formats

Rachid Halet dénonce «une purge» et «un règlement de comptes»

Publié le 19/12/2016, par dans Non classé.

Radiation antistatutaire d’un membre de l’instance présidentielle et remaniement d’un secrétariat national très problématique… Décidément, les « tenants du pouvoir» au FFS ne se soucient plus des formes.
Impatients de contrôler définitivement l’appareil du parti, ils n’hésitent plus à violer à répétition les textes adoptés par le dernier congrès. Ainsi après le piétinement des statuts, comme confirmé par un membre de la commission de médiation, commis pour écarter Rachid Halet, ils récidivent en violant les prérogatives du premier secrétaire, Abdelmalek Bouchafa. Selon Rachid Halet, ce dernier a été contraint de cautionner la dernière purge au secrétariat du parti largement remanié, vendredi dernier.

Ce remaniement, estime-t-il dans une déclaration rendue publique hier, « a tourné à la purge et au règlement de comptes». Cette purge, ajoute-t-il, « est appelée à s’étendre et s’élargir à bas bruit et de façon souterraine». Selon lui, la « bande des putschistes» a agi, « au mépris des règles les plus élémentaires, des protocoles, de l’éthique et du fonctionnement régulier du parti». « Ali Laskri, au nom de l’instance parallèle, a fait preuve d’une arrogance sans pareille, pour annoncer lui-même le nouveau secrétariat.

Celui-ci étant censé être nommé par le premier secrétaire en concertation avec l’instance présidentielle», rappelle-t-il. Pour lui, il y a là une volonté d’offenser et d’humilier le premier secrétaire qui avait dénoncé l’indiscipline du chef du groupe parlementaire. « Il y a d’abord une volonté d’offenser, d’humilier et de dompter un responsable avec lequel il (Laskri, ndlr) a eu un lourd contentieux. Ensuite, ce procédé singulier révèle le poids réel du premier secrétaire dans la direction reprofilée.

La réalité, c’est que les putschistes ont réintégré le noyau dur de leurs partisans et courtisans», précise encore Rachid Halet. Ce faisant, il ne ménage pas le premier secrétaire du FFS qui « a complètement abdiqué sur ses compétences et ses prérogatives statutaires et a capitulé sans condition devant la bande des trois».

« La vocation nationale du parti compromise»

Pour Rachid Halet, Abdelmalek Bouchafa a trahi, au passage, tous les secrétaires nationaux, notamment ceux issus de sa fédération de Constantine qui lui avaient apporté leur concours. « Il s’inscrit dans une logique de soumission complète pour des motifs que les militants ont du mal à comprendre. Beaucoup de militants et d’amis du FFS ont souligné l’impact négatif de cette purge sur les futures campagnes électorales, mais l’aspect implantation et développement du parti a été, à tort, complètement oublié», écrit encore Rachid Halet.

Le désormais ex-membre de l’instance présidentielle affirme également que « la conquête de l’est du pays, du Sud et de l’Ouest, est durablement compromise». « Cette purge constitue un signe très négatif en direction des wilayas de l’intérieure. Les putschistes ont ‘brillamment’ cassé l’élan et la vocation nationale du FFS et l’ont ghettoïsé de nouveau dans le ‘réduit kabyle’», ajoute-t-il, en qualifiant « la stratégie des putschistes de satanique».

« Dans le cadre de leur stratégie, les putschistes ont-ils encore besoin d’une base militante et d’une implantation nationale effective ? Ou le contrôle de l’appareil et du sigle leur suffit amplement ? Dans tous les cas, l’adhésion de la base à leurs initiatives sataniques continue de leur faire défaut et la partie n’est pas encore gagnée pour eux», assure-t-il. Selon Rachid Halet, par cette entreprise, la caste qui prend en otage le FFS veut mettre en œuvre « le rapprochement avec certains segments du pouvoir». Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Rachid Halet dénonce «une purge» et «un règlement de comptes»
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair