formats

Situation des migrants: Amnesty Inernational salue l’engagement de la société civile

Publié le 04/10/2016, par dans Non classé.

La situation des réfugiés et migrants a évolué ces derniers temps sur certains points, grâce en grande partie, à la mobilisation de la société civile, estime le bureau algérien d’Amnesty International.
Accès des migrants aux soins, accès à l’école publique, actions de solidarité… la situation des migrants et réfugiés établis en Algérie a visiblement évolué ces derniers temps dans certaines régions du pays, admet Hassina Oussedik, présidente d’Amnesty International Algérie.

Lors d’une conférence de presse qu’elle a organisée ce mardi à Alger, la présidente d’Amnesty International Algérie a salué la mobilisation de la société civile pour la prise en charge de ces migrants. Les associations ont permis de vulgariser certains droits garantis par la loi mais méconnus, à l’instar de la scolarisation des enfants des migrants en âge d’être scolarisé.

La protection des réfugiés et migrants est l’affaire de tous, insiste-t-elle.  » On ne peut pas se réfugier derrière l’inaction des Etats, dit elle.

Un constat que partage Laila Baratto, journaliste. Ayant longtemps travaillé sur la migration subsaharienne, Leila constat une nette amélioration pour ce qui est de la situation des migrants subsahariens établis dans les différentes villes du pays. Une amélioration qu’elle explique par l’implication des associations. Elle cite certaines initiatives qui ont permis à ces migrants d’accéder aux soins, à l’éducation, au respect et même à des repas chaud, chose qui n’était pas possible pas à l’arrivée des premières vagues de migrants.

Toutefois, des efforts considérables restent à faire de la part des pouvoirs publics, souligne Mme Oussedik.  » Bien que l’Algérie fasse partie de la convention de 1951, il manque toujours la législation nationale d’asile, dit elle. Et d’ajouter que l’Etat algérien doit  » accorder une protection aux réfugiés qui sont reconnus comme tel par le Haut Commissariat aux Réfugiés. Quand elle ne leur accorde pas ce statut ils sont extrêmement gênés dans leurs démarches et les privent d’un certain nombre de droits, tel que le droit au travail.

Pour Mme Oussedik renvoyer des migrants chez eux est inacceptable même si cela repose sur un accord entre les deux Etats.

Pour un pacte mondial pour résoudre la crise mondiale des réfugiés

Amnesty International considère qu’une réelle volonté politique des Etats peut permettre la prise en charge des 21 millions de réfugiés dispersés dans le monde et qui ne représentent que 0,3% de la population totale de la planète.

Faire face efficacement à la crise des réfugiés repose, selon Amnesty sur un partage des responsabilités. L’ONG propose pour ce faire l’augmentation du nombre de place de réinstallation, l’ouverture de davantage de voies sûres et légales pour les réfugiés, l’élaboration d’un processus de partage des responsabilités, garantir un financement total souple et prévisible permettant la protection des réfugiés et un soutien financier important aux pays qui accueillent un grand nombre d’entre eux et le renforcement de la protection des droits des réfugiés. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Situation des migrants: Amnesty Inernational salue l’engagement de la société civile
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair