formats

Restitution de l’étude du schéma national d’assainissement

Publié le 22/12/2015, par dans Non classé.

Le programme d’appui au secteur de l’eau et de l’assainissement Eau II, doté de 40 millions d’euros, est cofinancé par l’Union européenne et l’Algérie.
La restitution de l’étude sur le schéma national de développement de l’assainissement (SNDA) a eu lieu hier lors d’un atelier organisé à la salle Dar El Djazaïr (Safex)/Alger. Il s’inscrit dans le cadre du programme Eau II et vise à doter le secteur de l’assainissement d’un outil de planification performant, permettant de définir la stratégie nationale en matière d’assainissement des eaux usées à l’échelle des agglomérations jusqu’à l’horizon 2030.

Cette étude, financée par l’Union européenne et pilotée par la direction de l’assainissement et de la protection de l’environnement au sein du ministère des Ressources en eau et de l’Environnement, vise la protection des ressources en eau, la réduction des maladies à transmission hydrique, la protection des milieux récepteurs, y compris le littoral et, de manière plus générale, la lutte contre la précarité sanitaire.

Dans ce contexte, il faut savoir qu’en 2013, l’Algérie comptait 156 stations d’épuration dont près de 85% réalisées au cours des dix dernières années. Ce qui a permis de passer d’une capacité totale nationale de traitement de 1,3 million d’équivalent habitants (EqH) en 2000 à une capacité de 6,6 millions EqH en 2010 puis à 12,4 millions d’EqH pour une population totale raccordée estimée à 29,4 millions d’habitants. Cependant, le traitement de la pollution collectée reste insuffisant : seuls 20% des effluents arrivent à une unité de traitement.

La problématique est d’autant plus importante que la pression sur les ressources en eau est amplifiée par la forte croissance de la population et de l’urbanisation qui tendent à augmenter d’un côté, les rejets d’eaux usées et de l’autre les besoins en eau potable. Les autres constats de cette étude font état d’une croissance démographique importante, la population algérienne est estimée aujourd’hui à près de 40 millions d’habitants alors qu’elle n’était que de 18,7 millions en 1980. La population est fortement concentrée dans les agglomérations urbaines, en particulier dans les zones nord (plus de 60% de la population totale).

Le parc d’assainissement individuel est assez faible et mal connu. Le littoral et les ressources en eau sont exposés aux risques de pollution. Le taux de traitement est resté insuffisant ces trois derniers quinquennats. Le programme d’appui au secteur de l’eau et de l’assainissement Eau II, doté de 40 millions d’euros, est cofinancé par l’Union européenne et l’Algérie ; il vise à soutenir la mise en œuvre de la stratégie nationale d’assainissement, un secteur en plein développement. La gestion axée sur les résultats introduit une nouvelle dynamique dans l’administration du secteur, la rendant plus économe, plus performante et plus moderne.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Restitution de l’étude du schéma national d’assainissement
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair