formats

Pr Abderezzak Dourari : « La normalisation tue la langue »

Publié le 08/02/2016, par dans Non classé.

La normalisation de tamazight qui fait suite à son officialisation peut être négative à la vitalité de cette langue, indique Pr Dourari directeur du Centre national pédagogique et linguistique de l’enseignement de tamazight (CNPLET).
Une langue tire sa vitalité, explique-t-il, du fait qu’elle reste accrochée à ses locuteurs natifs. Or, une langue sortie des laboratoires est quasiment  » artificielle, personne ne s’y identifie ni la défend.

 » Si dans le processus de normalisation vous la transformez un peu trop et un peu trop vite, les gens ne s’y reconnaîtront plus. Et quand les locuteurs ne se reconnaissent plus il y a personne qui la revendiquerait et personne ne l’utiliserait, estime Pr Dourari, invité de la radio chaine 3 ce lundi 8 février.

Pour lui, une langue  » cette langue est très en danger, parce qu’il n’y a pas quelq’un qui la revendique en tant que langue maternelle.

Pour professeur Dourari, l’Algérie doit apprendre des expériences similaires dont la normalisation de tamzight au Maroc qu’il qualifie d’  » échec.

Pour ce qui est de la transcription de tamazight, Pr Dourari préconise comme première étape de passer par  » une phase de polygraphie. Seules la production scientifique, littéraire et autres tranchera, dit il, en faveur d’un caractère plutôt qu’un autre.

M.Dourari se réjouit de la création de l’académie qu’il dit être une extension pragmatique de la décision d’officialiser tamazight. Pour mener à bien cette normalisation, cette instance devrait, selon lui, faire une évaluation de ce qui existe sur le terrain, faire un recueil de corpus de tout les parlés berbères algériens et faire une énorme base lexicale informatisée à partir de laquelle des seront progressivement établis. Inutile de faire dans la précipitation, estime ce professeur. Un travail de normalisation sérieux permettant à tamazight de s’introduire d’une manière suffisamment visible dans un domaine formel, pourrait prendre une cinquantaine d’année, estime-t-il.

 » Il ne faut pas être pessimiste mais il ne faut pas être béatement optimiste non plus, estime Pr Dourari s’agissant du développement de la langue amazighe et de son introduction dans certains domaines. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Home Non classé Pr Abderezzak Dourari : « La normalisation tue la langue »
Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio Dzair