formats

Saison hivernale : La galère…

Publié le 08/12/2017, par dans Non classé.

Neige et froid dans plusieurs régions du pays cette semaine. A partir du week-end prochain, encore du froid et de la pluie. La pression sur le gaz butane se ressent dans des localités qui ne sont pas raccordées au gaz de ville.
« C’est une réserve qui doit nous permettre de nous chauffer. L’hiver est là, et il est des plus rudes», explique Mohamed de Siouane, un village de Ouled Attia, perché à plus de 1000 m d’altitude, en plein massif du Collo, à l’extrême ouest de Skikda. Il est le guide de fortune. Ici, toutes les familles se chauffent avec le bois et certaines vont jusqu’à l’utiliser pour préparer leurs repas. Il suffit juste de regarder les cheminées de ce village pour remarquer la densité des fumées qui s’en dégagent. « Nous n’avons pas le choix», s’accordent à dire plusieurs vieux rencontrés sur la place du village.

Tahar, un septuagénaire et artisan de son état, se fait porte-parole pour plaider la cause des habitants. « On ne sait plus quoi faire. D’un côté, on ne nous alimente pas en gaz butane, et de l’autre on nous interdit d’aller ramasser du bois pour nous chauffer. On ne va tout de même pas laisser les nôtres mourir de froid», s’insurge-t-il.

Tahar raconte que plusieurs habitants de Siouane ont déjà été verbalisés par les gardes forestiers. Certains ont même été poursuivis en justice et écopé de 20 millions de centimes d’amende. Les habitants trouvent que l’Etat ne les comprend toujours pas. « Pas plus tard qu’hier, le camion qui approvisionne le village en gaz butane est venu dans notre village avec 20 bonbonnes seulement.

Les gens en sont pratiquement venus aux mains pour avoir une bouteille de gaz. A ce rythme, on va finir par nous entre-tuer», témoignent d’autres vieux. En ouvrant le débat sur le gaz butane, il fallait s’attendre à un déluge de colère. « Ce que les responsables de cette wilaya n’arrivent pas à comprendre, c’est qu’à chaque hiver notre village se retrouve isolé durant plusieurs semaines. La neige bloque tous les accès. Sans bouteilles de gaz suffisantes, que devrions-nous faire ?

Croyez-nous, en hiver si on arrive à trouver une bonbonne de gaz à 1000 DA on l’achète, malheureusement, on ne la trouve pas.» Selon leurs dires, Siouane, l’un des villages les plus pauvres de la wilaya, reste aussi l’un des moins servis en gaz butane. Un seul camion pour tous les habitants et il arrive souvent qu’il vende ses bouteilles en cours de route avant même de parvenir à leur localité. Les habitants attestent également qu’ils sont victimes du marché noir en se retrouvant souvent obligés d’acheter ces bonbonnes auprès de particuliers en payant le double du prix réglementaire.

Ils évoquent aussi un fait très étrange : « Nous avons constaté que les bonbonnes de gaz d’un centre enfûteur privé ne contenaient pas le même volume de gaz que celles de Sonatrach.» « A Siouane, et par expérience, on a fini par nous rendre compte que les bonbonnes de gaz de Sonatrach tiennent une semaine, alors que celles que nous achetons auprès du privé ne tiennent que trois jours», dénoncent-ils.

Les dangers du système D

Cette pénurie, les habitants la vivent comme une fatalité. Ils essayent juste de faire avec et parfois de la contourner. Le manque de gaz butane, propre d’ailleurs à tous les villages du grand massif de Collo, les a poussés à recourir à des palliatifs, pas toujours sans risques pour leur propre vie. En recourant au déboisage que leur impose une réalité glaciale, les habitants ont également fait dans l’ingéniosité pour bricoler les réchauds qui vont avec.

Pour brûler leur bois et se chauffer, ils sont parvenus à fabriquer leurs propres poêles. S’inspirant des anciens poêles à charbon, des jeunes du village se sont spécialisés dans la fabrication d’un nouveau modèle. « On utilise les bouteilles de gaz GPL usagées des véhicules pour façonner nos poêles et les vendre», explique le jeune Fethi. Les prix de ces poêles varient selon leur importance. Les petits sont cédés à 5000 DA et les plus grand à 9000 DA. Les habitants de Siouane disent préférer ces poêles et accepter tous les dangers qui en découlent.

Leur a-t-on vraiment laissé le choix ? Même inquiétude dans certains villages de Tizi Ouzou, même si l’acquisition d’engins de déneigement dans plusieurs communes de la wilaya de Tizi Ouzou a pu amoindrir les contraintes sur les villageois de la région. C’est le cas, d’ailleurs, de la commune d’Ath Yenni, à 40 kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, où les services de l’APC sont mobilisés pour faire face à toute éventualité. Smaïl Deghoul, maire de cette municipalité, nous a expliqué que ces dernières années, l’APC s’est dotée de plusieurs engins de déneigement pour éviter à la commune de sombrer dans l’isolement en cas de fortes chutes de neige.

« Nous avons pris toutes nos dispositions pour faire face aux intempéries. D’ailleurs, nous avons installé le plan Orsec depuis plusieurs semaines. Nous avons deux tracteurs 4×4 chasse-neiges, des chargeurs et rétro-chargeurs que nous avons mobilisés pour la saison hivernale», a souligné M. Deghoul. Selon le même responsable d’APC, il y a eu des retards dans le raccordement de trois villages au réseau d’alimentation en gaz naturel.

Il s’agit de Tamsaout, Taourirt Ikhelef et Tigzirt. « Les entreprises en charge de la réalisation de ce projet ont repris les travaux et nous souhaitons qu’elles terminent rapidement pour permettre aux habitants de ces villages de mettre fin à l’achat des bouteilles de gaz butane, dont l’approvisionnement est vraiment difficile durant les périodes de neige», ajoute M. Deghoul. Le problème du gaz se pose vraiment avec beaucoup d’acuité dans plusieurs localités de la wilaya de Tizi Ouzou, où les travaux de réalisation de projets de raccordement sont à l’arrêt depuis plusieurs mois.

Les entreprises réclament le payement de leurs situations pour pouvoir reprendre les travaux. Et pourtant, lors de sa visite, en octobre dernier à Tizi Ouzou, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, avait déclaré que « l’Etat a débloqué 27 milliards de dinars, qu’il a scindés en deux tranches, pour payer les entreprises qui ont travaillé dans Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Saison hivernale : La galère…
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair