formats

Recours et levée de boucliers à Béjaïa

Publié le 09/05/2017, par dans Non classé.

Confusions, erreurs dans le décompte sont à l’origine des recours déposés par les formations politiques dans l’espoir de récupérer des sièges à l’APN.
Des candidats aux législatives du 4 mai ne s’avouent pas vaincus à Béjaïa, gardant l’espoir d’arracher un ticket pour l’hémicycle du boulevard Zighoud Youcef. Parmi les requêtes de l’après-législatives adressées au Conseil constitutionnel se trouvent des recours émanant de candidats de la wilaya revendiquant d’être rétablis dans leurs « droits». La Liste des citoyens libres (LCL) est celle qui montre le plus son indignation en organisant, hier, une conférence de presse pour annoncer la saisine du Conseil que préside Mourad Medelci et réclamer le décompte des bulletins dans deux circonscriptions électorales.

Ces candidats et animateurs ont préparé un dossier pour convaincre que l’administration de la DRAG s’est emmêlée les pinceaux au point de confondre entre les voix d’une liste et celles de l’autre. Pour distinguer les listes indépendantes de celles des partis politiques, qui portent des chiffres, l’administration a octroyé aux premières des lettres de l’alphabet. La LCL, qui s’est engagée dans le scrutin sans couleur partisane et sous la direction de Hamid Ferhat, ex-président de l’Apw de Béjaïa, un dissident du FFS, est désignée par la lettre arabe Alif, correspondant à la lettre A en français.

L’autre liste indépendante, Initiative citoyenne (IC), menée par l’actuel maire de Tinebdar, Braham Bennadji, a hérité de la lettre B. C’est avec cette distinction alphabétique que les deux listes ont mené leur campagne électorale et qu’ont été aussi confectionnés les bulletins de vote. Rabah Meksem, président de l’Apc de Tifra et second sur la liste LCL, brandit un document que la DRAG a destiné aux centres de vote sur lequel les deux lettres alphabétiques ont été permutées entre les deux listes.

Des PV de dépouillement ressortant cette confusion sont aussi présentés comme preuves, et sur lesquels sont portées des réserves. Ils sont recueillis essentiellement dans les deux communes de Béjaïa et de Oued Ghir, où la LCL revendique un manque à gagner d’un peu moins de 400 voix qui aurait profité à la liste IC. « C’est ce qui nous aurait permis d’avoir un siège de député», estime Nacer Toutou, directeur de campagne de la liste. « Nos voix ont été comptées pour l’autre liste indépendante.

C’est un détournement de suffrages», dit-il. « Un impair flagrant et délibéré», écrit, dans un communiqué, Hamid Ferhat, alertant sur les conséquences que cela a induit sur le partage des sièges. Hamid Ferhat pense que cela « est fait sciemment». « C’est le deuxième hold-up que nous subissons après le rejet de notre liste APW pour les dernières locales», renchérit-il. Pour rappel, les résultats proclamés dans la soirée du 4 mai ont donné un siège à Braham Bennadji avec 4402 voix représentant 5,22%. La liste de Hamid Ferhat n’a été créditée que de 3750 voix, soit un taux de 4,45% des suffrages.

Le FLN aussi espère pouvoir récupérer des voix pour gonfler son résultat de deux sièges, et prétendre à un siège supplémentaire, qui reviendrait à l’actuel maire de la commune de Béjaïa, Hamid Merouani. Le parti a saisi le Conseil constitutionnel pour contester l’octroi du siège à la liste du RPR qu’a conduite Zina Ikhlef, ex-députée du RND, et qui est passée avec un taux de 5,37%, représentant 4530 voix, selon le PV de l’administration. Ce à quoi a réagi la députée avec des propos au vitriol, en reprochant à Merouani de vouloir « avoir à tout prix l’immunité afin de se protéger de la justice».
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Recours et levée de boucliers à Béjaïa
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair