formats

Selon le satef : Plus de 20 000 enseignants partis en retraite

Publié le 10/10/2016, par dans Non classé.

Selon le Satef, le nombre de demandes atteindrait les 70 000 d’ici le 31 octobre, date de l’expiration du délai pour le dépôt des dossiers dans le secteur de l’éducation.
La décision du gouvernement de supprimer la retraite sans condition d’âge a provoqué une ruée des travailleurs de l’éducation vers les académies pour le dépôt de leurs dossiers de départ. 20 796 enseignants et 9788 fonctionnaires du secteur sont partis en retraite au 31 août 2016, alors que le nombre de ceux qui ont entamé cette procédure s’élève à 40 000, dont une grande majorité d’enseignants. Le nombre de demandes atteindrait les 70 000 d’ici le 31 octobre, date de l’expiration du délai pour le dépôt des dossiers dans le secteur de l’éducation.

C’est ce qu’a révélé le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), Boualem Amoura, lors d’une conférence de presse animée hier à Tizi Ouzou. « Cette situation va provoquer une saignée inédite dans l’éducation nationale et engendrera un déficit en enseignants et en encadrement pédagogique. Le nombre de dossiers dépasse celui des enseignants figurant sur la liste de réserve. Le secteur ne s’était pas préparé pour remplacer tous ces effectifs. Les établissements scolaires au niveau national connaîtront durant l’année scolaire 2017/2018 un manque de plus de 90 000 enseignants.»

Le gouvernement a pris seul, sans associer les syndicats, cette décision de la tripartite d’annuler les dispositions de l’ordonnance 97-13 du 31 mai 1997 relatives à la retraite proportionnelle et sans condition d’âge, a-t-il ajouté. « Le Satef fait remarquer que le sondage (parce que nous en faisons), effectué auprès de fonctionnaires de l’éducation de la wilaya de Tizi Ouzou, montre clairement que les difficultés multiples dans lesquelles baigne l’école, constituent l’une des causes de la volonté de centaines de nos collègues de partir à la retraite avant l’heure.»

Pour demander au gouvernement de surseoir à l’application de la décision d’annulation de la retraite anticipée, 12 syndicats autonomes, dont notamment ceux de l’éducation, ont décidé d’une grève les 17 et 18 octobre, renouvelable les 24 et 25 du même mois, a rappelé M. Amoura.
Par ailleurs, le secrétaire général du Satef est revenu sur les conditions pédagogiques dans lesquelles s’est déroulée la rentrée scolaire, notamment le retard pris dans la livraison des établissements scolaires prévue pour septembre.

« Cette année, sur 138 lycées prévus, seuls 49 ont été réceptionnés. Le même retard a été constaté dans les cycles moyen et primaire. Ainsi, sur 107 CEM, dont les travaux devaient être achevés, seuls 49 sont prêts. Dans le primaire, il est fait état de la livraison de 355 classes sur 1263 annoncées.»

L’autre point abordé par le conférencier a trait à la « mauvaise gestion» des œuvres sociales des travailleurs de l’éducation. Selon Boualem Amoura, un cumul de près de 4000 milliards de dinars enregistré en 2012 a été dépensé anarchiquement dans des voyages (omra ou autres), les factures de téléphone, le carburant, la restauration, etc. « La Commission nationale des œuvres sociales des travailleurs de l’éducation consomme, à elle seule, 30% du budget des fonds des œuvres sociales, contre 70% pour 700 000 travailleurs. Même des personnes étrangères à notre secteur en ont bénéficié. L’argent des travailleurs est dilapidé», a accusé le secrétaire général du Satef. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Selon le satef : Plus de 20 000 enseignants partis en retraite
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair