formats

Protestation des ingénieurs du CTC

Publié le 13/04/2016, par dans Non classé.

Rien ne va plus au CTC-Centre. Les ingénieurs du CTC/direction régionale Centre (DRC) dénoncent la décision de leur direction de rompre les négociations et de suspendre leurs délégués.
« Le jugement rendu par le tribunal de Hussein Dey de considérer notre grève illégale n’a rien arrangé. Sur la base de cette ordonnance de référé, cinq de nos délégués ont été suspendus. Nos revendications sont purement salariales», précise une source de l’entreprise à Hussein Dey (Alger). La contestation dans cet organisme de l’habitat a été déclenchée par la décision du ministère de tutelle de regrouper les ex-cinq CTC en une mono-entreprise pour « unifier les procédures de travail et harmoniser les salaires».

Les ingénieurs avaient été saisis pour la signature d’une fiche de transfert vers la mono-entreprise CTC avec de nouvelles dispositions relatives au système de rémunération en instaurant une prime variable à 70%. Excepté les contractuels, les travailleurs ont refusé la signature du document qui « causerait une baisse considérable des salaires», indique un collectif des employés dans une lettre adressée au ministre de l’Habitat et dont El Watan détient une copie. « La décision d’unifier les salaires entre les CTC a été saluée par les travailleurs.

Mais on s’est rendu compte que le nouveau calcul entré en vigueur en mars réduit nos salaires de 10 000 à 30 000 DA. Le nouveau coefficient n’a pas permis de nous aligner sur nos collèges des régions Est et Ouest, dont les salaires étaient intéressants avant la signature de la nouvelle convention collective», déplore un ingénieur qui a requis l’anonymat.

Menace sur les chantiers AADL et LPP

Selon les protestataires, la direction a interrompu les négociations engagées avec les représentants des employés et préféré un arbitrage de l’UGTA. « La centrale syndicale a coupé la poire en deux. Au lieu du 6 réclamé, le coefficient est arrêté à 3,5. Cela arrange les autres ingénieurs des CTC Est et Ouest mais pas ceux du Centre», précise une source interne qui explique que la direction n' »a pas permis» le renouvellement du syndicat d’entreprise, inactif depuis août 2014.

Des actions de protestation ont été organisées par les ingénieurs depuis octobre 2015. Le 28 mars dernier, les employés de la DRC et de la DDE ont été surpris par des « décisions arbitraires» engagées à l’égard de leurs représentants syndicaux : suspensions et licenciements. « Djamel Taleb, syndicaliste, a été suspendu, pour soi-disant entrave aux projets du Président par le ministre, alors qu’il n’y ouvre pas droit. Cinq autres délégués, qui ont mené les négociations avec l’UGTA et la direction, ont été licenciés sur la base de la décision du tribunal de Hussein Dey qui a prononcé l’illégalité de la grève», précise un employé.

On apprend que les ingénieurs des autres wilayas comptent rejoindre le mouvement de protestation. Un sit-in est prévu demain devant la direction de l’entreprise jusqu’à la satisfaction de leurs revendications : réintégration des salariés licenciés et reprise des négociations. « Les travailleurs cherchent l’apaisement et l’assurance qu’il n’y aura pas de représailles.

Sinon, le pourrissement aura des conséquences sur les projets, particulièrement AADL et LPP», appréhende un ingénieur. Le CTC/DRC, présent à travers 9 wilayas du Centre, compte 14 agences. Il travaille avec 130 ingénieurs en génie civil. Son plan de charge actuel est estimé à plus de 1000 projets. Au ministère de l’Habitat, on préfère ne pas réagir. Nos tentatives pour joindre le chargé de la communication sont restées vaines.
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Protestation des ingénieurs du CTC
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair