formats

Résine de cannabis : Le Maroc, premier fournisseur dans le monde

Publié le 03/03/2016, par dans Non classé.

L’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) l’a confirmé pour la énième fois : le Maroc demeure en tête des gros producteurs de résine de cannabis dans le monde.
Il est aussi le premier fournisseur de l’Europe. Cette information contenue dans le rapport annuel de cet organe indépendant, chargé de surveiller l’application des conventions internationales des Nations unies relatives au contrôle des drogues, est consolidée par le fait que le Maroc est fréquemment cité ces dix dernières années comme l’un des trois pays sources et zones de transit de résine de cannabis dans le monde. Il est suivi par l’Afghanistan, le Liban et le Pakistan.

Dans le rapport de l’OICS, l’Algérie est citée comme un pays de transit de grosses quantités de résine de cannabis provenant du Maroc. Ce rapport s’appuie sur les données fournies par les autorités algériennes faisant état que la majeure partie de la résine saisie dans le pays l’aurait été au nord-ouest, à la frontière avec le Maroc. Des données déjà confirmées par l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie.

D’après un bilan établi pour les 11 premiers mois de 2015, les différents services de lutte auraient saisi plus 109 tonnes de résine de cannabis et 309 g de graines de cannabis, alors que 571 plants ont été découverts et détruits. En volume, le cannabis est la première des drogues saisies en Algérie. Selon la même institution, 60% du cannabis saisi l’ont été dans l’ouest du pays. Les plages de cette région seraient, selon ce bilan, en tête en matière de rejets de cannabis, qui dépasseraient les 2 tonnes. La culture du cannabis au Maroc occuperait une superficie de plus de 47 000 hectares, selon le rapport annuel de l’OICS.

Outre les pays voisins, principalement l’Algérie, le Maroc fournirait l’Europe en résine de cannabis via l’Espagne. D’après le même document, plus des deux tiers de la quantité totale de résine de cannabis saisie en Europe l’ont été sur le territoire espagnol. En plus d’être le premier producteur et fournisseur au monde, le Maroc assisterait aussi un trafic important de cocaïne provenant du Brésil à destination de l’Europe.

L’Afrique, plaque tournante du trafic de drogue

Le rapport de l’OICS qualifie l’Afrique de principale plaque tournante du trafic de drogue dans le monde et aussi d’importante zone de transit vers l’Europe. D’après le même bilan, l’ouest du continent est régulièrement utilisé par les trafiquants pour faire passer de la cocaïne et d’autres drogues vers l’Europe. L’Afrique du Nord reste l’une des premières sources des drogues entrant en Europe, tandis que l’Afrique de l’Est sert de plus en plus de plaque tournante pour le trafic d’héroïne afghane à destination du continent européen, en témoigne le fait que les pays de la sous-région et certains autres européens signalent une progression des saisies d’héroïne provenant d’Afrique.

Ce phénomène pourrait expliquer en partie l’augmentation de l’abus d’héroïne en Afrique de l’Est. De facto, le continent africain connaît une hausse de la consommation illégale de drogues accompagnée d’un accroissement sans précédent des groupes criminels organisés.
Dans un autre volet du rapport, l’OICS dévoile que la moyenne annuelle de consommation de cannabis est la plus élevée comparée aux autres types de stupéfiants. Plus de 7% de ses consommateurs seraient âgés entre 15 et 64 ans, un taux presque double de la moyenne annuelle qui ne dépasserait pas les 3,9%.

Le cannabis, la drogue la plus consommée en Afrique

Etant le stupéfiant le plus consommé en Afrique, le cannabis serait la principale substance à l’origine des demandes de traitement de toxicomanie. Il est suivi de l’héroïne, dont la prévalence de consommation serait égale à celle rapportée à l’échelle mondiale de 0,4%.
Dans le contexte de la prise en charge des toxicomanes, l’OICS estime qu’un sur 18 dépendants à la drogue bénéficie d’un traitement.

Pour l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, 12 900 personnes dépendantes aux stupéfiants ont bénéficié d’un traitement et d’un suivi médical durant les 9 premiers mois de l’année écoulée. Le bilan fait ressortir que la tranche d’âge la plus concernée par ces soins, majoritairement externes, oscille entre 15 et 35 ans, représentant un taux de plus de 78%. La consommation de drogues, qui connaît ces dernières années un essor considérable, touche à 91% la gent masculine.A. B. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Résine de cannabis : Le Maroc, premier fournisseur dans le monde
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair