ne s’est pas conformée» aux lois la régissant, « notamment aux règles comptables». Plus loin, la note énumère les « infractions» commises par l’Angem. Il s’agit de la situation financière de l’année 2010 qui « n’a été présentée» au Conseil d’orientation qu’en février 2014. Pis, ces compte « n’ont pas été agréés par le commissaire aux comptes», note le chef du cabinet du Premier ministre.

Plus que cela, le courrier mentionne que « le Conseil d’orientation» qui ne s’est pas réuni depuis février 2014, n’a pas encore « défini» les comptes des exercices 2011, 2012, 2013 et 2014. Ces « infractions» sont suffisantes pour que Abdelmalek Sellal décide de ne « libérer» que « 50% des montants réclamés».

L’Angem n’aura donc que 5,1 milliards de dinars. Une « autorisation» qui est suivie d’un avertissement. Le document émanant du cabinet du Premier ministre demande à la ministre de la Solidarité, Mounia Meslem Si Ameur, de « rappeler» aux responsables de l’Angem de « respecter les règles de gestion», de « soumettre les comptes de l’Agence au conseil d’orientation» et de « faire agréer» la comptabilité par un commissaire aux comptes. Pour connaître leur version des faits, nous avons pris contact avec l’Angem. Le responsable de la communication n’a pas répondu à notre sollicitation. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Soupçons de mauvaise gestion à l’Angem
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair