formats

Quel est le niveau de la menace qui pèse sur l’Algérie ?

Publié le 21/06/2016, par dans Non classé.

Dix-huit terroristes ont été abattus et quatre autres arrêtés depuis le 8 juin dernier et un important lot d’armement a été récupéré dans le cadre de l’opération de recherche, de bouclage et de ratissage, toujours en cours, menée par les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) dans la zone de Rouakeche (Médéa).
Cette opération a permis aux éléments de l’ANP d’identifier 12 terroristes sur les 18 abattus et de récupérer des armes et des munitions, a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale. En effet, selon ce communiqué, l’opération de ratissage a permis la récupération de 13 pistolets mitrailleurs de type kalachnikov, une ceinture explosive, un fusil semi-automatique de type Simonov, deux paires de jumelles, 10 téléphones portables et une quantité de munitions.

Toujours dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l’ANP a découvert et détruit, le 16 juin à Skikda, un abri pour terroristes, 12 bombes et 5 mortiers de confection artisanale, une quantité d’explosifs, des équipements de détonation et des denrées alimentaires. A Jijel, un détachement de l’armée a également détruit, le 15 juin, trois abris pour terroristes, 15 bombes et 5 mortiers de confection artisanale, une quantité de munitions et d’explosifs et des outils de détonation, indiquait un communiqué du ministère de la Défense nationale.

L’ANP a mené aussi des offensives au sud du pays, notamment dans la région d’El Oued où une opération qui a duré plusieurs jours a conduit à l’élimination de 14 terroristes et à la récupération d’un arsenal de guerre. Fin mai, l’ANP avait aussi découvert à Bordj Badji Mokhtar un important lot d’armement et de munitions.

Ce ne sont pas les premières découvertes ni les dernières opérations ayant permis l’élimination de dangereux terroristes depuis plusieurs mois.

Le ministère de la Défense nationale les a toutes médiatisées et a communiqué sur tous les bilans des opérations antiterroristes.
Plusieurs questions et de nombreuses grilles de lecture s’offrent à la lumière de ces événements liés à la lutte contre le terrorisme. La première laisse comprendre que l’Algérie est cernée de toutes parts ; le nombre de caches d’armes découvertes le long des frontières est un indicateur de l’existence d’une véritable menace extérieure qui ne peut être le fait d’un groupuscule de terroristes mais d’une force ayant des moyens matériels et humains capables de tenter des pénétrations par plusieurs endroits.

Ce n’est un secret pour personne que l’Algérie est un pays menacé de l’extérieur, notamment par l’instabilité en Libye à l’est et aux pays du Sahel au sud, où les groupes terroristes de différentes obédiences ont pris pied depuis plusieurs années. Mais ce qui suscite beaucoup d’interrogations c’est d’abord la récurrence de cette menace et la volonté constante de frapper notre pays. A croire que ce sont effectivement d’importantes forces qui se liguent pour l’instabilité de l’Algérie.

L’autre source d’inquiétude est le nombre de terroristes abattus à El Oued et cette semaine à Médéa, au nord, à une centaine de kilomètres d’Alger. Une centaine de terroristes ont été tués depuis janvier dernier. Si les forces de l’ANP ont redoublé de vigilance pour venir à bout des groupes armés, il est aussi à constater un regain d’activité des tangos dans cette région qui a connu de longues années d’accalmie après l’élimination des Groupes islamiques armés (GIA) et la reddition de Ali Ben Hadjar, ancien chef terroriste local ayant bénéficié des faveurs de la concorde civile. De même à Jijel et à Skikda où plusieurs caches ont été découvertes et des terroristes tués. L’on croyait que ces régions étaient un tant soit peu pacifiées, les opérations menées par l’ANP viennent de démontrer le contraire.

C’est vrai que les éléments abattus ne sont que des initiales pour l’opinion publique, mais le démantèlement d’un groupe de soutien au terrorisme signifie que ce dernier a dû recruter ou réactiver ses réseaux dormants.

En fait, quel bilan faut-il faire de la lutte contre le terrorisme dans notre pays et quels enseignements en tirer ? Quel est le niveau de la menace après tant d’années de guerre contre le terrorisme ? Ce ne seront certainement pas les bilans opérationnels de tous les jours qui donneront la réponse, mais une véritable halte qui permettrait de tirer les conclusions de tout ce qui a été fait et de ce qui reste à faire.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Quel est le niveau de la menace qui pèse sur l’Algérie ?
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair