formats

Saisie d’armes à feu à l’extrême est du pays

Publié le 23/05/2016, par dans Non classé.

Un réseau spécialisé dans le trafic transfrontalier d’armes à feu a été démantelé en fin de semaine dernière. L’opération, menée par une brigade spécialisée de la sûreté de la wilaya d’Alger (SWA), a permis l’arrestation de deux personnes et la saisie d’une quantité d’armes et de munitions.
« Les investigations menées depuis plusieurs mois ont permis la saisie de 22 fusils à pompe de marque Cobalt de calibre 12 mm, de fabrication américaine, de trois fusils de chasse turcs, d’une arme de point (PA) calibre 9 mm et d’une quantité de munitions», a énuméré Ahmed Nacer Belkacem, commissaire de police et chargé de la communication à la SWA, lors d’un point de presse organisé hier, au groupement régional des URS de Bachdjarrah (Alger).

Agissant sur renseignements émanant de citoyens faisant état de la présence d’un groupe de trafiquants d’armes à la zone industrielle de Oued Smar, dans la banlieue d’Alger, les enquêteurs de la BRI ont ouvert une information judiciaire sous l’autorité du parquet d’El Harrach. L’extension de compétence a permis de remonter la filière activant à l’extrême est du pays. « Nos éléments se sont déplacés dans la localité située non loin de Oued Souf. Le lot d’armes à feu a été saisi lors de l’arrestation de deux mis en cause, de nationalité algérienne, en flagrant délit et sans échange de coups de feu. Ces quantités d’armes proviennent de Libye. L’objectif des mis en cause est le profit. Les trafiquants ont voulu investir Alger en proposant des armes», précise le chef de la brigade.

Les services de la wilaya d’Alger n’ont pas saisi autant d’armes à feu depuis une vingtaine d’années, poursuit l’officier. « Nous avons pu empêcher l’infiltration du groupe dans la capitale. Le trafic a été démantelé à la frontière, ce qui est à mettre à l’actif de nos éléments. Un seul fusil est négocié à 30 millions de centimes aux frontières, il est proposé à plus de 100 millions dans une grande ville comme Alger», affirme-t-il sans trop donner de précisions sur les personnes contactées par les trafiquants.

L’enquête est toujours en cours dans le cadre du délit d' »importation et détention d’armes». En décembre dernier, un important réseau spécialisé dans le trafic d’armes et de munitions, composé de 12 individus, avait été démantelé dans le Grand-Alger par les services de la Gendarmerie nationale. Si le groupe arrêté par la sûreté de la wilaya d’Alger a un but criminel, les autres services ont saisi des armes destinées à commettre des attentats terroristes. L’instabilité en Libye a favorisé le trafic d’armes à feu à la frontière est du pays, où plusieurs réseaux terroristes ont été démantelés par les services du ministère de la Défense nationale. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Saisie d’armes à feu à l’extrême est du pays
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair