formats

Sit-in aujourd’hui devant le ministère

Publié le 15/12/2015, par dans Non classé.

La grève du Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), qui prend fin aujourd’hui avec un rassemblement devant le ministère de tutelle, risque d’être suivie par d’autres actions plus radicales.
Les déclarations du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont attisé les tensions avec le CNES, qui y voit une « insulte» au parcours du syndicat. En déplacement avant-hier à Skikda, Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur, a minimisé l’ampleur de ce mouvement de protestation mené depuis dimanche par le Cnes pour des revendications socioprofessionnelles.

« Au lieu d’ouvrir les portes du dialogue, M. Hadjar a mis l’huile sur le feu», soutient Malik Rahmani, secrétaire général du Cnes, qui dément ainsi tout contact entre le ministère et le syndicat autour des revendications des enseignants du supérieur. Le Cnes déplore « la fuite en avant» des responsables du secteur concernant les préoccupations pédagogiques. Il est temps que l’enseignant universitaire soit réhabilité parmi l’élite et doit être considéré en tant que tel. « Mais ce n’est pas le cas avec les 30 000 enseignants qui ne sont toujours pas logés, malgré le programme présidentiel destiné aux enseignants du supérieur», explique M. Rahmani.

Selon le ministère, pas moins de 3285 logements de fonction ont été réalisés au profit des enseignants universitaires à travers le pays, ce qui représente 33% du programme promis estimé à 10 000 logements de fonction. Selon M. Hadjar en déplacement avant-hier à Skikda, 2000 des logements programmés affichent un taux d’avancement des travaux de près de 50%.

Le ministre a fait état de la répartition de 1794 unités à travers 21 wilayas au terme d’une convention entre son département et celui de l’Habitat. Il a également indiqué que le projet des 650 logements prévus à Alger sera mis en chantier « dès la résolution du problème de l’assiette foncière», avant de faire savoir que des instructions ont été données aux recteurs des universités à l’effet de remettre des attestations d’affectation.

En prévision du mouvement dans le corps des recteurs d’université, annoncé prochainement, le Cnes appelle le ministère à obliger les responsables universitaires à présenter leur bilan. « Il est inacceptable et inconcevable qu’un responsable, qui s’est éternisé durant des décennies, quitte son poste sans rendre de comptes. Il faut en finir avec la culture de l’impunité», plaide M. Rahmani. A souligner que le Cnes appelle à l’amendement de certaines dispositions législatives régissant le secteur de l’enseignement supérieur, en modifiant les modalités de nomination des recteurs qui devraient passer du mode de désignation à celui de l’élection.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Sit-in aujourd’hui devant le ministère
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair