formats

Publication des nouvelles listes qui sèment la discorde

Publié le 07/02/2017, par dans Non classé.

De nouvelles listes des candidats retenus et non retenus au concours pour la nomination au poste de chef de service hospitalo-universitaire viennent d’être publiées sur les sites officiels du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et sur celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique donnant suite aux recours introduits par certains candidats non retenus dans la première liste.
La commission chargée de l’étude des recours a statué sur deux dossiers dont un est considéré par cette commission « irrecevable, car la situation de l’intéressé étant tributaire d’une décision des instances judiciaires suite à une action en justice contestant sa fin de fonction en qualité de chef de service». Quant au second recours d’un candidat en position de détachement auprès de l’APN, la commission affirme qu’elle « se prononcera dès la réception de l’avis de la direction générale de la Fonction publique et de la réforme administrative qui a été saisie pour un avis juridique».

Un cas, selon les spécialistes, qui ne nécessite pas l’avis de la Fonction publique, puisque les conditions pour postuler à ce concours sont claires. Selon l’arrêté du 27 novembre 2016, il est exigé, entre autres, pour le dossier de candidature (art. 4), la présentation d’une attestation délivrée par le doyen de la faculté de médecine et le directeur de l’établissement hospitalier d’exercice, justifiant l’activité du candidat. Pourquoi a-t-on donc eu recours à la Fonction publique pour ce cas précis alors que le candidat est toujours en fonction à l’APN ?

L’autre anomalie relevée dans cette nouvelle liste est le rajout d’un candidat sur la liste définitive des candidats retenus. « Ce candidat avait déjà postulé en 2014 et il n’a occupé que deux années alors qu’il est bien mentionné sur la grille que le candidat devra justifier d’un exercice effectif de quatre années.

D’ailleurs, des candidats dans le même cas n’ont pas été retenus malgré la promesse qui leur a été faite à cette époque, dont un écrit qui fait référence à cela. Pourquoi alors cette politique de deux poids, deux mesures ?» fait-on remarquer. Et de s’interroger : « Pourquoi n’a-t-on pas fait cette exception pour ceux qui ont atteint la limite d’âge (62 ans) au 28 novembre 2016 ?» Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Publication des nouvelles listes qui sèment la discorde
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair