formats

Ressources en eau : Les barrages remplis à 70% selon Nouri

Publié le 18/01/2016, par dans Non classé.

La politique gouvernementale veut élargir les superficies agricoles irriguées afin d’assurer la sécurité alimentaire de l’Algérie.
Le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelwahab Nouri, a estimé, hier à Alger, en marge d’une rencontre nationale des cadres en ressources en eau et de l’environnement, à 70% le taux de remplissage des barrages avec un volume de stockage de 4,6 milliards de mètres cubes, ce qui peut suffire, selon lui, aux besoins au moins « pour une durée de 2 ans». « En général, les apports interviennent entre janvier et mars. Ce n’est qu’après cette période, marquant la fin de l’hiver, que nous pourrons évaluer avec précision la situation», explique M. Nouri.

Cependant, il insiste pour que les Algériens adoptent un autre comportement vis-à-vis de cette ressource vitale qui n’est pas inépuisable pour son utilisation rationnelle, en d’autres termes éviter les gaspillages. Selon les statistiques officiels, un Algérien consomme en moyenne 175 litres d’eau potable par jour et n’en boit que 2 litres environ. Ainsi, un lave-linge utilise 80 litres d’eau, une douche 45 litres et une chasse d’eau 10 litres sans oublier l’eau consommée pour l’agriculture et l’industrie.

L’Algérienne des eaux alimente en eau potable 3,8 millions de clients, soit 22,6 millions d’habitants, répartis sur 874 communes et 44 wilayas. Les fréquences moyennes sont comme suit : 75% des usagers reçoivent de l’eau au quotidien, dont 45% en H24, 16% sont desservis un jour sur deux et 9% sont desservis un jour sur trois et plus.

Le ministre a signalé aussi qu’au niveau national, 166 stations d’épuration sont déjà en exploitation. Il a avoué que la chute des prix des hydrocarbures sur les marchés internationaux a eu des répercussions négatives sur la fiscalité pétrolière et a entraîné du coup une réduction de nos recettes en devises de 70% comparativement aux années précédentes. Cette délicate situation économique a poussé le gouvernement à revoir son programme de développement en préservant les projets prioritaires et à différer ou geler les projets secondaires. « Malgré cela, le secteur des ressources en eau et de l’environnement est considéré parmi les secteurs stratégiques : plusieurs projets ont été retenus dans le cadre de la loi de finances 2016», a ajouté M. Nouri.

Par ailleurs, il s’agit « d’élargir les superficies agricoles irriguées afin d’assurer la sécurité alimentaire de l’Algérie, de diversifier la production agricole locale diminuant ainsi la facture d’importation du pays». Dans ce contexte, une superficie irriguée de 143 000 ha est en cours de concrétisation à travers le pays, une opération qui s’inscrit dans le cadre du programme présidentiel visant à élargir les superficies irriguées à un million d’hectares. Le ministère des Ressources en eau et de l’Environnement a réalisé 25 000 ha à ce jour à travers plusieurs wilayas du pays.

S’adressant aux cadres, le ministre a exigé d’eux d’être plus entreprenants dans le suivi des projets en cours, car il a constaté lors de ses déplacements dans certaines régions « un relâchement, voire un laisser-aller», ajoutant que la dépénalisation de l’acte de gestion a permis de réhabiliter les responsables qui ont été poursuivis pénalement dans un passé récent et dont certains ont même été emprisonnés.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Ressources en eau : Les barrages remplis à 70% selon Nouri
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair