formats

«Saïd Bouteflika ne sera pas candidat»

Publié le 19/12/2017, par dans Non classé.

Elle est dans tous les esprits, mais jusqu’à maintenant le chef du FLN a toujours interdit aux membres du bureau politique d’en parler.
Lui-même s’est toujours refusé à aborder le sujet lors de ses rencontres avec les journalistes, préférant botter en touche dès que la question lui était posée. « Le FLN aura son candidat et le Président qui sera élu sera issu du FLN», avait-il l’habitude de répondre.

Sauf qu’à un peu plus de 15 mois de l’élection présidentielle et alors que les manœuvres du clan présidentiel contre le Premier ministre se sont accentuées ces derniers temps, la « question taboue» de la présidentielle ne peut plus être évacuée et sera au cœur du comité central du 19 mars. « Nous aborderons la question du candidat du parti pour la présidentielle de 2019 lors de la prochaine session du comité central», a annoncé le secrétaire général du FLN lors de la conférence tenue au siège du parti à Alger.

Une chose est sûre pour M. Ould Abbès, le frère du Président n’a pas l’intention de briguer un mandat à la place de son frère, Abdelaziz. « Je jure qu’il n’a pas l’ambition de remplacer le Président», s’est exclamé Ould Abbès les trémolos dans la voix, avant de demander aux colporteurs de fausses rumeurs de « laisser Saïd tranquille». « Il est conseiller à la Présidentielle, comme le sont Mohamed Benamar Zerhouni, Tayeb Belaïz et d’autres, a expliqué le chef du premier parti du pays. Il ne s’occupe que du domaine dont il est en charge.»

Attaqué par ses adversaires au sein du parti, qui l’accusent d’avoir mené une campagne calamiteuse qui a coûté plusieurs sièges lors des locales du 23 novembre, le secrétaire général a tenu à rétablir « sa vérité» et cela passe par les chiffres : le parti a remporté 34 APW (26 en 2012) et 603 APC, dont le chiffre est passé à 655 grâce aux nombreux ralliements d’élus au FLN. « Nous recevons tous les jours des demandes d’élus pour rejoindre la maison FLN», a révélé le docteur. « Ceux qui ont misé sur l’effondrement du FLN lors des élections locales se sont trompés, a affirmé Ould Abbès. Nous sommes les grands vainqueurs de ce scrutin et nous avons amélioré notre score aux APW et APC en comparaison avec 2012.»

Questionné sur le RND qui dénonce le débauchage de ses élus par certains walis pour favoriser les listes du FLN, Ould Abbès récuse les accusations. « Qui commande les walis, c’est le Premier ministre ou la direction du FLN ?» s’est-il demandé et d’en profiter pour écorner le Premier ministre, soutenu du bout des lèvres uniquement parce qu’il a été « choisi par le président Bouteflika et applique le programme du président Bouteflika».

Un Premier ministre qui n’obtient pas le soutien de Djamel Ould Abbès après les attaques de l’ancien ministre de l’Energie Chakib Khelil contre son programme économique, jugé « dangereux» et voté par les députés du FLN. « M. Khelil n’est plus tenu au droit de réserve», a répondu le chef du FLN à une question d’El Watan et d’ajouter : « Ses propos n’engagent que sa personne et on ne peut pas les condamner.» Ahmed Ouyahia appréciera.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé «Saïd Bouteflika ne sera pas candidat»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair