formats

Redonner du sens au métier de journaliste

Publié le 31/03/2018, par dans Non classé.

Une rencontre très instructive a réuni des journalistes de divers médias francophones, dont El Watan, et près de 300 élèves. C’était le 22 mars, aux Archives et Bibliothèque départementales de Marseille, dans le cadre de la Semaine de la presse à l’école et des Journées académiques de la langue française et de la francophonie, organisées à l’initiative de l’Académie d’Aix-Marseille.

L’occasion d’explorer les coulisses et les arcanes du monde des médias et de voir en quoi le métier de journaliste peut encore faire sens et être socialement utile au milieu des fake news, de la « dictature» des réseaux sociaux et du brouhaha des infos en continu…
Marseille (France)
De notre envoyé spécial

L’auditorium des Archives et Bibliothèque départementales de Marseille a abrité le jeudi 22 mars une passionnante rencontre autour du métier de journaliste assortie d’un état des lieux lucide, sans complaisance, de la presse. Cette rencontre qui s’est déroulée en deux temps, a réuni près de 300 élèves avec huit journalistes de différents médias dont El Watan.

Elle intervenait dans le cadre de la Semaine de la presse, une manifestation annuelle qui en est à sa 29e édition, et qui est pilotée par le Clemi : le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information qui relève du ministère de l’Education en France.

« Chaque année, au printemps, les classes de tous niveaux et de toutes disciplines peuvent participer à la Semaine de la presse et des médias dans l’école.

Cette activité d’éducation civique a pour but d’aider les élèves, de la maternelle aux classes préparatoires, à comprendre le système des médias ; former leur jugement critique ; développer leur goût pour l’actualité ; forger leur identité de citoyen», indique le ministère français de l’Education. Cette année, elle s’est étalée du 19 au 24 mars 2018.

Cette 29e édition de la Semaine de la presse « vient d’enregistrer une participation record avec 17 500 établissements scolaires inscrits (…). Il s’agit d’une mobilisation sans précédent des enseignantes et enseignants dans le cadre d’une opération d’éducation aux médias et à l’information qui va impliquer près de 3,8 millions d’élèves», se félicite le Clemi.

Le lycée Thiers, pionnier dans la formation aux médias

C’est une équipe du lycée Thiers qui s’est chargée d’organiser cette table ronde sous le titre générique « Presse française, presse francophone». Il faut noter que dans la ville de Marseille, le lycée Thiers s’est forgé une réputation d’établissement pionnier en matière de formation aux médias. « Créé en 1802, c’est l’un des cinq premiers lycées ouverts en France par Napoléon», précise un document présentatif, en ajoutant que le prestigieux établissement compte parmi ses anciens élèves Edmond Rostand, Marcel Pagnol ou encore Edouard Balladur.

Les élèves ont leur propre journal : La Terre en Thiers.

Depuis plusieurs années, le lycée Thiers organise une table ronde à cette même période avec des journalistes professionnels, suivie d’un atelier presse. Jean-François Vilanova, professeur agrégé d’histoire-géo dans ce même lycée, pilote à partir de 2016 le projet « Presse française, presse francophone».

« Quand je suis arrivé au lycée Thiers (en 2014), j’ai donné forme à un projet un petit peu plus ambitieux. Au départ, c’était centré uniquement sur la presse française (…). Mais à partir de 2015-2016, on a étoffé le projet jusqu’à l’année scolaire 2016-2017 où j’ai commencé à imaginer un projet presse ouvert à la presse francophone», explique-t-il (voir interview).

« Citoyenneté d’ici et d’ailleurs»

Depuis septembre 2017, en plus de son travail de professeur au lycée Thiers, Jean-François Vilanova a intégré le rectorat de l’Académie d’Aix-Marseille en qualité de chargé de la francophonie.

A ce titre, il s’est beaucoup impliqué dans l’organisation de ce rendez-vous qui a réuni quelque 260 élèves issus de 9 établissements relevant de l’Académie d’Aix-Marseille ainsi qu’une trentaine d’élèves venus de plusieurs pays partenaires, en l’occurrence : l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, la Libye, le Liban, l’Egypte, le Sénégal et la Roumanie.

Les élèves issus de ces pays ont été invités par l’Académie d’Aix-Marseille à échanger, partager, communier, les 22 et 23 mars, avec leurs camarades des établissements partenaires en France, sous le thème : « Citoyenneté d’ici et d’ailleurs. Paroles d’élèves». « Neuf établissements français ont échangé tout au long de l’année avec neuf établissements étrangers dans le cadre des Journées de la francophonie dans des domaines culturels différents», précise l’Académie.

« L’intérêt de ces échanges, c’est la citoyenneté et sa perception par les élèves, et la perception de la citoyenneté de l’établissement partenaire», a souligné Jean-François Vilanova à l’ouverture de ces journées. L’Algérie était présente à cet événement avec une école privée : l’établissement Ecole et loisirs d’Oran, dirigé par Mme Sari.

Sept élèves de cette école, accompagnés de leur prof de français, Khalida Boukri, ont été du voyage. Les élèves de cet établissement ont réalisé des BD très inspirées en collaboration avec le collège Les Matagots de la Ciotat.

Outre les travaux croisés exécutés en amont par les élèves des neufs établissements invités et leurs camarades étrangers, des débats entre les élèves des deux rives étaient organisés par petits cercles sous des galeries situées dans le hall de la Bibliothèque départementale.

Ces galeries abritaient, faut-il le signaler, une belle exposition de Cartooning for Peace intitulée « Dessins pour la paix». L’expo était prolongée par une formidable production journalistique mêlant articles et caricatures de très bonne facture, réalisés par des élèves du collège et lycée Thiers, ainsi que ceux de leurs partenaires d’une école libanaise, le lycée Adonis de Kfarchima.

« Avez-vous des heures de repos ?»

Comme nous l’avons indiqué, l’ensemble des élèves étaient conviés à assister à cette table ronde sur l’univers des médias et le métier de journaliste.

Si l’édition de cette année 2018 avait pour thème « D’où vient l’info ?», la discussion a embrassé finalement toutes les grandes questions liées à la situation de la presse.

Côté journalistes, ont pris part à cette table ronde : Françoise Verna, directrice de rédaction du journal La Marseillaise ; Marie-Christine Lauriol, journaliste à France Inter ; Michel Couartou, journaliste spécialisé en urbanisme et président du Club de la presse Marseille-Provence ; Hélène Bourgon, cofondatrice du magazine en ligne 15-38 Méditerranée (www.1538mediterranee.com) ; Michel Gairaud, rédacteur en chef du mensuel Le Ravi, un magazine alliant satire et investigation Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Redonner du sens au métier de journaliste
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair