formats

«Sellal devrait assainir les rangs de son gouvernement»

Publié le 17/07/2016, par dans Non classé.

Le président de Ahd 54, Fawzi Rebaïne, invite le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à « assainir les rangs du gouvernement des fils de harkis et des corrompus».
S’exprimant lors d’une conférence de presse, animée hier à Alger, Fawzi Rebaïne n’a pas lésiné sur les mots pour décrire la situation catastrophique qui prévaut actuellement dans le pays. Pour lui, l’Algérie ne traverse pas seulement une crise économique, mais plutôt une crise politique grave.

Dans ce sens, il s’est élevé contre l’acharnement du pouvoir contre le journal El Khabar, ainsi que l’arrestation des responsables et animateurs d’une émission de KBC. Tout en regrettant l’absence d’un sursaut pour un soutien large au quotidien El Khabar, Rebaïne ne comprend pas l’attitude des autorités qui se permettent de « jeter» en prison des personnes dont le seul tord est d’avoir dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas.

Au sein du gouvernement, s’insurge-t-il, « il y a des corrompus et des fils de harkis». Le président de Ahd 54 déplore la politique des deux poids deux mesures pratiquée en Algérie et illustre ses propos par la sanctionne dont a fait l’objet le député Tahar Missoum, connu sous le nom de « spécifique», pour avoir traité, à juste titre d’après lui, le ministre de l’Industrie de « fils de harki». « En Algérie, il existe des centaines de harkis, est-ce qu’en disant cette vérité je suis susceptible d’emprisonnement ?

Eh bien, si dire la vérité mène à la prison, je n’ai pas peur et je ne vais pas me taire», lance-il, tout en invitant les responsables au sein du gouvernement et les historiens à consulter l’ouvrage du journaliste Pierre Daum, intitulé Le Dernier Tabou : Les harkis restés en Algérie après l’indépendance. Fawzi Rebaïne regrette qu’aucun historien n’ait pris la peine d’ouvrir un débat autour de ce livre.

« Nous avons des historiens de circonstance, sinon pourquoi ils n’ont pas décortiqué ce livre pour savoir si son contenu — que je juge grave — est fondé ? Une chose est sûre, aucune voix n’a contesté ou apporté un démenti au contenu de ce livre qui parle de l’existence d’un demi million de harkis en Algérie», dit-il.

En outre, commentant le message du président de la République adressé au peuple à l’occasion du 5 Juillet, M. Rebaïne s’est interrogé sur les rédacteurs de ce message. « Si réellement l’auteur de ce message est le président Bouteflika, pourquoi ne s’adresse-t-il pas directement au peuple ? Qu’il nous explique où va l’Algérie parce que les Algériens sont dans le flou», déclare-t-il. Fawzi Rebaïne estime que ce n’est nullement un tabou de parler de la santé du Président.

Il n’hésite pas, dans la foulée, à relancer le débat sur l’application de l’article 88 (article 102 actuellement) de la Constitution. « Le message adressé ce 5 juillet à la nation contient des mensonges et des contrevérités. Il est inconcevable de diriger un pays par procuration. Le peuple a droit à la vérité», s’insurge-t-il. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Sellal devrait assainir les rangs de son gouvernement»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair