formats

Salima Ghezali, une candidate venue de loin

Publié le 30/04/2017, par dans Non classé.

Une surprise ? C’en est vraiment une. Personne n’aurait parié un jour sur la participation de Salima Ghezali, tête de liste du Front des forces socialistes (FFS) à Alger, à une élection.
L’ancienne directrice du journal La Nation a bien changé. La décennie noire ne serait-elle plus qu’un mauvais souvenir ? Le régime qu’elle avait tant pourfendu est-il devenu fréquentable ? Vingt-quatre ans sont passés, depuis 1993. L’Algérie entamait, sans doute à cette époque-là, l’un des moments les plus difficiles de son histoire avec un cycle infernal de violences. L’entrée surprenante et inattendue dans la compétition électorale de l’égérie du « qui-tue-qui» durant la période sanglante qu’a vécue le pays mérite sans doute de revisiter ces années de braise.

Un devoir de mémoire pour rappeler le regard que celle-ci portait sur le drame national. Le cheminement du parcours de Salima Ghezali est des plus singuliers. Il a cette particularité d’être tracé durant les années 1990, quand le pays était à feu et à sang. Dans les villages les plus reculés, appelés du service national, militaires actifs ou à la retraite, anciens maquisards, journalistes, médecins, enseignants tombaient sous les balles assassines des groupes terroristes islamistes. La candidate du FFS n’était pas encore journaliste à La Nation puisqu’elle ne rejoindra la rédaction qu’en décembre 1993. Elle était plutôt partie pour faire carrière dans le secteur de l’éducation. Elle enseignera la langue française à Khemis El Khechna de 1983 à 1990, selon un portrait publié en 1995 et écrit par la correspondante du journal français L’Express Dalila Kherchouche.

Fin 1993, Sanhadri, cadre au ministère du Travail, Djillali Liabès, sociologue et ancien ministre de l’Enseignement supérieur, M’hamed Boukhobza, sociologue, Dr El Hadi Flici, Mahfoudh Boucebci, figure emblématique de la psychiatrie algérienne, Tahar Djaout, journaliste écrivain et poète, étaient déjà assassinés. Cette année-là était une année maudite. Celles qui suivront le seront encore plus. Une hécatombe pour l’intelligentsia algérienne, victime d’une terrifiante purge. Les terroristes exécutaient tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec leur projet d’Etat théocratique et livraient une guerre totale contre le peuple algérien : femmes, enfants, vieux, jeunes et moins jeunes. Et Salima Ghezali était de ceux qui observaient avec une distance bien affichée la tragédie algérienne.

Elle avait cette capacité, ou ce choix faussement « lucide» de se complaire dans une sorte de coquetterie intellectuelle tintée d’angélisme à l’époque où les hordes sauvages ne choisissaient pas leurs victimes ? Promue directrice du journal La Nation où elle est restée jusqu’à sa fermeture en 1996, officiellement pour des raisons économiques, elle avait cette préférence tranchée de ne pas choisir son camp. « Choisir son camp c’est choisir ses victimes», confiait-elle à la journaliste qui s’étonnait d’ailleurs du fait que « Salima vit au cœur de ce drame algérien qui nourrit sa colère mais la tient éloignée des affrontements». Ayant acquis le statut de victime expiatoire de la censure, après l’interdiction du journal La Nation, elle disparaîtra du paysage médiatique algérien pendant de longues années. Elle emportera avec elle l’image d’une femme persécutée, censurée dans son pays.

« La Nation a cessé de paraître, je me suis intéressée à d’autres choses. J’ai beaucoup voyagé, j’ai publié des articles dans la presse internationale, fait des conférences et je tiens toujours ma chronique sur Radio Méditerranée internationale», répondait Salima Ghezali au site Algeria watch en 2001. Prise sous l’aile protectrice du défunt leader du FFS, Hocine Aït Ahmed, qu’elle accompagnait dans plusieurs manifestations internationales, en tant que conseillère diplomatique, elle deviendra l’icône du « qui-tue-qui». Salima Ghezali décrochera le prestigieux prix Sakharov en 1997.

« Où trouver la force d’écrire, quand des jeunes de 15 ans meurent dans les ratissages effectués par les services de sécurité dont disposent des despotes qui ne savent même pas, la veille, ce qu’ils vont faire le lendemain ?» écrivait-elle à l’époque. Dans un autre article publié dans le journal Libération en 1997, qui affectionnait les amalgames sur l’identité de ceux qui tuaient en Algérie, la candidate du FFS était cette voix à laquelle les colonnes du journal étaient généreusement ouvertes.

Relisons-la. A propos des têtes des terroristes mises à prix, elle livrait ce commentaire dans un reportage réalisé dans les rues d’Alger : « La mort de ces hommes peut rapporter gros. Entre un million et 4 millions de dinars (de 100 000 à 400 000 francs). La plupart des passants accélèrent le pas. Peut-être ont-ils peur, en les regardant, d’imaginer qu’il s’agit là des auteurs de ces assassinats ou de ces massacres qui font frissonner de terreur ? Ou alors ils ont peur de penser que ces hommes pourraient être innocents, ils redoutent d’imaginer ce qui leur est arrivé, ce qu’ils ont subi.» Salima Ghezali est la candidate du FFS aux législatives de jeudi prochain dans un pays qu’elle compare, dans l’une de ses dernières tribunes, à la série télévisée « Westworld dont les personnages sont des androïdes qu’un scénariste pervers soumet à sa guise dans un univers pourri de jeux de manipulations et de violences proches de ce que veut dire chez nous l’expression Bled Miki…» Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Salima Ghezali, une candidate venue de loin
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair